Région wallonne

« Le gouvernement vient de prendre certaines mesures de bon sens en matière d’éthique, mais les changements apportés restent légers », estime Germain Mugemangango, porte-parole francophone du PTB.

En mai 2014, les premiers députés de l’histoire du PTB étaient élus . Parmi eux, Frédéric Gillot, sidérurgiste, et Ruddy Warnier, chauffagiste, ont été élus au Parlement wallon. Un duo de travailleurs qui, par leurs interventions, leur vécu et leur éthique, font bouger les lignes. Plongée dans un travail de pionniers dans un Parlement où tout le monde n’a pas vu leur arrivée d’un bon œil tant elle bousculait les habitudes et codes établis. Des députés qui incarnent l’éthique « made in PTB » : faire de la politique pour servir les gens, et non pour se servir.  Retour sur deux ans et demi d’activisme des députés ouvriers du PTB au Parlement wallon.

Depuis janvier 2015, les Pouvoirs Organisateurs, fédérations de parents, syndicats enseignants et administration de la Communauté Française débattent en vue d’aboutir à un « Pacte pour un Enseignement d’Excellence » à l’initiative de la Ministre Milquet, remplacée entretemps par Marie-Martine Schyns (cdH également). Depuis décembre 2016, une proposition d’avis est sur la table. Différentes instances, dont les syndicats, doivent encore se prononcer. Que penser du texte soumis ?

« Après l'annonce de la démission du ministre Furlan, le gouvernement doit agir en conséquence et approuver la demande de l'opposition de lancer dans l'urgence une commission d'enquête parlementaire sur Publifin », estime Frédéric Gillot, député wallon du PTB.

« C'est une "combinazione" », a dénoncé le député régional Frédéric Gillot en évoquant la volonté du MR, du PS et du cdH de revenir sur la réglementation wallonne limitant le cumul des mandats. Cette volonté de trouver des petits arrangements entre amis pour garder une élite politique détachée des soucis des gens s’est heurtée à une grande colère populaire. 36h après avoir proposé de revenir sur cette réglementation, le trio de partis traditionnels a dû se raviser.

« La prise de position de la Région wallonne est déjà une formidable victoire du mouvement social, déclare le député wallon du PTB Frédéric Gillot. Nous soutenons l'opposition de la Région wallonne au traité, il faut maintenant élargir la brèche et obtenir le rejet de ce traité toxique. »

« CETA, à qui profite le crime ? Aux multinationales. Le but de ce traité est de mettre toujours plus en concurrence les travailleurs, les agriculteurs et les systèmes sociaux, a dénoncé Frédéric Gillot, député PTB au parlement wallon. On ne transforme pas un dangereux carnivore en végétarien comme ça. »

17 octobre, journée de lutte contre la pauvreté. C'est le jour que Paul Magnette a choisi pour présenter ses orientations budgétaires au Parlement wallon. Un budget qui ne répond en rien à l'urgence sociale. Voici la déclaration de Frédéric Gillot, député wallon du PTB.

Les ministres wallons sont actuellement en conclave budgétaire. Ce matin à 11h, le PTB leur a remis 24 000 pétitions pour la suppression de la redevance TV.

Frédéric Gillot, député du PTB, réagit au discours de Paul Magnette et d’André Antoine lors des fêtes de Wallonie : « Le ministre-président dit qu’il y aura un avant et un après Caterpillar. J’espère que cela ne ressemblera pas à l’avant et l’après Arcelor-Mittal, ou à l’avant et l’après Duferco, ou encore à l’avant et l’après Saint-Gobain… »

Pages