Bruxelles

Après les 6 députés régionaux, c’est au tour des deux députés fédéraux du PTB, Raoul Hedebouw et Marco Van Hees, de prêter serment au Parlement le jeudi 19 juin.

Les scandales qui se produisent à Bruxelles dans de nombreuses asbl de la Ville et structures autonomes ne sont pas une coïncidence. Dans certains cas, elles sont gérées comme des sociétés privées, avec des honoraires de consultance ou des jetons de présence « conformes à ce qui se fait dans le privé ». De cette façon, le secteur privé détient les clés de la ville. Il est temps de reprendre ces clés.

Avec l’asbl GIAL, créée par la Ville de Bruxelles, c’est une nouvelle histoire de corruption qui éclate. À l’instar de Publifin, à Liège, les scandales dans la capitale montrent bien à quel point les intérêts publics sont compromis quand ils sont gérés par une entreprise privée. Le PTB exige que GIAL redevienne un service public moderne, un service communal 2.0.

Dirk De Block, le président du PTB-Bruxelles, condamne fermement le vandalisme et les pillages qui ont émaillé le centre de Bruxelles cette dernière semaine. « Cette violence est inacceptable. Il s’agit de voitures et de magasins de gens ordinaires, de travailleurs, qui ont été cassés. Nous devons disposer d'une police qui protège nos droits et nos personnes, qui puisse neutraliserr les casseurs pour que les Bruxellois puissent se réunir. Et traiter la situation à Bruxelles comme un "cancer" et annoncer une répression "tous azimuts" comme l'annonce Jan Jambon (N-VA), n'apportera aucune solution. Il faut investir dans des projets sociaux, dans l’enseignement, et donner des perspectives pour ramener le calme à Bruxelles et offrir un avenir à tous. »

Durant l’année 2016, le groupe des enseignant-e-s du PTB à Bruxelles a mené une enquête auprès de près de 200 acteurs de l’enseignement afin d’en savoir plus sur leur vécu quotidien. Taille des classes, place garantie, équité entre élèves… les problèmes évoqués ne manquent pas. Mais les solutions non plus.

Au lieu de discuter d’une nouvelle répartition des postes au sein de la Ville de Bruxelles, il faut tirer toutes les leçons de cette affaire et penser aux mesures qui permettront un renouveau politique radical, plus de démocratie et une réelle participation. Le PTB présente un plan en trois étapes.

Alors que l’Union européenne fête ce week-end les 60 ans du Traité de Rome, plus de 1 000 manifestants se sont rassemblés ce 24 mars à l’appel de la FGTB devant le Parlement européen à Bruxelles pour réclamer des mesures efficaces contre le dumping social.

Ce mardi 20 septembre, c'est le Stop TTIP & CETA day, une journée de mobilisation contre ces traités de libre-échange entre l'UE et États-Unis (TTIP) et le Canada (CETA). Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Bruxelles contre ces traités qui menacent nos normes sociales, environnementales et sanitaires. Charlie Le Paige, président de Comac (le mouvement étudiant du PTB), explique pourquoi cette mobilisation est importante. #StopTTIP #StopCETA

A l’occasion de la semaine de la diversité, RedFox, le nouveau mouvement de jeunes du PTB, organise deux festivals, Diversity in Antwerp City et Diversity in Brussels City ainsi qu’une parade, Diversity in Liège City. L’objectif : montrer que la diversité est une richesse.

Un Raoul Hedebouw serein mais clair au Parlement : « “Daech, casse-toi, Bruxelles n’est pas à toi”, chantaient des jeunes bruxellois hier à la Bourse. Les événements de mardi sont des actes inqualifiables, barbares. Des hommes, des femmes, des enfants de toutes les communautés ont été durement touchés. Que s’est-il passé ? Aurions-nous pu empêcher tout ça ? Pour faire notre deuil, nous avons le droit à l’information. Nous ne pouvons éviter un débat de fond sur la double morale de notre politique internationale. La commission d’enquête ne peut pas devenir une opération oubliettes. »

Pages