Belgique

Le gouvernement et le ministre des Pensions voulaient aller vite. Avant la Noël, déposer un premier texte de sa fameuse « pension à points » - alias la « pension tombola ». Et avancer dans la suppression de tous les régimes de pension ou prépension permettant de s’arrêter de travailler à 55 ou 58 ans. La mobilisation sociale de novembre et décembre l’a poussé à temporiser. Mais temporiser n’est pas abandonner.

Le « Pacte pour un enseignement d’excellence » suscite beaucoup de discussions parmi les enseignants et les parents. Il prévoit notamment d’instaurer progressivement, entre 2020 et 2027, un « tronc commun pluridisciplinaire et polytechnique » de la maternelle jusqu’à la 3ème secondaire. Faut-il défendre ce Pacte ou le combattre ? Interview croisée de trois membres de la commission Enseignement du PTB.

En décembre dernier, 40 000 travailleurs, du nord comme du sud du pays, du secteur public comme du secteur privé, s'étaient mobilisés pour la défense de leur pension. Ce 1er février, ce sont les enseignants de toutes les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui ont arrêté le travail pour dénoncer les mesures du gouvernement en matière de pensions. Ils ont mené plusieurs actions. Exemple à La Louvière qui, en cette saison des carnavals, a vu défiler un cortège de vieillards : des profs maintenus au travail jusqu'à 67 ans.

En mars, les bourgmestres wallons iront à Cannes, au marché international des professionnels de l’immobilier. Pour vendre leur ville aux promoteurs immobiliers, essayer de les attirer, leur faire des cadeaux … Le PTB choisit une autre option : construire un projet de ville « à la mesure des gens » et se mobilise avec sa grandeenquête.be pour avoir l’avis d’un maximum de gens d’ici la fin février.

Ce samedi 3 février, le président du PTB Peter Mertens est venu présenter les vœux du parti à Charleroi, en compagnie, notamment, de la conseillère communale Sofie Merckx et du porte-parole francophone du PTB Germain Mugemangango. Voici le discours qu'il y a prononcé, où l’on croise Dante, Marx, et des milliers d’anonymes qui font vivre chaque jour la résistance et la solidarité.

Bo Van Spilbeeck, journaliste de la chaîne VTM très connue en Flandre, est apparue cette semaine en tant que femme. Elle a rendu public son changement de genre afin d’aider les autres personnes dans son cas. Cet acte courageux tend à faire progresser l’acceptation des personnes transgenres. Son « coming-out » a suscité un afflux de réactions positives, ce qui est très encourageant pour la communauté LGBT+. 

« Quand ils sont venus chercher Abou, je n'ai rien dit, je n'étais pas réfugié. Quand ils sont venus chercher Hervé et Catherine, je n'ai rien dit, je n’étais pas un hébergeur de migrants. Quand ils sont venus chercher Nathalie, je n'ai rien dit.

Ce matin, au Parlement, la discussion du projet de loi sur les visites domiciliaires a de nouveau été ajournée. Les tensions au sein du gouvernement, où ce sont surtout le CD&V et le MR qui s’opposent au projet du secrétaire d’État Theo Francken, en seraient la cause. Le PTB en prend bonne note, mais met en garde contre le fait que quelques amendements ne pourront changer le caractère de la loi.

Contraste fort hier entre le diner à 145 euros au Cercle de Lorraine où Theo Francken était invité et la conférence alternative organisée par Amitié Sans Frontières et d’autres organisations de terrain dans un café des Marolles. Des associations que Francken accuse de n’avoir aucune solution mais qu’il a cependant toujours refusé de rencontrer.

1 233 emplois sont menacés, deux hypermarchés pourraient fermer leurs portes, la direction projette de s’attaquer aux conditions de travail et aux salaires du personnel. Carrefour n’a « malheureusement pas d’autres choix », selon son PDG. Une histoire difficile à croire vu la fortune colossale des principaux actionnaires du groupe.

Pages