Frédéric Gillot

« Depuis toutes ces semaines où le cdH de M. Lutgen a décidé, non pas de tirer la prise, mais bien d’arracher les câbles de la majorité PS-cdH, nous avons eu de grandes déclarations, de grandes envolées lyriques sur un changement "historique" en Wallonie, pour arriver, après un tour de piste, à la proposition de l’accord politique qui nous est soumis aujourd’hui, et qui ne porte qu’une seule certitude : ce nouveau gouvernement ne sera pas beaucoup plus éthique et encore moins social », selon le député wallon du PTB Frédéric Gillot.

« Après des semaines de crise politique, voici maintenant que nous arrive un nouveau gouvernement. Evidemment, il annonce qu’il lavera plus blanc que blanc. Mais quid de l’éthique et de la gouvernance ? », se demande le député wallon du PTB Frédéric Gillot.

Ce jeudi, le rapport intermédiaire de la Commission Publifin est enfin sorti. Il compte 44 pages d’analyses et de recommandations à mettre en place.

En mai 2014, les premiers députés de l’histoire du PTB étaient élus . Parmi eux, Frédéric Gillot, sidérurgiste, et Ruddy Warnier, chauffagiste, ont été élus au Parlement wallon. Un duo de travailleurs qui, par leurs interventions, leur vécu et leur éthique, font bouger les lignes. Plongée dans un travail de pionniers dans un Parlement où tout le monde n’a pas vu leur arrivée d’un bon œil tant elle bousculait les habitudes et codes établis. Des députés qui incarnent l’éthique « made in PTB » : faire de la politique pour servir les gens, et non pour se servir.  Retour sur deux ans et demi d’activisme des députés ouvriers du PTB au Parlement wallon.

La Wallonie va mieux, vraiment ? Alors que Paul Magnette, ministre-président de la Région (PS) a inondé le Parlement de chiffres, le député PTB Frédéric Gillot a mis les gens et leur vécu à l’honneur. Avec un message : nos jeunes, nos ainés, nos services publics, nos conditions de travail ne sont pas à vendre. Voici l’intervention d’un député des gens d’abord.

Frédéric Gillot, député wallon du PTB, a interrogé ce mardi le ministre wallon de l’Économie, Jean-Claude Marcourt (PS) sur l’argent public wallon placé dans des paradis fiscaux et l’absence de contrôle démocratique sur la question. « Aucun problème », c’est en substance la réponse du ministre. 

Le Parlement wallon a approuvé ce mercredi 25 mars la constitution d’une nouvelle Commission spéciale pour le renouveau démocratique. « Le citoyen s’écarte de plus en plus de la sphère publique et du monde politique, ce qui est interpellant », énonce le texte voté. Ou serait-ce plutôt le monde politique qui s’écarte du citoyen ? Tout en apportant son soutien à la création de cette commission, le député PTB Frédéric Gillot a interpelé l’assemblée sur la nécessité de se poser les bonnes questions et a exposé les revendications du PTB pour un renouveau démocratique. Voici son intervention.

« 80 % des coupes ne toucheront pas les citoyens », se plaît à répéter le gouvernement wallon PS-cdH. Affirmation osée quand on sait qu’aucune information n’a été transmise sur au moins 2/3 des coupes et que 5 000 emplois risquent de disparaître en 2015. Voici la réplique de Frédéric Gillot, député PTB, lors du vote du budget au Parlement wallon le 10 décembre.

« L’emploi était déjà le grand absent du Plan Marshall 2.vert. Il le restera avec le Plan Marshall 4.0. L’innovation, même numérique, ne rime pas automatiquement avec création d’emplois. Le rêve de Paul Magnette est-il de faire de la Wallonie une nouvelle Silicon Valley ? Pour un gouvernement qui annonçait en juillet vouloir faire de l’emploi sa première priorité, c’est un comble », réagit Frédéric Gillot, député wallon du PTB.

Lundi 10 novembre, le député wallon du PTB Frédéric Gillot était interviewé dans La Meuse et dans l’édition liégeoise du Soir. Il y revenait sur la manifestation du 6 novembre, sur la politique wallonne et fédérale, ainsi que sur le scandale Luxembourg Leaks. 

Pages