Réfugiés

Riet Dhont est la responsable du groupe de travail du PTB « Amitiés sans frontières ». Depuis quatre semaines, elle se rend au Parc Maximilien, en face de l’Office des Etrangers, pour soutenir les réfugiés qui y ont trouvé un abri de fortune. Elle a vu se développer un immense élan de solidarité. Ce sont désormais des milliers de personnes qui apportent leur aide. Riet Dhont veut étendre ce mouvement à toute la Belgique.

Malgré les nouvelles révélations selon lesquelles le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Theo Francken a menti depuis le début dans l’affaire du renvoi de réfugiés vers le Soudan, le Premier ministre a décidé de continuer à le couvrir. Preuve que Charles Michel a besoin de la N-VA pour se maintenir au pouvoir et continuer sa politique d’austérité.

Frontex, l'agence européenne des garde-frontières et garde-côtes européens, laisse délibérément les réfugiés se noyer. C'est ce que nous apprennent des documents internes ayant « fuité ». Depuis le début de l’année, 7 personnes meurent chaque jour en tentant la traversée de la Méditerranée…

Gwendolyn Rutten a un problème. La présidente de l’Open Vld a découvert que la résistance à la politique socioéconomique dont son parti est coresponsable ne cesse de croître. Elle veut donc axer davantage le débat sur les réfugiés.

Les dirigeants européens ont trouvé un accord avec la Turquie afin de renvoyer chez elle tous les réfugiés arrivant de Grèce. Un accord inhumain, illégal et qui va surtout profiter aux passeurs contrairement à ce qu’affirme la chancelière allemande Angela Merkel.

L’Union européenne cherche à conclure un accord en vue de faire porter le poids de la crise des réfugiés sur la Turquie. L’ONU et Amnesty international dénoncent les principes qui sont à la base de cet accord. De plus, la crise humanitaire risque de s'aggraver considérablement.

Des bénévoles du groupe de solidarité avec les réfugiés Amitiés sans frontières ont été particulièrement choqués de découvrir que des réfugiés ont été numérotés à l’encre indélébile par la police à Zeebruge. Raoul Hedebouw, député du PTB, demandera des explications sur cette pratique inacceptable au ministre de l'Intérieur, Jan Jambon.

La « Jungle » de Calais, le camp improvisé des réfugiés qui veulent aller en Grande-Bretagne, démontre la faillite de la politique d'asile européenne, estime Peter Mertens, le président du PTB, qui s'est rendu sur place avec une délégation du PTB. « La situation est pire que dans les bidonvilles de Kinshasa, et ce, à une heure de Bruxelles. Je pensais être préparé à cette visite, mais ce n'était pas le cas. »

Le leader socialiste néerlandais Diederik Samsom a mis en place un plan européen pour limiter l'afflux des réfugiés et les maintenir hors des frontières de l’Union. « Ne nous laissons pas tromper par l’apparence humanitaire de cette proposition fondamentalement mauvaise. Il s’agit d’opportunisme politique », a réagi Eva Berghmans d’Amnesty International.

« La situation dans les camps de réfugiés de Calais et Dunkerque est indigne », c’est ce qu’a confirmé le Premier ministre Michel en réponse à question du PTB en commission parlementaire. Le PTB veut que le gouvernement français trouve une solution humaine pour les nombreux demandeurs d'asile qui sont entassés à Calais et à Dunkerque. 

Pages