600.000 chômeurs : pourquoi faire travailler les prépensionnés plus longtemps ?

Envoyez un e-mail de protestation à Kris Peeters, ministre de l’Emploi et du Travail du gouvernement Michel-De Wever.

Monsieur Peeters,

Le 1er janvier 2015, vous avez modifié la prépension de manière fondamentale. Désormais, les prépensionnés doivent rester actifs sur le marché de l’emploi jusqu’à l’âge de 65 ans. Sinon, ils perdent leur indemnité de prépension, de même que le complément mensuel de leur ancien employeur. Cette mesure est infaisable, illogique, inutile et illégale. 

Infaisable. De nombreux travailleurs plus âgés souffrent de problèmes de santé. Ils ne peuvent tout simplement plus travailler. Quand on est épuisé et à bout, on a droit au repos. La prépension concrétise ce droit. Supprimer la prépension signifie supprimer le droit à la pension pour un important groupe de personnes. 

Illogique. Notre pays compte plus de 600 000 chômeurs. Nous avons un énorme excédent de main-d’œuvre. Que va-t-il se passer lorsque tous les prépensionnés aussi vont devoir chercher du travail ? Les grands-parents se tuent au boulot alors que leurs petits-fils cherchent désespérément du boulot.

Inutile. La prépension ne coûte pour ainsi dire rien à la communauté. Les suppléments sont payés par l’employeur. Le travailleur paie des impôts sur ce montant. Ce sont même des rentrées pour l’État. Le prépensionné reçoit une allocation RCC (Régime de chômage avec complément d’entreprise). Mais il libère également de la place pour un jeune demandeur d’emploi sur le marché du travail, lequel ne touche alors plus d’allocation de chômage.

Illégale. Le gouvernement ne peut s’en prendre ainsi à des droits existants. Les travailleurs ont opté pour leur prépension en fonction d’un certain nombre de règles. Le gouvernement ne peut ainsi revenir sur ces règles et les modifier après coup. C’est inacceptable et en contradiction avec le principe de sécurité juridique.

Mes coordonnées