Une famille en or possédant 1 milliard d'euros met les travailleurs de Saint Gobain sur la paille

Ce matin, à Auvelais, les syndicats de Saint-Gobain Glass ont empêché la tenue d'un Conseil d'entreprise. On ne connait donc toujours pas les intentions de la direction, mais c'est clairement la fermeture de l’usine qui se joue. 300 emplois direct sont en jeu, et au moins deux fois plus  d'emplois indirects. 

« Lorsqu'on sait à qui appartient cette entreprise le fermeture est plus que choquante » commente Thierry Warmoes, président namurois du PTB « En effet, Saint Gobain Auvelais appartient au groupe Saint Gobain Glass Benelux SA. Ce groupe est détenu majoritairement par les membres de la famille Wendel qui possèdent collectivement plus d'un milliard d'euros. Et ce sont eux qui détruisent ces 300 emplois. »

Une famille qui s'est enrichie à partir d'activités industrielles de toute sorte. « Qui continue d'ailleurs à s'enrichir » lance Marco Van Hees, spécialiste fiscalité du PTB. « Les dividendes versés aux actionnaires ont été multiplié par 3 depuis 1996. Pour aboutir en 2012 à une somme totale de 646 millions d'euros. Chaque membre de la famille Wendel a reçu en moyenne une rente de 21.160 euros. »

Pour le parti de gauche il est hors de question qu'un tel groupe ferme simplement cette entreprise. « Une multinationale qui s'est enrichie et qui continue à s'enrichir sur le dos des travailleurs ne devrait pas avoir le droit de fermer son entreprise et de se débarrasser du personnel tel des mouchoirs qui ont trop servis. » poursuit Thierry Warmoes. « Nous voulons exprimer notre solidarité envers les travailleurs de cette entreprise et réaffirmer la nécessité d'une secteur verrier conséquent en Belgique. C'est à juste titre que les travailleurs appellent les politiques à prendre leurs responsabilités. »

Et d'évoquer les besoins « Rien que dans le secteur du logement, les besoins en verre sont immenses » indique Marco Van Hees « Après l'annonce concernant AGC Roux, il est évident qu'une problème énorme se pose dans le secteur. Pour le maintenir, il est essentiel d'avoir une politique volontariste au niveau européen à travers laquelle on exige de ceux qui se sont enrichis, les actionnaires de Saint-Gobain, qu'ils mettent la main, au porte-feuille pour maintenir les emplois verriers. »

 

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.