Pourquoi le PS et le CDH ont-ils peur d'une démocratie qui recompte?

Le Parlement Wallon vient de rejeter le recours de la liste PTB-go! demandant le recomptage des bulletins de vote non-valables de la circonscription de Charleroi (43 non, 32 oui). « Décision ahurissante au regard du rapport issu de la commission de vérification des pouvoirs », s'étonne Frédéric Gillot, député régional PTB-go! nouvellement installé. « Après trois jours de discussion, cette commission a décidé de soutenir notre demande de recomptage. Au mépris de la démocratie, pour des raisons strictement politiciennes, le PS et le CDH ont décidé de ne pas tenir compte des indications du rapport et de rejeter notre réclamation. »

 « Il fallait recompter. La démocratie n'a pas de prix, même pas celui de perdre ou gagner un élu pour l'un ou l'autre parti », a souligné le député régional du PTB-go! à la tribune du Parlement. D'autant que le dossier du PTB-go! était bien étayé avec des témoignages précis d'assesseurs ou de témoins de parti qui ont montré une série de manquements dans les opérations de dépouillement ainsi qu'une interprétation excessive et illégale de ce qu'il faut considérer comme un bulletin nul. « En effet, explique Germain Mugemangango, président PTB Hainaut et ex-tête de liste régionale pour le PTB-go ! à Charleroi, très vite, notre dossier a été jugé comme légitime. Le rapport de la commission le confirme. De plus, le PS et le CDH semblent même penser que ce recomptage aurait pu nous donner les deux sièges évoqués. Sinon ils ne s'y seraient pas opposés avec cette force. Ces événements mettent en évidence que le contrôle démocratique des élections n'est pas efficace en Wallonie. Un recours est possible mais, même fondé, il peut être rejeté par une majorité peu soucieuse de la démocratie. »

Pour le PTB, il est indispensable que des changements dans le processus de vérification des élections soient adoptés. Dans bien des pays, il existe des procédures simples de recomptage.
Le jour des élections, tous les présidents de partis ont critiqué le vote électronique pour manque de transparence, mais aujourd'hui PS et CDH s'opposent au recomptage dans un arrondissement avec vote papier.  « De quoi ont-ils peur ? » , s'interroge Germain Mugemangango qui poursuit :  « Un contrôle des élections par un Parlement juge et partie est une injure à notre démocratie. S'il y avait eu une instance juridictionnelle neutre pour valider les élections, il est plus que probable que notre recours aurait donné lieu à un recomptage. Le mode de contrôle des élections en vigueur en Belgique a déjà été condamnée par la Cour européenne des Droits de l'homme. Qu'est-ce qu'on attend pour le changer ? Qu'est-ce qu'on attend pour instituer un contrôle démocratique et neutre à travers une instance juridictionnelle neutre ? »

Et Frédéric Gillot d'ajouter : « Durant la campagne, nous avons pu voir à quel point le fossé entre les citoyens et la politique est important. J'ai encore été hier aux piquets de Delhaize : le déficit de confiance des travailleurs envers le politique est grandissant, et ne pas recompter va aggraver ce déficit. Il n'est pas normal que le Parlement soit juge et partie. Le fait qu’il n’existe aucune possibilité de faire contrôler le processus électoral, en cas de contestation, par une instance indépendante (c’est-à-dire pas par les élus eux-mêmes qui sont alors « juges et parties ») agrandit encore ce fossé. Par son refus d’accepter la réclamation pourtant jugée tout à fait fondée du PTB-go !,  la majorité en formation démontre son mépris des électeurs et de l’institution parlementaire et affirme son désir de gouverner à tout prix. Ceux qui ont voté aujourd’hui ce refus d’un contrôle démocratique obligent le Parlement wallon à commencer sa législature par un véritable déni de démocratie. Nous en prenons acte. »

Le PTB se réserve le droit de contester la décision prise par le Parlement wallon de valider les élections. Pour conclure, ce déni de démocratie rend la prestation de serment de Frédéric Gillot et de Ruddy Warnier, les deux nouveaux députés wallons PTB, encore plus appréciable  : « Le PTB a deux parlementaires au service des luttes sociales et démocratiques qui vont rompre le doux ronronnement du Parlement. Ils sont deux, mais ils travailleront pour quatre ! » se réjouit Germain Mugemangango.

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

comment ce fait il que long soi juge et partis,car ce, est une atteinte a la démocratie, pourquoi pas le droit de l homme de suite car pour moi je ne peut faire confiance a ce genre de personnes. Il ont peur de leur place car la perte de salaire et leur tête disparais des murs donc plus possible de faire des abus, merci de faire une élection, juste a Charleroi, ou faire une demande au peuple qu elle est leur demande. enfin merci la démocratie.
J'espère que vous contesterez cette décision du Parlement wallon et de cette majorité "rétrograde" ... avec toute ma sympathie ...
Il faut contester le rejet du parlement wallon. C'est scandaleux qu'ils rejettent le recomptage. C'est des petits!!!
plus rien ne n'étonne de tout ces partis
Tenez bon, allez à l'Europe, la Belgique a déjà été condamnée à plusieurs reprises pour non respect de droit démocratique et social. Allez également au Conseil d'Etat, cela ne fera qu'appuyer votre démarche pour le recomptage des voix. Cela est fait en quelques heures, je l'ai déjà fait.
Bonjour, Je pense que vous devez persévérer, notre démocratie, ne doit absolument pas être bafouée avec de t'elle procéder, que l'on soit gagnant ou perdant, mais cela démontre bien que pour certaines personnes qui font partie de la majorité ne savent pas reconnaître le bien fonder des choses, Maintenant je ne suis pas étonner de la manière de faire du PS et du CDH, il faut je crois bien les surveiller et vous les surprendrait en défaut tôt ou tard, la patience est une grande vertu qui donne souvent de très bon résultat. Bon courage et bon vent au PTB-GO.
Quand le PS, accompagné du cdh, fera preuve d'honnêteté et de transparence, les poules auront des dents