Parlement wallon : avec la rigueur budgétaire, la rigueur démocratique

Les députés PTB au Parlement wallon pourront désormais poser 4 questions d’actualité… par an. C’est ce qu’ont décidé hier les présidents des groupes politiques reconnus. « Après la rigueur budgétaire, nous avons droit à la rigueur démocratique », réagit Frédéric Gillot, député PTB à la Région wallonne.

Il a ainsi été décidé que le nombre de questions d'actualité passera de 13 à 14 et la quatorzième question sera partagée par Ecolo, huit fois sur l'année, le PTB quatre fois sur l'année et le PP, deux fois sur l'année.

Frédéric Gillot développe : « notre droit à réagir à l’actualité est reconnu. C'est mieux que rien. Le PTB ne pouvait jusqu'à présent en poser aucune. Mais de quel droit parle-t-on ? Nous dire qu’on pourra maintenant intervenir 4 fois par an sur l’actualité, c’est aussi dire que les 16 fois que le Parlement se réunit, on devra continuer à se taire. »

« Nous ne voulons pas d’une démocratie … Canada Dry. Nous demandons que le droit de poser des questions d’actualité soit reconnu pour toutes les fractions politiques du Parlement wallon et ce, pour toutes ses séances », poursuit Frédéric Gillot.

« Quand on sait que les questions et interpellations doivent être envoyées huit jours à l’avance, on comprend l’importance des questions d’actualité. Il se passe évidemment des tonnes de choses en huit jours. La crise continue, les pertes d’emploi se multiplient et les coupes budgétaires s’annoncent chaque jour plus dures que prévu. Dans ce contexte, le débat démocratique est encore plus nécessaire qu’auparavant. Au Parlement wallon, comme en dehors », insiste Frédéric Gillot.

 

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Après les dictatures de la CEE,du fédéral et le parlement Wallon , de quoi ont- t'ils peur de la vérité que vont t- il encore- inventé pour leur maguouilles
Les parlementaires sont les reflets d'une portion considérable de la population. Quand, un parlementaire pose une question, c'est le peuple qui demande des comptes; ne pas y répondre, c'est avouer son incompétence, et un acte anti démocratique. De la part du MR, cela ne m'étonne pas, par contre de la part du PS c'est vraiment inadmissible.