Photo Solidaire, Karina Brys.

We take PRIDE in Solidarity, le PTB à la Belgian Pride

Samedi 20 mai, la Belgian Pride parcourra les rues de Bruxelles. La manifestation annuelle, qui célèbre la diversité dans notre société, met à chaque édition un thème politique en lumière. Cette année, des dizaines de milliers de personnes marcheront pour attirer l’attention sur les réfugiés, avec le thème #CrossingBorders. Explications de Ben Van Duppen, de Mix, le groupe LGBT+ (lesbiennes, gays, bisexuel(le)s, transgenres…) du PTB.

La Belgian Pride célèbre la diversité dans notre société et au sein de la communauté LGBT+. À quel point cette communauté est-elle diverse ?

Ben Van Duppen. En fait, l’acronyme LGBT+ en dit déjà long. LGBT est un terme qui signifie « lesbienne », « gay », « bisexuel » et « transgenre ». Chez Mix, nous y ajoutons généralement un « + » pour indiquer que nous défendons tout le monde, quelle que soit sa nature sexuelle ou son identité de genre, donc également les gens qui ne se retrouvent pas dans l’une de ces quatre lettres. En outre, la communauté LGBT+ est précisément aussi diversifiée que la société l’est elle-même. On y trouve des gens de toutes origines, professions, langues, âges, etc.

La force de la Pride est qu’elle parvient à rassembler et mobiliser des dizaines de milliers de personnes, y compris des hétéros, qui défendent les droits de tous les LGBT+. L’an dernier, nous sommes descendus dans la rue pour la reconnaissance des transsexuels. Il s’agissait d’un signal fort. Nous faisons bloc derrière les revendications. Cette solidarité est vraiment très forte et le fait qu’un an plus tard, on franchit les premières étapes de la reconnaissance des transgenres est encourageant. Avec les propositions qui se trouvent  actuellement sur la table, nous n’y sommes pas encore, mais la pression restera entière.

La politique d’asile en Europe est très loin de parvenir à proposer le soutien dont les régugiés LGBT+ ont besoin

Cette année, le thème est #CrossingBorders (traverser les frontières). Qu’est-ce que cela signifie exactement ?

Ben Van Duppen. Nous voulons attirer l’attention sur les droits de tous ceux qui doivent se réfugier ailleurs. La guerre, la violence, mais aussi qui vous êtes ou qui vous aimez peuvent être des raisons de devoir quitter son foyer, son pays. Les réfugiés LGBT+ constituent une groupe particulièrement vulnérable et la politique d’asile en Europe est très loin de parvenir à leur proposer le soutien dont ils ont besoin, ni en tant que réfugiés,  ni en tant que LGBT+.

Dans ce cas, le PTB et Mix plaident pour une politique de diplomatie et de paix. Quand votre pays ou région est déstabilisé par la guerre, il est impossible d’y défendre les droits démocratiques. Si nous voulons vraiment aider les réfugiés, nous devons cesser d’alimenter la violence qui fait qu’ils sont obligés de s’enfuir. 

Nous dénonçons également l’attitude de l’Europe à l’égard des réfugiés. Prenons par exemple l’accord avec la Turquie. C’est ni plus ni moins qu’une manifestation de mépris total du droit international. Selon l’Europe, l’orientation sexuelle est une raison pour obtenir le statut de réfugié. Mais, avec cet accord, ceux qui devraient recevoir ce statut sont renvoyés en Turquie. Et celle-ci n’est pas du tout un pays sûr pour les réfugiés, et surtout pas pour les LGBT+.

Récemment, on apprenait qu’en Tchétchénie, les homosexuels étaient systématiquement poursuivis...

Ben Van Duppen. La brutalité à laquelle ils sont confrontés est choquante et montre bien, une fois encore, la fragilité de la communauté LGBT+. Le PTB soutient les actions de solidarité internationale. Au Parlement, le député PTB Marco Van Hees a également signé, avec d’autres partis, une résolution qui exige une enquête indépendante sur l’affaire. Malheureusement, dans les poursuites à l’encontre des LGBT+, la Tchétchénie est loin de constituer une exception. Par exemple, en Arabie saoudite, un partenaire commercial de prédilection de la Belgique, l’homosexualité est également passible de la peine de mort.

Nous prônons la solidarité internationale avec la lutte des LGBT+

Nous prônons la solidarité internationale avec la lutte des LGBT+. Quand, au niveau international, on viole les droits des LGBT+, il est d’une importance cruciale que nous collaborions avec les organisations qui mènent localement la lutte en faveur des LGBT+. Une intervention étrangère peut avoir un effet très néfaste.

Qu’en est-il de la politique des réfugiés LGBT+ en Belgique ?

Ben Van Duppen. Nous plaidons pour une approche humaine de la procédure d’asile, qui ne soit pas basée sur des stéréotypes occidentaux. Bien des LGBT+ vivent très mal la façon dont la procédure d’asile se déroule. Des personnes chargées de l’accueil qui ne sont pas familiarisées avec le thème LGBT+, le manque d’interprètes bien (in)formés, l’approche des traumatismes, etc. font que beaucoup de réfugiés LGBT+ ne sont pas accueillies dans de bonnes conditions.

Il faut également œuvrer à mettre sur pied une politique d’asile humaine et attentive aux LGBT+. Les centres d’accueil en Belgique sont insuffisamment armés pour empêcher l’exclusion et la violence contre les réfugiés LGBT+. Il est nécessaire que les accompagnateurs de ces centres soient formés sur les thèmes LGBT+. Mais nous devons également arrêter avec ces centres bien trop grands qui accueillent des centaines de réfugiés. Nous devons rechercher un accueil à plus petite échelle et à dimensions humaines. Ce serait positif pour tous les réfugiés et cela donnerait de l’espace pour une attention spécifique à la diversité.

Que devons-nous attendre du PTB, cette année à la Pride ?

Ben Van Duppen. Avec le PTB, nous formerons un bloc derrière le slogan « Refugees Welcome, We take PRIDE in Solidarity ». Une caravane rétro, avec une équipe de DJ de Louvain, se chargera de l’animation. Drapeaux, banderoles et tracts seront naturellement présents aussi. De la sorte, nous pourrons diffuser notre message progressiste le plus largement possible.

Il est important de conserver le carcatère progressiste de la lutte LGTB+

Un grand bloc est important. Non seulement parce que nous pouvons mieux mettre nos revendications en évidence, mais aussi parce qu’il est important de conserver le carcatère progressiste de la lutte LGTB+. Le thème LGBT+ est de plus en plus utilisé par les forces conservatrices et de droite pour dresser des groupes de la société les uns contre les autres. De ce fait, le FN en France, par exemple, parvient à avoir derrière lui près de 40 % des homosexuels, alors qu’il propose manifestement un programme homophobe. En Belgique aussi, la N-VA est très forte dans ce domaine. D’où l’importance de pouvoir présenter notre programme progressiste avec un grand bloc bien visible.

 

Le PTB à la Pride
Ben Van Duppen. Nous commençons samedi à 10 h 30 par un brunch politique au siège du PTB à Bruxelles. Avec Loïc Fraiture, d’Amitiés sans frontières, et Joke Callewaert, de Progress Lawyers Network, nous examinerons la situation des réfugiés LGBT+. On peut s’y inscrire via ce lien. 
Ensuite, à 13 h 00, nous nous rendrons tous au Mont-des-Arts afin de faire entendre notre voix dans un cortège qui sera particulièrement animé. Vous trouverez plus d’information sur notre page Facebook : facebook.com/mix.pvda.ptb.

 

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.