Photo : Salim Hellalet

Un cartel centriste voit le jour à Anvers : le PTB devient d’autant plus crucial dans le débat

Les membres anversois du sp.a et de Groen ont avalisés ce week-end leur union au sein d'un cartel pour les prochaines élections communales d'Anvers. Ce cartel renforce la nécessité d’avoir un PTB fort dans la première ville de Flandre, pour y offrir une vraie alternative de gauche.

Pour rappel, le PTB a fait 8% aux dernières élections communales d'Anvers, participe à la majorité du district de Borgerhout avec le sp.a et Groen et siège au conseil communal d'Anvers avec 4 conseillers communaux, dont son président, Peter Mertens, qui sera par ailleurs tête de liste pour les prochaines élections communales.

Ce dernier a réagi à l'officialisation de ce cartel : « je leur souhaite beaucoup de succès. Anvers ne peut que gagner à bénéficier de nouvelles dynamiques. En même temps, je constate que ce nouveau cartel, malgré son nom, « Samen » (ensemble), fait bande à part pour les élections. Nous avions en effet proposé au sp.a et à Groen de s’unir pour les élections, mais nous n’avons jamais reçu de réponse. »

Anvers a besoin d’une vraie rupture avec la politique d’appauvrissement de la population et des petits arrangements de coulisses

« Anvers bouillonne et bouge beaucoup, enchaîne Peter Mertens. Tant mieux. Mais le défi est énorme, rappelle Peter Mertens. Un enfant sur cinq grandit dans la pauvreté. Et, en même temps, la politique du se servir soi-même des autorités communales continue ». Pour rappel, c'est à Anvers que siège le champion flamand du cumul avec Koen Kennis, échevin N-VA et bras droit de Bart De Wever (41 mandats et 100 000 euros par an).

Le président du PTB poursuit :« nous avons besoin d’une vraie rupture avec la politique d’appauvrissement de la population et des petits arrangements de coulisses menée par la majorité N-VA, CD&V et Open vld. Les gens sur le terrain veulent un changement de cap et ils aspirent à une gauche conséquente qui peut incarner cette rupture. Je ne pense pas que ça fonctionnera avec un cartel centriste, dont les composantes annoncent déjà qu’ils envisagent de s’allier aux libéraux après les élections. Aujourd’hui, nous avons besoin d’une gauche conséquente qui pourra peser dans le débat. »

L'avantage de la clarté : il y a un boulevard à gauche

« Le cartel centriste a l’avantage de la clarté, explique Peter Mertens. Il y a un boulevard qui s’ouvre à gauche et nous allons l'emprunter. Nous nous y engageons en pleine confiance. Les derniers sondages indiquent qu’en cas de cartel sp.a-Groen, le PTB gagnerait même un quart de voix en plus. Avec 9,9 %, nous deviendrions la troisième force politique à Anvers. Le PTB devient un acteur crucial dans le débat politique anversois, ce qui rend nerveux De Wever et les libéraux de sa coalition. »
Le PTB s'est déjà lancé pleinement dans la campagne électorale avec une grande enquête auprès des Anversois (http://antwerpen.pvda.be/bevraging). Plus de 10 000 Anversois seront consultés, afin d’impliquer réellement les gens et de mettre sur la table les thèmes qui les préoccupent vraiment.


 

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.