Une du journal du PTB, Solidaire, du 20 novembre 1985. Déjà à l'époque, la piste d'un lien avec la gendarmerie était évoquée.

Tueurs du Brabant : après 32 ans de sabotage de l'enquête, enfin une percée ?

Herwig Lerouge était, dès 1985, l’un des premiers à avancer la piste que, derrière les Tueurs du Brabant, qui semaient la terreur en Belgique à l'époque, se cachait une cellule d'extrême droite au sein du groupe Diane, unité d'élite de la gendarmerie. Aujourd’hui que cette piste semble se confirmer, il fait le point. Après 32 ans de sabotage de l'enquête sur un des plus grands crimes politiques dans l'histoire de la Belgique, va-t-on enfin avoir une percée ?

Il y a 32 ans déjà, le PTB, son journal Solidaire et certains journalistes l'avançaient comme la piste la plus sérieuse : derrière les Tueurs du Brabant se cache une cellule d'extrême droite au sein du groupe Diane, le corps d'élite de la gendarmerie à l'époque. Pour rappel, ce groupe a été responsable de la vague de terreur qui a fait 28 victimes aux abords des grands magasins Delhaize et Colruyt et terrorisé toute la population dans les années 1980.

Comme l'a révélé la presse durant le week-end des 21 et 22 octobre dernier, un ancien gendarme de cette unité spéciale Groupe Diane, décédé il y a deux ans, aurait avoué à son frère, sur son lit de mort, avoir été « le Géant » de la bande. La haute taille du gendarme correspondrait à celle du « Géant », et une blessure au pied qui lui avait valu une incapacité de travail pendant les tueries du Brabant pourrait correspondre à une caractéristique du Géant observée par des témoins : il boitait lors de la tuerie d'Alost. Les enquêteurs pensent aussi pouvoir identifier maintenant d'autres membres de la bande, tous des gendarmes, ex-membres du groupe Diane.

Beaucoup d'indices qui pointent dans cette direction

Or cette piste des gendarmes d'extrême droite a été qualifiée à l'époque par le ministre libéral de la Justice Jean Gol (MR) et par le procureur de Nivelles, Jean Deprêtre, en charge du dossier comme « de la fiction de roman policier ».

Pourtant, tant la façon de procéder des Tueurs que certaines informations sérieuses disponibles et le contexte politique à ce moment-là pointaient dans cette direction. Les membres de la bande n'étaient pas intéressés par le butin. Les primes de 5 et 10 millions offertes pour obtenir certaines infos auraient dû éveiller la convoitise des indicateurs du milieu. Il n’en était rien…

Ces bandits semblaient agir à leur aise, comme s’ils n’avaient rien à craindre. Les attaques étaient menées de façon militaire. Des spécialistes sont très vite arrivés à la conclusion que certaines techniques utilisées par les tueurs — entrée et sortie des véhicules, progression déployée de manière à couvrir tous les angles de tir possibles, « tir croisé » — étaient enseignées dans les unités spéciales de plusieurs armées et de certains services policiers d’intervention.

En outre, après leurs crimes, les Tueurs se plaçaient en embuscade pour attendre les policiers qu'ils prenaient sous un tir croisé. Les crimes semblaient gratuits. Le butin ne les intéressait visiblement pas. La motivation n'est pas de voler mais bien de tuer, de terroriser.

Une du journal du PTB, Solidaire, d'octobre 1985.

Stratégie de la tension

Les Tueurs du Brabant auraient-ils agi dans le cadre de « la stratégie de la tension », comme on l'a vue en Italie et en Allemagne ?

De nombreux autres éléments sont venus confirmer cette hypothèse : des (ex-)membres du groupe d'élite Diane avaient des liens avec des organisations fascistes belges et des agents américains. On était au milieu des années 1980, au sommet de la Guerre Froide et de la course aux armements. Washington et le monde politique pro-américain en Belgique s’inquiétaient à l’époque de la montée du mouvement contre l’installation en Belgique des missiles nucléaires visant l’Union soviétique. Des centaines de milliers de pacifistes manifestaient pour s’opposer à ce type de menace. Les attaques des Tueurs du Brabant ont semé la panique et préparé le terrain pour un renforcement sans précédent de la gendarmerie. Et les missiles ont été installés.

Le fait que des forces de répression à l'intérieur des États provoquent sciemment des attentats a été appelé la « stratégie de la tension ». Il a ainsi été prouvé qu’en Italie, dans les années 70 et 80 (voir le terrible attentat de Bologne en 1980), cette stratégie a été utilisée par l’extrême droite liée aux services secrets italiens et américains.

Même l’Allemagne semble ne pas avoir été à l’abri de bien curieuses menées américaines. Dans un livre publié en septembre 1998, Andreas von Bülow, qui fut secrétaire d’État à la Défense à Bonn (de 1976 à 1980) puis ministre de la Recherche (de 1980 à 1982), affirme que « les services secrets américains ont influencé, sinon dirigé partiellement ou complètement tout le terrorisme européen ». L’Italie, l’Allemagne… pourquoi pas la Belgique ?

Pas de coupable, mais une gendarmerie renforcée

En Belgique, aucun des coupables des Tueurs du Brabant n’est aujourd’hui sous les verrous. La plupart des suspects sont morts ou à l’étranger. Dès le début, le procureur Deprêtre de Nivelles a bloqué la piste de l’extrême droite. Le sommet de la gendarmerie a protégé les gendarmes suspects. Deux commissions d’enquête parlementaires n’ont trouvé aucun coupable. Mais ont abouti au renforcement de la gendarmerie.

Le nom du « Géant » dont il est question aujourd'hui est déjà apparu dans l’enquête en 1999, après la diffusion d’une série d’affiches présentant des portraits-robots des présumés tueurs. Le fait qu’il était un ancien du Groupe Diane était un autre élément interpellant, qui rendait son profil plausible. Il était membre d'un « practical shooting club », une technique utilisée par les Tueurs et apprise dans des stands de tir fréquentée par plusieurs gendarmes d'extrême droite. Selon son dossier médical, il avait pris congé chaque fois pendant les vagues d'attentats de la bande en 1985.

Pour éviter les oubliettes

La raison pour laquelle cette potentielle piste n’a pas été poursuivie est un mystère. Ou peut-être pas.

On devra se demander comment certains, dans la police et ailleurs, ont fait que cette enquête soit systématiquement détournée de la seule piste crédible.

On pourra, dans les jours qui viennent, dresser la liste de toutes les décisions mystérieuses dans cette enquête, de toutes les interventions politiques pour détourner les enquêteurs de cette piste de la terreur d'extrême droite pro-américaine.

Suite à ces révélations, on pourra lire avec d'autres yeux les décisions prises suite à ces attentats en faveur du renforcement de la gendarmerie dans le paysage policier. Cette décision a amené, par exemple, à ce qu'une gendarmerie toute puissante monopolise l'enquête sur les enfants disparus, sans transmettre ses infos à la justice. C'est la fameuse opération Othello qui a empêché qu'on arrête Marc Dutroux avant qu'il puisse commettre ses crimes.

On devra aussi se demander comment certains, dans la police et peut-être la justice, ont pu jusqu'à aujourd'hui faire en sorte que cette enquête soit systématiquement détournée de la seule piste crédible pour enfin découvrir la vérité.

On devra le faire. Mais, si c'est à travers une troisième commission d'enquête, il faudra que celle-ci soit composée d'une autre façon que les deux précédentes, qui n'ont abouti à rien. Il faudra donner une place aux parents des victimes, qui ont eux-mêmes mené l'enquête contre vents et marées, à des journalistes et des chercheurs qui ont depuis longtemps amassé de nombreux éléments dans cette direction. Il ne faudra pas que les questions qui sont posées, les témoins qui seront invités soient uniquement décidés par les partis politiques traditionnels, qui sont coresponsables de la débâcle que constitue cette enquête. Sinon, une commission d'enquête risque de terminer où de nombreuses commissions de cette sorte ont fini leur vie : dans les oubliettes.

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

N'oubliez pas le "Bommeleeër" au Grand-Duché.
Ce matin sur Vivacité, via un journaliste expert du dossier (j'ai oublié son nom), nous disait déjà que la piste que vous décrivez était de la vaste blague. Le ministre Jambon nous disait aussi que la police d'aujourd'hui n'était pas comparable à la gendarmerie d'hier lol Ce témoignage les fait bien chi**. Comment vont ils étouffer cette affaire ? A mon avis les médias indépendant et démocratique tel que rtl et rtbf vont bien nous informer.
La vérité prenait l'escalier alors que les pistes les plus fumeuses prenaient l'ascenseur ... La vérité, c'est le tout mais ce "tout" émergera quand tous les protagonistes de cette sanglante affaire ne seront plus de ce monde... Le réalisateur et écrivain Pasolini affirmait que le gouvernement italien était impliqué dans les faits terroristes qui touchèrent son pays durant les années de plomb (écrits corsaires). Il est mort dans de biens étranges circonstances. Sans vouloir nourrir des thèses "comploteuses" : des hommes de haut rang ont peut-être eu tout intérêt à bien savonner la planche ... Dommage que les articles du solidaire de cette époque ne soient pas consultables sur cette page...
Sans oublier l'affaire du commandant François spécialiste des narcotiques, et un financement occulte d'une caisse noire de gendarmes..