Photo Solidaire

Trump déclare la guerre au climat : rendez-vous le 2 juin à 18h devant l'ambassade américaine

Donald Trump a annoncé ce 1er juin la sortie des États-Unis de l'accord climatique de Paris. Une vraie déclaration de guerre au climat. Seule la mobilisation des peuples peut forcer ces dirigeants au service des lobbys pétroliers à ne pas faire un pas supplémentaire pour détruire la planète. Il est temps d’agir pour arrêter les Trump de ce monde et de changer de logique.

« Don't Trump our Climate #fossilfuelsnotwelcome » : rendez-vous le vendredi 2 juin à 18h devant l’Ambassade américaine à Bruxelles.

Alors que le réchauffement et la nécessité d'agir urgemment sont unanimement reconnus par la communauté scientifique, l'administration à la tête de la plus grande puissance du monde décide d'envoyer valser l'accord sur le climat obtenu à la Paris l’année dernière.

Cet accord non-contraignant était sur le fond totalement insuffisant – d'ailleurs, même si tous les États respectaient leurs engagements, on arriverait à 3°C de réchauffement d'ici la fin du siècle –, mais, par son aspect universel, par sa reconnaissance de l'urgence et en fixant notamment l'objectif de rester en dessous des 2°C (même 1,5°C), il constitue néanmoins une avancée obtenue grâce à la mobilisation du mouvement climatique et des pays du Sud.

C’était une première victoire qui permettait d'en obtenir d'autres. Et les États-Unis devaient prendre à leur compte 21 % des diminutions de rejets de CO2 prévus, ce qui est loin d’être négligeable. La remise en question de l’Accord par la plus grande puissance économique mondiale constitue une déclaration de guerre directe au climat.

Le choix de Donald Trump et de son gouvernement de milliardaires de sortir de l’accord de Paris est clairement un choix au service des intérêts économiques de la grande industrie fossile américaine. C'est pour ces mêmes intérêts qu'il a décidé de rouvrir les grands projets de pipelines Dakota Access et Keystone XL au détriment du mouvement climatique et des populations, notamment des Améridiens de Standing Rock.

Les fossiles milliardaires contre les peuples

Cette décision illustre très clairement, hélas, les intérêts contradictoires inhérents à un système économique dans lequel le profit d'une minorité prime sur tout le reste. Ici aussi, d’ailleurs, on voit nos gouvernements et les fédérations patronales invoquer « la compétitivité » et trouver des portes dérobés pour postposer les objectifs climatiques. Nous avons ainsi nos organisations patronales – comme la FEB – qui entendent revoir les ambitions climatiques prenant l’argument de la compétitivité. La ministre en charge de l’Environnement, Marie-Christine Marghem, veut elle-même reporter nos objectifs climatiques jusqu'en 2030, sous prétexte que « ce n’est pas le plus important ».

La clef n'est pas entre les mains des multinationales ou des dirigeants qui les servent, mais entre les mouvements de résistance aux États-Unis, ici et partout dans le monde qui défendent la justice climatique et la justice sociale. Il est temps de changer de logique et d'introduire une planification sociale, écologique et démocratique dans l'intérêt des peuples et de la planète.

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Camarade, Le fasciste Trump a encore frappé en retirant les USA de l'accord climatique de Paris. Nous devons tous nous mobiliser,y compris le peuple américain afin que ce président puisse être destué au plus vite,avant qu'il ne commette d'autres dégats encore. Ce sui vient de se passer est inadmissible. En tant que membre du PTB,je condamne cette attitude avec la plus grande fermeté.
Franchement à quoi vous attendiez-vous de la part de ce narcissique borné qui n'en fait qu'à sa tête Son voyage en Europe a coûté des millions d'euros et tous les dirigeants ont fait des courbettes devant lui Il faut arrêter de nous faire avaler des couleuvres...
Que comptez vous laisser de cette terre à vos enfants et petits enfants. La terre nous est prêtée durant notre vie. Nous devons la laisser en bon état pour les génération futures. Ils ont droit tout comme nous à une belle terre où il fait bon vivre
Citoyen Belge, nous sommes conscients que l'enjeu est vital pour que nous et nos enfants et future petits puissent penser de nous, les générations précédentes, que nous avons participés activement pour empècher des gens sans scrupule ( au nom de l'argent à tout pris) de se remplir les poches. Ils profitent des difficultés de milliers, de millions de famillies dans le BESOIN, pour lancer un projet incensé qui soit disant va leurs permettre de gagner leur vie grace au pétrole. NON ! AU PéTROLE, IL EXISTE plein d'alternative, donc l'énergie renouvalble, mais il FAUT INVERSTIR, INVENTER. L'américain est intelligent comme tout autre dans se bat monde ( les riches profitent de la planète, la vampirise rapidement, ils profitent des faible ). Il faut continuer à INFORMER LES PEUPLES qu'il existe d'autres solutions d'énergie exisitantes et futures que le pétrole ( un nuisible pour notre planète). Changeons nos habitudes, aujourd'hui, SINON IL SERA TROP TARD POUR LES GéNéRATIONS FUTURE de vivre dans un monde tout simplement RESPIRABLE. Rassemblons les pleuples à cette cause le bien de la planète avant les gros sous.
Si j'ai bien compris, ce dont je doute, il suffirait de remplacer les "fossiles milliardaires" par des "écolos milliardaires" ... Il n'y a qu'à voir à qui profite les "panneaux photovoltaïques... Pas d'argent, pas de panneaux... Les avancées technologiques, dans tous les domaines, profitent aux riches, peu importe les convictions politiques. Les sans le sous seront toujours Gros-Jean comme devant. Il leur suffira de s'assoir sur leur c... et d'implorer le bon samaritain. Il est temps de... il faudrait... se serait bien de... !!! Du blabla, rien que du blabla, avec toujours les mêmes résultats ; les pauvres sont pauvres et deviendront de plus en plus pauvres; la classe moyenne, les indépendants vont disparaître dans les égouts de l'indigence tandis que les politiciens se gargariseront des succès de leur incompétence. Avant de mettre le Président Donald Trump au pilori, il serait indispensable de balayer devant sa porte et de se demander pourquoi les politiques européens ont tellement peur de la perte de la tutelle des USA !
il est facile de critiquer Trump, alors que le gouvernement Wallon, devrait mieux se regarder, car les énergie propre comme le gaz de ville, sont plus taxée. cela va à l'encontre de la réduction des dz à effet de serre, en effet, si le gaz est trop chère, l'on se dirige vers du charbons, bois, mazout. donc on se moque de qui? de Trump ou du contribuable belge?