Sous la pression, le PTB est finalement admis en commission d'enquête Panama Papers

Depuis des mois, le député PTB Marco Van Hees participe à la commission spéciale Panama Papers. Mais, à partir du moment où la commission spéciale passait à la vitesse supérieure en se muant en commission d'enquête, les partis traditionnels voulaient l’en exclure. Heureusement, il a maintenu la pression et le PTB sera finalement bien dans la commission.

Le PTB exprime sa satisfaction suite au changement de position de la majorité fédérale. Celle-ci vient en effet de cosigner et de voter, avec l'opposition, ce mardi 14 mars au matin en commission Finances, un amendement ouvrant la porte de la commission d'enquête Panama Papers au PTB et autres groupes non reconnus (composés de moins de cinq députés).

Hier, le député du PTB Marco Van Hees avait dénoncé le texte de la proposition de constitution de la commission d'enquête, qui excluait les groupes non reconnus. Pour le député PTB, cette exclusion était incompréhensible : depuis des mois, il participe activement à la commission spéciale Panama Papers, où il a pu apporter son expérience et son analyse des lacunes de la lutte contre la grande fraude fiscale. Et, à partir du moment où la commission spéciale passait à la vitesse supérieure en se muant en commission d'enquête, il en aurait été exclu ?

La volte-face de la majorité constitue une brèche importante dans la ligne de conduite qu’elle a adoptée depuis le début de cette législature. Elle réduit à néant ses (maigres) arguments « technico-antidémocratiques » mis en avant pour exclure le PTB des trois précédentes commissions enquêtes : attentats, Optima et transaction pénale (Kazakhgate).

Cette évolution confirme que la présence de « petits » partis dans une commission d'enquête ne pose aucun problème légal, réglementaire ou pratique (comme le prouvaient déjà plusieurs précédents lors des législature antérieures).

Il apparaît dès lors que cette exclusion des trois autres commissions d'enquête avait bel et bien des motivations politiques : la volonté d'un entre-soi des partis traditionnels dans des matières particulièrement sensibles. Des matières où, justement, l'apport d'un parti non impliqué dans différentes affaires est particulièrement souhaitable.

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

C'est heureux. A espérer que cette admission au sain de l'enquête parlementaire ne contraigne pas le PTB (comme les autres partis, d'ailleurs) à la «discrétion». L'ennemi de classe ne manquera pas de s'en servir pour, plus tard, discréditer le PTB, prétendant que celui-ci a, en fait, masqué des informations importantes à ses électeurs.Ceci serait présenté comme un manque de transparence et un mensonge, contraires aux valeurs défendues par le PTB : alors, le PTB, menteur ?, demanderont-ils... Dans cette situation, il ne restera plus au PTB que la désobéissance, pour rester fidèle à ce qu'il est vraiment. Attention : le Machiavel des riches veille.
Bravo !! Super nouvelle pour le PTB ... ! Il n'est que normal et souhaitable que le PTB siège lors de ce type d'enquête parlementaire (Panama Papers) ! J'avais écrit à l'époque au 1er Ministre Charles Michel pour lui faire part de ma colère à ce propos et lui faire part également qu'il serait totalement injuste que les "petits" paient pour ce genre de fraude à grande échelle ... Ce fut "lettre morte" : aucune réponse mais cela ne m'étonne pas, les loups ne se mangent pas entre eux ! J'espère de tout coeur que vous pourrez faire bouger les choses, poser les bonnes questions et surtout faire en sorte que ces "vautours" remboursent ce qu'ils doivent à la fiscalité belge, trop lourde pour les petits et qui pourrait grandement être allégée si tous ces "profiteurs" rendaient leur "butin"! Merci d'avance pour les "petits" qui supportent de moins en moins de se faire plumer par le grand capital. Bien à vous et très amicalement.