Photo Solidaire, Christoph Van Dyck

Solidarité avec les Grecs :: Manifestons le 21 juin

auteur: 

Marc Botenga

Le 25 janvier, le peuple grec a voté pour un gouvernement promettant de mettre en place un plan d’urgence humanitaire et relancer l’économie. Depuis, on assiste à une véritable épreuve de force entre la Grèce et l’Union européenne. A l’appel d’une large plateforme d’organisations, une manifestation de solidarité aura lieu le 21 juin à Bruxelles.

Le résultat des élections de janvier 2015 en Grèce a causé une vague d’enthousiasme partout en Europe. Le résultat impressionnant des listes de gauches aux élections locales espagnoles vient de le confirmer. 

Pendant 6 ans le peuple grec a subi les politiques d’austérité européennes. L’âge de la pension a été augmenté, les pensions et le salaire minimum diminués. Les entreprises publiques ont été privatisées, la télévision nationale fermée. Après six ans d’austérité, un quart des Grecs vivent sous le seuil de pauvreté. Un autre tiers est directement menacé de pauvreté. 

Depuis, on assiste à une véritable épreuve de force entre la Grèce et l’Union européenne. L’Union européenne refuse d’accepter le message de l'élection grecque . L'UE veut à tout prix poursuivre une politique qui a échoué depuis 6 ans. Pour Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, il ne peut y avoir de choix démocratique « contre les traités européens ». 

L’UE veut étouffer dans l’œuf la vague de résistance contre l’austérité, par crainte que celle-ci n’envahisse tout le continent européen . Le peuple grec mérite donc tout notre soutien. Leur combat est le nôtre. La Grèce doit avoir le droit de faire payer la crise aux millionnaires, d’augmenter les pensions et le salaire minimum, et de rétablir les conventions collectives de travail. 

Le PTB appelle à participer à la manifestation organisée dimanche 21 juin à 13h30 Place Albertine à Bruxelles (près de la Gare centrale) par « AVEC LES GRECS », une large plate-forme signée par entre autres : La Centrale Générale FGTB, ACOD-vrt, CGSP Wallonne, CSC Bruxelles Hal Vilvorde - Priorité aux travailleurs, Mouvement Ouvrier Chrétien Bruxelles, JOC Bruxelles, Métallos MWB-FGTB , Alter Summit Belgium, ACIDe, D19-20, HART BOVEN HARD, CNAPD asbl, Global Social Justice, Vie Féminine Bruxelles, Comac, Intal… 


Rendez-vous sur l'événement Facebook, où vous trouverez entre autres la liste complète de signataires.

 

Appel de la Plateforme « Avec les Grecs »

La Grèce est la preuve concrète que les politiques d’austérité et de précarisation ne fonctionnent pas. Six années de coupes budgétaires sans précédent, de désinvestissement dans le secteur public et de politique salariale régressive ont conduit le pays au chaos. L’économie a reculé de 25% par rapport à 2010, la pauvreté a explosé, le taux de chômage est désormais de 26%, un jeune sur deux se retrouve sans travail, les services publics et le système de santé ont été démantelés…

Il faut absolument changer de cap. Poursuivre dans la même voie ne conduirait qu’à aggraver les inégalités et le chômage en Grèce. Or le même danger menace tous les autres pays de l’Union européenne.

Partout, il est donc nécessaire de donner la priorité à l’emploi, au redéploiement économique, via l’investissement public et des politiques de redistribution. 

C’est pour réaliser ces tâches que les électeurs grecs viennent d’élire un nouveau gouvernement. Face à l’UE qui refuse de respecter ce choix démocratique, nous devons exprimer notre soutien sans faille au peuple de Grèce et exprimer notre opposition à ceux qui cherchent à lui imposer les mêmes recettes néolibérales : toujours plus d’austérité, toujours plus de chômage, toujours plus d’inégalités. La Grèce ne sortira du piège de l’endettement continu qu'en empruntant une voie qui, notamment, combattra la corruption et les injustices inacceptables du système fiscal.

La Grèce a le droit de rétablir les conventions collectives et le Code du travail démantelés par la Troïka ; la Grèce a le droit de prendre des mesures sociales d'urgence pour combattre la pauvreté et d'arrêter les privatisations ; la Grèce a le droit, comme tous les autres peuples d'Europe, de faire un audit de sa dette publique et d’exiger l’annulation des dettes illégitimes. 

Contre le chantage des institutions néolibérales, marquons notre solidarité avec la Grèce, avec les mouvements sociaux, syndicaux et antifascistes – qui nous montrent à quel point des alternatives progressistes sont nécessaires en Europe. 

OUI, une autre voie est possible – pour le bien de tous et de toutes, dans une vision de progrès économique et de justice sociale.

 

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

une voie de justice sociale est possible; suffit de le vouloir.
Il est grand temps que l'Europe applique une politique plus sociale et non de l'intérêt des grands groupes financiers. L'austérité qu'elle impose nous conduit tout droit dans un gouffre.
c est honteux de détruire un peuple qui est a la base de notre civilisation tout ca pour le fric des riches, si l Europe n avait pas eu les Grecs pendant la guerre quel avenir aurions nous maintenant
Bravo au Gouvernement Grec,le seul dans l'U.E. qui soit avec son Peuple,et qui le défend contre l'austérité !
Lacher le peuple Grecs devant ses problèmes, c'est lacher la Belgique demain, si problèmes similaires....Ayant voter le PTB, je soutient ses actions et ses démarches.....C''est devant les difficultés que l'on reconnait ses partenaires et amis......Non à la paupérisation des peuples, devant les instances financières internationales, qui ne font qu'engloutir des sommes astronomiques au dépends des pauvres, des faibles......Tout en laissant échapper les plus riches vers les Paradis fiscaux, .....SANS aucune inquiètude, car protéger par le système... Basta !!!!
Il est temps que l'on parle enfin de solidarité, et de réalisme : étrangler un peuple est aussi un crime. Il faut chercher des solutions pour tous, et pas seulement pour des ficelles pour récupérer de l'argent. If faut publier le taux d'intérêts auquel l'argent a été prêté, et éventuellement le réduire. Pourquoi n'entend-t-on pas la voix de financiers , armateurs, banquiers, grecs déclarant qu'ils sont d'accord pour participer à des remboursements. A qui et à quoi pourrait servir d'affamer complètement les européens ? Quand le client n'a pas d'argent, le vendeur et le producteur meurent aussi, c'est malin ! Le Pouvoir actuel a peur des réactions analogues à celles de Podemos et Syriza, mais ces deux partis ne sont pas ceux qui ont dilapidé l'argent prêté.
Même combat chez nous:si on impose les diamantaires ils quittent Anvers.... Si on/impose même une petite taxe de solidarité aux armateurs ils quittent la Grèce... Avions a remplacer chez nous énorme effort OTAN en Grèce....ce sera accepte? Conclusion ici en Grèce partout même combat!
l europe des riches raz le bol le mr nva et ps raz le bol de leurs politique tous des carieristes on se fou du peuple et des gens qui travaillent attention a la riposte car sa va exploser un jour du moins je l espere