Images La Chambre

Résolution du PTB en vue d’une lutte efficace et démocratique contre le terrorisme

Juste avant les congés de carnaval, les députés fédéraux du PTB, Raoul Hedebouw et Marco Van Hees, ont introduit à la Chambre une résolution en vue d’une lutte contre le terrorisme. Outre une analyse des mesures annoncées par le gouvernement, la résolution contient des propositions concrètes pour une approche qui ne compromettra pas nos droits démocratiques.

Début 2015, après l’attentat avorté de Verviers et après les attentats de Paris, le gouvernement annonçait respectivement 12 et 18 nouvelles mesures de sécurité. Celles-ci suivent la même logique appliquée presque partout en Europe à la suite des attentats du 11 septembre : le terrorisme doit être combattu en engageant des militaires, des armes plus lourds, par un renforcement des services de sécurité, l’extension de la législation pénale, une plus vaste collecte d’informations, la tolérance zéro, etc. Cela semble aller de soi. On demande plus d’énergie, les mesures semblent efficaces et le langage musclé passe bien. Mais on se pose rarement la question primordiale : « Ces mesures fonctionnent-elles ? Empêcheront-elles de nouveaux attentats ? »

Le PTB estime qu’il est nécessaire d’avoir une vision totale qui s’en prenne au niveau pénal aux recruteurs des combattants en Syrie et autres djihadistes, qui puisse déjouer de nouveaux attentats via un travail policier ciblé, mais qui s’attelle également à la prévention, à des programmes de déradicalisation, à une politique sociale et anti-discriminatoire et à une tout autre politique étrangère.

Enfin, le PTB estime que ces mesures, prises dans l’intérêt de la population et visant à défendre nos droits démocratiques chèrement acquis, ne doivent pas être en contradiction avec ces mêmes principes démocratiques tels que le droit à la vie privée, la liberté d’expression, la séparation des pouvoirs et l’interdiction de toute discrimination.

Une telle vision totale fait défaut en ce moment au sein du gouvernement belge. La résolution énumère les principales critiques d’experts belges et étrangers sur l’inefficacité et le caractère antidémocratique de bon nombre de ces mesures annoncées par le gouvernement. Concernant la collecte de données, par exemple, le gouvernement suit la voie des États-Unis et de la plupart des pays européens comme la France : enregistrer le plus de données possible du plus grand nombre de citoyens possible (« collect-it-all » - collectez tout).

Les juges d’instruction, les avocats des droits de l’Homme et les universitaires font toutefois remarquer depuis longtemps que le problème ne réside pas dans un manque de compétences des services de renseignement ou dans une pénurie d’informations, mais bien dans le traitement de cette colossale quantité de données. Il serait bien plus indiqué d’investir dans des juges d’instruction spécialisés et dans un travail policier ciblé, se concentrant sur des suspects. Le travail classique de renseignement – le recours à des informateurs, les tuyaux sur les communautés locales et une surveillance ciblée – est toutefois réel et efficace.

La résolution du PTB va toutefois plus loin que le simple fait de rechercher et punir les coupables. Il convient également de s’en prendre aux causes. Autrement, nous ne ferons qu’appliquer des emplâtres sur des jambes de bois. En investissant dans l’emploi et dans la lutte contre la discrimination dans les quartiers socialement dénués de perspectives, en impliquant les familles et les mosquées dans la lutte contre la radicalisation djihadiste, mais aussi en abandonnant la politique belliciste agressive de l’Otan et en fermant les vannes financières et pétrolières de l’EI, le terrorisme pourra être éradiqué avec ses racines et le reste de façon sociale et juste.

Lisez ici la résolution complète.

 

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.