Photo Solidaire, Han Soete

PTB et Médecine pour le Peuple : le modèle Kiwi, alternative aux médicaments trop chers de De Block

150 personnes, patients de Médecine pour le Peuple et sympathisants du PTB ont aujourd’hui mené une action devant le cabinet de la ministre de la Santé Maggie De Block. Elles protestaient contre la forte augmentation de prix de certains médicaments, comme les inhibiteurs d’acide gastrique, les sprays nasaux décongestionnants (à partir du 1er avril) et les antibiotiques (à partir du 1er mai).

Pour défendre sa mesure, la ministre prétend vouloir lutter contre la surconsommation de ces médicaments en les rendant plus chers. « En augmentant le prix, nous espérons que les gens réfléchiront à deux fois avant de prendre des antibiotiques », a-t-elle déclaré. 

« Que la ministre avance cela alors qu’elle est elle-même médecin généraliste est incompréhensible, puisque c’est précisément le médecin qui prescrit ces médicaments, constate le Dr Sofie Merckx de Médecine pour le Peuple. Augmenter les prix va faire en sorte que les patients qui sont justement les plus vulnérables vont postposer un traitement nécessaire par antibiotiques. Une bronchite peut alors évoluer en pneumonie et exiger une hospitalisation, ce qui coûte beaucoup plus cher à la collectivité et cause une souffrance tout à fait évitable au patient. »

Photo Solidaire, Mathilde El Bakri

Une délégation de manifestants a été reçue au cabinet. En l'absence de Maggie De Block, sa porte-parole a reçu les représentants de MPLP et du PTB, qui attendent une réponse de la ministre. Quelque 5 000 cartes de vœux exprimant des messages de protestation de patients y ont été remises. Celles-ci font part de témoignages souvent poignants où des patients expliquent  comment les mesures d’économies affectent leur santé. Par exemple Raymond : « J’ai 64 ans et j’ai des problèmes cardiaques. J’ai eu des ulcères à l’œsophage et je souffre maintenant d’œsophagite chronique. Pour mon cœur, je dois prendre tous les jours des anticoagulants, et pour protéger mon estomac,  je dois aussi prendre tous les jours 40 mg d’inhibiteur d’acide gastrique Omeprazole. Je suis obligé de les prendre, et avec les mesures de la ministre De Block, cela va me coûter beaucoup d’argent. » 100 capsules d’Omeprazole-Sandoz de 40 mg coûtent 52 euros à prix plein. Actuellement, pour Raymond, le ticket modérateur est de 13 euros. À partir du 1er avril, Raymond devra payer de sa poche 52 euros par boîte.

Photo Solidaire, Salim Hellalet

Il existe pourtant une alternative : le modèle Kiwi (lire les explications ici). Le Dr Sofie Merckx souligne qu’en Belgique, la multinationale Sandoz vend aux pharmaciens son inhibiteur d’acide gastrique Omeprazole 40 mg en grande boîte au prix de 35 euros ; aux Pays-Bas, Sandoz vend exactement la même boîte au prix de 3,16 euros aux pharmaciens. En effet, aux Pays-Bas, les assurances-soins de santé appliquent une forme d’appel d’offres – appelée modèle Kiwi –, ce qui fait que le prix y est jusqu’à dix fois plus bas qu’en Belgique. « Nous demandons que l’assurance-maladie belge effectue des appels d’offres, c’est-à-dire le modèle Kiwi, pour les médicaments. Notre service d’études a calculé que si la Belgique appliquait le prix néerlandais au seul antibiotique Augmentin, cela rapporterait déjà 15 millions d’euros – soit le montant que la ministre veut économiser sur tous les antibiotiques en doublant et jusqu’en quadruplant le coût pour le patient. »

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.