Prendre sa pension à 55 ans ? Avoir 4 250 euros nets par mois ? Possible pour un parlementaire

auteur: 

Kim De Witte

On doit tous travailler plus longtemps. Tous ? Non, des irréductibles parlementaires ont décidé de maintenir leurs privilèges...

Une nouvelle étude du service d’études du PTB révèle qu’il n’est absolument pas question de la réforme annoncée des modalités de pension des parlementaires (voir plus bas). Les parlementaires qui siégeaient avant le 1er juin 2014 peuvent toujours prendre leur pension à 55 ans et leur pension anticipée à 52, sans la moindre condition de carrière. Pourtant, le 3 juillet 2015, le président de la Chambre, Siegfried Bracke (N-VA), avait annoncé qu’on allait « restreindre les conditions de pension des parlementaires ». Récemment, le gouvernement a effectivement décidé de modifier la réglementation de pension des fonctionnaires. Le fossé entre travailleurs et parlementaires s’élargit encore plus.

« C’est deux poids, deux mesures. L’an dernier, le gouvernement avait promis de “restreindre” les conditions de pension des parlementaires. Il n’en a absolument rien été. Au contraire. Les parlementaires peuvent toujours prendre leur pension à 55 ans et même leur pension anticipée à 52. Sans la moindre condition de carrière. Ces mêmes parlementaires votent néanmoins une loi qui oblige tous les autres à travailler jusqu’à 67 ans », explique le président du PTB, Peter Mertens.

Et ce n’est pas fini : « Des ministres comme Kris Peeters, Jan Jambon et Daniel Bacquelaine toucheront une pension mensuelle nette de 4 250 euros par mois. Et ces mêmes ministres viennent de décider que, désormais, un facteur devrait se débrouiller avec une pension de 1 215 euros par mois. Si travailler plus longtemps n’est pas faisable pour les parlementaires, par conséquent, cela ne l’est pas pour les travailleurs de notre pays non plus », a ajouté Mertens.

(Retrouvez l'étude complète ici)

En résumé
La Chambre des députés va voter d’ici peu nombre de mesures censées détricoter la pension des fonctionnaires : la suppression des bonifications liées au diplôme et le relèvement des tantièmes à 60. L’an dernier, la Chambre avait également voté la suppression du bonus de pension et le relèvement de l’âge de la pension légale à 67 ans, celui de la pension anticipée à 63 ans (à condition d’avoir travaillé 42 ans), ainsi que celui de la pension de survie à 55 ans. L’accord de gouvernement prévoit encore d’autres mesures qui vont détricoter le droit à la pension légale : terminé le droit à la pension avec certaines formes d’interruption de carrière et de crédit temps, terminé la pension de ménage telle que nous la connaissons aujourd’hui, et la poursuite du détricotage de la pension des fonctionnaires (en calculant la pension sur la carrière complète et en recourant à un nouveau calcul pour les fonctionnaires qui ont d’abord été contractuels au sein d’un service public).
Ces diverses mesures vont obliger les fonctionnaires, les salariés et les indépendants à travailler plus longtemps pour moins de pension. « Tout le monde doit travailler plus longtemps », affirme le gouvernement Michel. Tout le monde ? Ce n’est pas tout à fait exact. Les représentants du peuple qui siégeaient à la Chambre ou dans l’un ou l’autre parlement belge avant le 1er juin 2014 pourront prendre leur pension à partir de 55 ans et leur pension anticipée à partir de 52. Il n’y a pas de condition de carrière pour cette pension anticipée. Un député peut la demander indépendamment du nombre d’années de service (un fonctionnaire, un travailleur du privé, un indépendant doivent avoir travaillé 42 ans pour pouvoir prendre leur pension anticipée à 63 ans). La pension de survie est accordée à tous les conjoints survivants, sans minimum d’âge (le conjoint survivant d’un fonctionnaire, d’un travailleur du privé, d’un indépendant doit avoir 55 ans au moins). Le droit à la pension à partir de 55 ans vaut encore pour environ deux tiers de nos actuels députés (en fait, tous ceux qui avaient déjà un mandat avant le 1er juin 2014).
Les députés qui ont déjà un mandat parlementaire derrière eux (dans n’importe quel Parlement belge) se sont constitués aujourd’hui déjà 1 490 euros de pension par mois. Pour les députés qui ont deux mandats derrière eux, il s’agit de 2 980 euros par mois. Trois mandats donnent 4 471 euros par mois. Et quatre, 5 110 euros par mois (montants bruts).
Ces pensions sont en outre cumulables avec des droits de pension que ces députés se sont constitués en tant que bourgmestre ou échevin dans une commune, ou comme avocat, médecin ou travailleur du privé. Avec ce cumul, bien des députés atteignent dans les faits la pension maximale d’un fonctionnaire, de 6 283 euros bruts par moi (c’est le maximum actuellement, il augmentera encore dans l’avenir). Un groupe important de députés pourra prendre cette pension à partir de 55 ans (ou 52, s’ils choisissent la pension anticipée). C’est en contraste flagrant avec la pension moyenne d’un salarié, qui tourne autour de 1 100 euros nets par mois, ou avec la pension moyenne des fonctionnaires, de 1 600 euros nets par mois, et qui ne peut être demandée qu’à l’âge de 63 ans au plus tôt.

 

Quelques exemples concrets
Kris Peeters (ministre de l’Emploi, CD&V), qui a d’abord travaillé 20 ans dans le privé et avec un gros salaire (il a d’abord été avocat, ensuite conseiller fiscal pour l’Unizo et, enfin, administrateur délégué de cette même Unizo), va encore toucher une pension légale du secteur privé. Imaginons que, pour ses années dans le privé, il a perçu un salaire se situant à la limite salariale de la sécurité sociale. C’est un scénario réaliste, car ce seuil n’est pas très, très élevé (aujourd’hui, autour de 53 000 euros bruts par an). Cela lui rapporte une pension légale d’environ 1 177 euros bruts par mois (soit 53 000 euros x 20/45 ans x 60 %). Cette pension doit être complétée par la pension qu’il recevra comme parlementaire, ministre et représentant ou administrateur dans d’autres fonctions rémunérées qu’il occupe actuellement et à l’avenir auprès de l’État. Nous pouvons partir du principe que cette pension sera égale à la pension maximale du secteur public (6 283 euros bruts). La pension du secteur privé + public ensemble est également à 7 460 euros bruts ou 4 235 euros nets par mois (compte tenu du précompte d’entreprise pour les isolés sans enfant à charge et avec la cotisation INAMI de 3,55 %, l’allocation de funérailles de 0,5 % et la cotisation de solidarité de 2 %).
Daniel Bacquelaine (ministre des Pensions, MR) se trouve au seuil maximal de pension pour les fonctionnaires (6 283 euros bruts). Il n’est pas seulement parlementaire, mais également bourgmestre et professeur d’université. Ensuite, selon ses propres dires, il a toujours été actif comme médecin. Nous ne savons pas combien il a gagné. Imaginons qu’il a perçu un demi-salaire pour ses prestations de médecin (2 000 euros bruts ou 1 000 euros nets). Cela lui procure une pension légale d’environ 1 200 euros bruts par mois. La pension du secteur privé + public ensemble est donc égale à 7 483 euros bruts ou 4 250 euros nets par mois.
Jan Jambon (ministre de l’Intérieur, N-VA) a travaillé 23 ans dans le secteur privé, comme directeur des comptes à IBM et comme directeur à SD Worx et BCC. Imaginons que, pour cela, il a reçu un salaire égal ou supérieur au plafond salarial. Sa pension légale pour ces années est dans ce cas également à 1 354 euros brut par mois. Ensuite, il va atteindre sans doute aussi la pension maximale dans le secteur public (il a été longtemps échevin et ensuite bourgmestre à Brasschaat). La pension du secteur privé + public ensemble sera alors également à 7 637 euros bruts ou 4 292 euros nets par mois.

Travailler plus longtemps pour moins de pension ne s’applique donc manifestement pas à nos parlementaires. L’an dernier, le service d’études du PTB avait déjà montré l’importante différence entre les pensions des parlementaires et celles des fonctionnaires, des salariés et des indépendants. Non seulement l’âge de la pension et le montant de la pension, mais aussi la façon dont la réforme était appliquée. Les parlementaires peuvent toujours s’en aller à 52 ou 55 ans avec leurs droits constitués avant le 1er juin 2014. Pour beaucoup aussi, la pension reste égale à 6 283 euros par mois. Les fonctionnaires, salariés et indépendants ne peuvent plus emporter à 60 ans les droits de pension qu’ils se sont constitués. Ils doivent travailler au moins 3 ans de plus (à partir de 2018). Bon nombre vont devoir travailler jusqu’à 7 ans de plus, pour la même pension, voire une pension inférieure. La N-VA, le parti du président de la Chambre, avait alors réagi en disant qu’elle voulait à tout prix « restreindre les conditions de pension des parlementaires ».1 Mais, depuis lors, il ne s’est plus rien passé.

 

1. « N-VA wil pensioenvoorwaarden parlementsleden verder aanscherpen », Belga, 3 juillet 2015

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Pension à 55 ans pour les parlementaires! rien ne m'étonne!! on le sait depuis longtemps. d'autant qu'à cet âge là certains d'entre eux continuerons dans le privé jusqu'à 65 ans! et donc cumulerons encore ce complément du privé à leur cumul de pension perçue! de fait, des revenus comme avocat ou autre, tel que enseignant d'université, bourgmestre, président de conseil d'entreprise ou de banque,! parfois même (même souvent!) en parallèle d'une activité de parlementaire ou de ministre. pour continuer dans le privé à l'âge de 55 ans.....!?!? nous quand on veut faire quelques heures de travail en plus de notre job officiel pour permettre à sa famille de boucler les mois plus facilement, on est tellement taxés dessus que la plupart le font au noir! maintenant que le constat est posé (depuis longtemps quand même!) on fait quoi? faut arrêter de faire des constats dont on sait qu'ils ont été posés depuis des années mais restés sans réactions! d'où ma question, on fait quoi maintenant et pas dans dix ans?
SCANDALEUX ! Ma plume restera propre mais mes pensées sont grossières et vulgaires ! C'est inacceptable et cela doit changer.
Quelle injustice camarade , eux qui veulent donner des leçons aux autres ; qu'il ce regarde une fois dans une glace avant d'agir ! Quelle honte !!!
Arrêter de mettre, moi je suis payer autant. Y en marre de ce gouvernement là. Moi je sais que je suis en médiation de dette pour +-6000£ et tout ce que je gagne 850€ a la mutuelle et ma tout repris et me donne 50€/semaine. Il y a longtemps que j'ai manger un morceau de viande. Et j ai 62 ans et j ai travaillé jusqu'à 55 ans. Arrêter ce gaspillages tout le monde est identique.
La vie est un boomerang et celui-ci revient toujours . Ce que nous faisons de bien nous revient mais aussi ce que nous faisons mal ou pas .
ce gouvernement dois démissionner ,car se sont des voleurs s et honteux de voleur les gens de cette façon ,nous on creve de fain avec l aumone que l on nous donnes ,mais eux il on de quoi manger et remplir leur pense ,mais il une chose quand on décide de faire gréve ou autre il en a toujours qui veule aller travailler et faire a par des autres ,donc je leur quand il seront au chomage il seront bien content d avoir les syndicat pour leur offrir une allocation ,mais se gouvernement me voudras jamais démissionner car il se remplis bien les poche sur notre dos HEIN CHARLE MICHEL VOLEUR VAS
Se rappeler, Léo Férré ; pour le salaire obscène qu' on ne saurait montrer (Requiem), Jacques Prévert dans son très beau poème : Citroën. La grève, la grève, ... Vive la grève!
Honteux je suis femme d'ouvrage et je suis obligée pour mon état de santé de prendre ma pension anticipée à 61 ans et 42 ans de travail de plus je suis nommée pour la communauté française et les remplacements de malade se font au détriment de nos heures et les départs en pensions ne sont pas sur d'être remplacé du moins pour le même nombre d'heure on nous en demandera toujours plus et franchement je suis heureuse de m'en aller mais je plein les jeunes qui sont encore là pour longtemps mais ma pensions n'est pas à la hauteur du travail et des conditions de travail des années 70 et notre santé nous en donne raison et je m'aperçois que nous revenons en arrière c'est honteux qu'on fasse travaille ces ministre un mois comme nous tôt le matin 15 minutes de pose et 30 à midi les trajet le ménage les enfants etc... Ils ne s'en rende pas compte ou font semblant il l'équilibre du budget mais sans eux ... A leur pensions ils auront eux les moyens pour partir encore en vacances cela me dégoûte
Au sujet des pensions voici mon avis. Je trouve que le système des pensions est obsolète et périmé jusque maintenant aucun ministre du service des retraites n'a été capable de concevoir un système équitable pour tout le monde. Il faut le vouloir et être capable de comprendre les besoins des citoyens travailleurs. Mais quand je vois toutes les fonctions qu'ils exercent avec leur mandat politique je dois reconnaître que se sont des superhommes ou dames cumuler tout ses métiers en plus de leur carrière politiques (Bravo) moi je suis incapable de travailler comme ces politiciens qu'ils me donnent leurs recettes pour que je puisse faire comme eux. Mais vous devez comprendre que le travailleur doit se contenter de sa pension au minimum vital mais pas plus ca pourrait déranger. Il faut savoir que nous sommes dirigé souvent par des politiciens qui n'ont jamais été dans le besoin alors ils ne sauront jamais se mettre à la place d'un travailleur.
Il y a vraiment un problème chez nous! Dans mon propre domaine, je travaille dur, j ai des responsabilités. Je vais devoir travailler jusque 67 and et pour mon niveau de doctorat j aurai au final 1280 €. Nos politiciens, les cadres privés se préoccupent de leur petite personne et puis apres eux, les mouches et tout ce qui va avec les mouches.....
Et la réponse pleine de sagesse et de responsabilité démocratique du flamboyant Bacquelaine à cette interpellation de Raoul : "C'EST DU POPULISME !"... Évidemment n'est-ce pas, sitôt que vous osez soulever une objection qui risque de s'écarter un tant soit peu de la logique néolibérale triomphante, dès que vous émettez une opinion remettant en cause la condition absolue de soumission féodale du bon peuple vous tombez de facto dans le POPULISME. Ça ne souffre aucune discussion, on ne peut remettre en question une vérité scientifique érigée en axiome ; Les savants calculs utilisés dans les hautes sphères ne s'appliquent pas aux plébéiens et surtout, à chacun sa propre arithmétique : tout au dessus de l'échelle des valeurs prévalent les signes "Plus" et "Fois", tandis que "Moins" et "Divisé" sont réservés aux populations de la fange, un point c'est tout !
c'est toujours les mêmes qui passent à la caisse. Fait ce je dis mais ne faite pas ce je fait. J'ai l'impression que l'on devient des esclaves. Mais je pense que cela ne changera pas vu qu'ils ne vont pas supprimer des avantages qui sont votés par eux. ON N'A PLUS Q'UN SEUL DROIT PAYER ET LA FERMER C'EST PROPREMENT SCANDALEUX.
il est temps réexamen ,analyser et reformer cette injustice sociale qui existe dans notre cher pays et au sein du peuple....
Je veux bien la moitié en net de cette pension et j'ai travaillé plus que 45 ans?
Je veux bien la moitié en net de cette pension et j'ai travaillé plus que 45 ans?
plus qu'assez de voir ceux qui font les lois les faire pour eux... quand va-t-on cesser de dire que les handicapés du privé ne peuvent cumuler leur indemnité versée jusqu'à la fin de leur vie par l'assureur de leur employeur, et que ce montant est volé par l'ETAT qui la fait verser au FAT, qui est l'ETAT. On laisse 10 %, pour les handicapés c'est suffisant ils n'ont plus besoin de vivre, autant leur laisser une indemnité de misère, et faire verser les 90 % pour les donner au service public, qui eux touchent de 100 à 150 % à la pension, en fin de compte autant profiter des travailleurs du privés aussi qui n'ont plus la chance d'être valides... ceux qui font les lois toucheront bien 100 à 150 % financés par les handicapés du privé !!!.. Merci de ce cri au sénat, on vole mon indemnité, et tous ces handicapés victimes dans mon cas d'un accident sur le chemin du travail, On me prend 360 euros par mois qu'on me vole sous prétexte de non cumul, sauf 38 euros une misère,, et la honte de devoir en parler.....on accepte 38 euros de cumul mais pas 360 euros dû et même pas déductible fiscalement, puisqu'ils le font verser directement sur leur compte.... cherchez le voleur ? Ils osent dire que ça doit changer, que c'est une injustice, ALORS CHANGER et rendez la vie aux vieux qui sont peut-être vos parents !!!!!. Bonne chance à vous.