Pour l’arrêt immédiat des négociations sur le TTIP, mobilisons-nous

auteur: 

Marc Botenga

Comme des dizaines de milliers d'autres dans le monde, plus de 3.000 personnes ont manifesté ce samedi 18 avril à Bruxelles contre le TTIP. « Ce traité, ce cheval de Troie antidémocratique, doit être rejeté », a déclaré Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB, présent à la manifestation.
« Les traités de libre-échange sont une forme de hold-up démocratique. Le PTB demandera lors du vote sur le TTIP au Parlement Bruxellois que Bruxelles se déclare 'zone hors-TTIP' », déclare Mathilde El Brakri, députée bruxelloise PTB.

« Le TTIP, le traité transatlantique en cours de négociation, est un cheval de Troie antidémocratique qui menace nos normes sociales, environnementales ou alimentaires. Il doit être rejeté », déclare Raoul Hedebouw. Le PTB a participé à la journée internationale d’action contre le Traité de libre échange entre les Etats-Unis et l’Union européenne ce samedi 18 avril et donne déjà de nouveaux rendez-vous.

Le TTIP est censé officiellement faciliter le commerce entre les États-Unis et l’UE, via la création d’un marché commun, mais il se heurte à une opposition forte. Ainsi, l’accord permettrait à des multinationales de poursuivre des États devant des tribunaux d’exception et d’affaiblir les normes européennes en matière de sécurité alimentaire et de droits sociaux.

Le député Raoul Hedebouw qualifie le traité de « cheval de Troie antidémocratique ». « Grâce à l’accord et via des tribunaux d’exception et des mécanismes censés régler des litiges, les fameux ISDS, les grandes entreprises pourront bientôt réclamer des milliards à l’État belge si le Parlement belge ne permet pas la présence sur notre marché de certains produits nocifs », explique Raoul Hedebouw. Récemment encore, l’Argentine a été condamnée au paiement de 400 millions d’euros de dommages et intérêts à la multinationale Suez, parce qu’elle avait renationalisé la distribution d’eau à Buenos Aires en 2006. « Un cigarettier qui traîne des pays en justice parce qu’ils entendent protéger la santé publique, c’est quand même fou, non ? », a déclaré Raoul Hedebouw.

La résolution parlementaire du PTB fait écho au million et demi d’Européens et aux centaines d’associations qui réclament l’arrêt de ces négociations. Raoul Hedebouw partage les inquiétudes de ces organisations. Par exemple, les États-Unis ont des réglementations nettement moins strictes à propos de la sécurité alimentaire : « Il est incroyable qu’on puisse même envisager, au nom du “commerce”, de nous faire avaler de force des poulets au chlore ou l’exploitation du gaz de schiste, dont nous savons qu’ils sont nocifs pour l’homme et l’environnement. » L’ADN de ce genre d’accord est en effet très clair : dérégulation des normes sociales, environnementales et de la santé au profit des multinationales.

Quant à l’argument de la Commission européenne, prétendant que le TTIP stimulerait la prospérité économique et l’emploi, Raoul Hedebouw n’y croit pas : « Pure propagande. Même dans le “scénario ambitieux” que la Commission européenne propose, il s’agirait d’un projet de croissance d’à peine 0,5 % sur une période de 10 ans. Des études indépendantes, tels le rapport Capaldo ou le rapport de la Fondation autrichienne de recherche et de développement (ÖFSE), parlent même de pertes économiques et sociales considérables accompagnées d’une chute des salaires. » Les salariés des États-Unis et de l’UE vont en effet devoir se faire mutuellement concurrence dans des scénarios de menace de dumping social, d’emplois précaires et de risque de délocalisations importantes.

 

Le PTB réclame l’arrêt des négociations sur le TTIP

 

Un avril anti-TTIP 

 

Des communes « hors zone TTIP »

Partout en Belgique, des débats ont lieu dans les communes pour se déclarer « hors zone TTIP ». 

  • Liège : Lundi 2 février, le conseil communal de la ville de Liège s'est déclaré zone hors-TTIP. Et cela après un vote à la majorité du conseil (PS, Cdh, Ecolo, VEGA et PTB) d'une motion discutée et amendée par les différents groupes politiques ayant apporté leur soutien. Lire plus
  • La Louvière : le PTB et la CSC, entre autres, ont manifesté et invité les politiques à déclarer La Louvière ville hors-TTIP. Lire plus.
  • Herstal : la commune devient hors zone au TTIP mais le PS herstalien de Frédéric Daerden refuse d'exiger l’arrêt définitif des négociations du TTIP comme le demandait la motion introduite par le PTB qui avait été votée à la quasi unanimité au conseil communal de Liège le 2 février dernier. Lire plus
  • Schaerbeek : la majorité refuse de débattre du TTIP malgré la proposition du conseiller communal PTB. Une interpellation et une mobilisation citoyenne est réalisée pourle prochain conseil, le 29 avril. Lire plus.

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Je refuse de manger ce qui est du poison.
Et oui on va en arriver là !! même le poisson sera un poison . On est déjà dans la malbouffe mais alors on va tomber dans la mélodramaticocrasse.... que dis-je la mélasse pour ne pas dire autre chose
Non définitivement !!!!
Mais c'est de la pure folie ! Dommage que je ne puisse plus me déplacer seule si loin ni marcher autant. Je serais avec vous de tout cœur ! Criez non à ma place. Rien ni aucun pays en Europe ne se rapproche dans nos structures sociales, dans nos modes de pensées, dans notre manière de gérer l'économie, de concevoir le culturel des Etats-Unis. L'urgence réside, entre autres, dans l'impatience des surpuissants lobbys de l'Internet et consort, d'une uniformisation des produits ultras sophistiqués que l'on nous déverse sur le marché à un rythme effréné, iPhone, etc. et de la résistance des Etats européens qui voudraient réguler les assauts répétés et l'utilisation abusive des génies de "l'internethologie". Alors tout et n'importe quoi, de l'alimentation à comment devenir riche quand on ne devient pas clochard, tout est bon pour convaincre que ce qu'ils ont inventé et développé doit leur assurer la pérennité d'une hégémonie une tant soit peu remise en question. C'est the american way of life. Si j'ai des problèmes, je vous tends la main quand même. Je me suis souvent demandé si les admirateurs de l'Amérique réalisent, pour la plupart, que même s'ils ont un petit bas de laine, ou une entreprise prospère, rien ne dit qu'ils n'auraient justement pas fini clochard s'ils avaient vécu dans ce beau pays !
Bonjour , Evidemment je suis tout a fait contre, cette accord , mais les multinationals sont tres tres fort et ils infiltre , l'europe , ainsi que le parlement européenne , et paie meme certains dirigeant pour faire accepter ces accord , super non , Il faudrait que le parlement européen , tout les representant deputé et autres commissaires , signe en rentrant en fonction ,qu'il ne peuvent pas avoir contact avec des multinational ,et si fraude il y a, ils doivent tout repaye', mais aussi que soit annulé l'accord pris ( pris parti ) et ne plus jamais être représenté par un parti , quelque soit le pays et quelque soit le partis , FINI de profiter des grosses sommes d'argent , remboursé , et a vie évincé de la scene politique , jusque a la 3 generation , cela s'appel de la démocratie , merci de lire Jean -amrie lenaerts
Je refuse catégoriquement ce vol de pouvoir.
Cette info arrive un peu tard - le jour même ! - et samedi déjà pris. Dommage, j'en aurais été.
Ce traité TTIP ne doit jamais être conclus même si des négociations sont prévues pour mieux nous faire avaler ce "marché vitriolé". Grâce à ce traité et à certains élus aveuglés par le libéralisme, par la fausse solidarité qu'il crée, sera le nouveau jackpot des puissants de ce monde. Je ne suis pas étonnée d'apprendre que le MR s'est abstenu lors du vote pour la suspension des négociations. Ce parti est prêt à ouvrir la porte à tous les marchés, à toutes les transactions qu'importe que ceux-ci appauvrissent notre pays, qu'ils mettent en danger la santé et les emplois de notre population. Un LIBRE-échange ne peut qu'être LIBRE de tous contrôles. Il n'a dès lors pas lieu d'exister, d'être conclu.
Ils sont tombés sur la tête !