Pétition :: « Faire des ‘affaires’ avec Israël ? Inadmissible ! »

Ce matin, la PTB avait invité la presse pour la présentation de sa pétition en vue d’annuler l’envoi de missions économiques en Israël. Bref, « Assez de paroles creuses. Il est temps de passer aux actes ». La pétition s’inscrit dans le cadre de la campagne internationale BDS (boycott, désinvestissement, sanctions).

Alors que, depuis des semaines, Israël massacre la population de Gaza à coups de bombardements incessants, le PTB a découvert qu’en décembre prochain, les trois régions de notre pays prévoient une mission économique en Israël même. La mission se concentrera surtout sur deux secteurs économiques : le secteur pharmaceutique et la... défense.

Inadmissible, estime le PTB. Et, aussitôt, le parti a lancé une action, de pétition afin de contraindre les Régions flamande, wallonne et bruxelloise à annuler immédiatement cette mission et de fermer leurs représentations commerciales à Tel-Aviv.

La pétition a été mise en ligne ce mercredi à 13 heures et, moins de 24 heures plus tard, elle avait déjà été signée plus de 2 000 fois. Signez la pétition ici : www.ptb.be/petition-israel

Le conseiller communal anversois, Mohamed Chebaa, le parlementaire bruxellois Youssef Handichi et le parlementaire wallon Frédéric Gillot soutiennent tous trois cette initiative.

« Depuis le 8 juillet, les attaques meurtrières contre Gaza ont fait 2 000 morts, explique Youssef Handichi. Quelles que soient les protestations internationales ou les résolutions de l’ONU, Israël n’a jamais cessé sa politique d’occupation des terres palestiniennes. L’implantation illégale de nouvelles colonies dans les territoires occupés se poursuit. Un embargo sur Gaza persiste depuis 2007 et les offensives militaires israéliennes y sont de plus en plus meurtrières. Un véritable apartheid existe en Israël même. »

Seules des actions de boycott, des mesures de désinvestissement et des sanctions économiques fermes permettront de contraindre Israël à arrêter l’occupation, a ajouté le parlementaire bruxellois du PTB. 

« Fermes, mais amicales »

D’où cette pétition, avec laquelle le PTB se range derrière la campagne internationale BDS : boycott, désinvestissement, sanctions. Une campagne qui a été lancée par des organisations palestiniennes, en vue de mesures qui doivent être maintenues jusqu’à ce qu’Israël se décide enfin à respecter le droit international et à mettre un terme à la colonisation et à l’occupation des territoires palestiniens.

« Notre pays lui aussi doit s’intégrer à ce processus et cesser de rester sourd et muet à propos de cette situation », déclare Youssef Handichi.

Il était allé jeter un coup d’œil sur le site internet de l’attaché commercial pour Bruxelles et la Wallonie. Ce qu’il y avait lu était proprement sidérant : « L’homme d’affaires israélien se présente aux réunions en étant bien préparé. L’Israélien a parfois tendance à ne pas tourner autour du pot. Il va droit au but. Pour les Européens, généralement plus réservés, cela peut passer parfois pour de l’agressivité. (...) Les Israéliens sont d’excellents négociateurs. Attendez-vous à des négociations fermes, mais amicales. »

Youssef Handichi : « Pas un mot sur le conflit palestinien. Pas un mot sur les crimes israéliens. Pas un mot sur l’occupation. Ces derniers jours, nous avons remarqué ce que cela signifie, des négociations fermes, mais amicales. Les 2 000 Gazaouis tués savent ce que cela veut dire. »

« Nos autorités veulent nous faire croire que nous ne pouvons rien faire. Ce n’est pas vrai, affirme encore Youssef Handichi. Les régions ont bel et bien les moyens d’exercer des pressions sur Israël. La seule façon de forcer les gouvernements à réagir contre les crimes d’Israël est de montrer que de très nombreuses personnes réclament des sanctions contre Israël. Et cela, nous voulons le faire en collectant au moins 10 000 signatures sur cette pétition pour le début de la nouvelle année politique. Ces signatures représentent l’indignation de milliers de gens et nous entendons bien mettre cette colère aussi à l’agenda des parlements. » 

« Assez de paroles creuses, il est temps de passer aux sanctions »

Mohamed Chebaa lui aussi entend faire annuler concrètement, et avec vigueur, la mission commerciale des Régions flamande, bruxelloise et wallonne. « L’indignation parmi la population indique que toutes les relations entre la Belgique et Israël doivent cesser. Cette mission doit être annulée ! »

« Qu’en est-il des crimes de guerre contre des civils, qu’en est-il des droits des enfants, de la violation des droits de l’homme ? La Belgique va-t-elle enfin condamner sérieusement tout cela par un boycott, des sanctions ou un embargo ? », se demande le conseiller communal anversois du PTB. « Aux responsables politiques belges, je dis : Assez de paroles creuses, il est temps de passer aux sanctions. Assez, c’est assez ! »

  « Nous allons descendre dans la rue pour lancer cette pétition parce qu’Israël ne respecte pas les résolutions des Nations unies. Nous voulons impliquer les citoyens dans une action concrète afin de faire arrêter Israël. Nous voulons recueillir au moins 10 000 signatures en vue de faire annuler la mission économique. Le ministre président flamand Bourgeois peut s’attendre, dès le début de l’année parlementaire, à un gros paquet de signatures. »

« Au cours des prochains mois et semaines, nous allons systématiquement accroître la pression en faveur d’un boycott. De même, dans nos ports et aéroports, où sont toujours chargés de grandes quantités de munitions et d’engins de guerre à destination d’Israël. Nous voulons que cela cesse. Nos munitions sont utilisées pour massacrer des enfants et des civils. C’est pourquoi le PTB a lancé une pétition en vue de faire annuler cette mission commerciale. » 

Welcome Pack

« À nos yeux, il est inadmissible que nous continuions à faire du “business” avec le gouvernement israélien, déclare également le parlementaire wallon Frédéric Gillot, car faire des affaires avec Israël signifie aussi que ce pays peut continuer impunément à massacrer le peuple palestinien. »

« Nous sommes déjà intervenus une fois au Parlement wallon à propos du massacre de Gaza afin que le Ministre-Président wallon Magnette et le gouvernement wallon adoptent un point de vue ferme en vue de condamner ce qui se passe là-bas. Nous n’avons pas eu la moindre réaction, à ce propos. C’est un signe que le gouvernement wallon n’a nullement l’intention de faire quoi que ce soit. » 

Ce que le gouvernement wallon fait, toutefois, c’est soigner les entrepreneurs aux petits oignons. Frédéric Gillot : « Aux entrepreneurs qui veulent faire des affaires à Tel-Aviv, la Région wallonne propos ce qu’elle appelle un ‘Welcome Pack’. Les entrepreneurs wallons peuvent aller là-bas faire de la prospection durant une semaine et même jusqu’à trois mois pour se mettre en quête de partenaires locaux. Et tout cela, au frais de la Région ! »

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Face à cette violence scandaleusement disproportionnée de la part d'Israel, il est temps de réagir. Le PTB le fait, je souscris.
Il est inadmissible d'entretenir de quelconques relations avec cet entité fasciste !
C'est une mission économique et non politique, affirment-ils ! Mais justement ! C'est encore pire !
Mission économique et non politique, affirment-ils ! Mais justement ! C'est encore pire ! Est-il vraiment décent de fermer les yeux pour des raisons économiques ?
Scandaleux! Aucune conscience!
Pour que cesse l'appartheid de ce pays raciste et nationaliste le dernier pays à séparer deux communautés ..