Marco Van Hees interpellant le Premier Ministre et lui rappelant ses déclarations de 2014.

Le trou budgétaire ? Creusé pour augmenter les dividendes du Bel 20

« Depuis 2014, le gouvernement Michel a imposé 10 milliards d'efforts budgétaires à la population. Le trou budgétaire est pourtant resté inchangé. Où est passé l’argent ? », a interrogé Marco Van Hees ce jeudi 20 avril à la Chambre suite à la décision du gouvernement de reporter l'équilibre budgétaire de 2018 à 2019.

« Vouloir à tout prix l'équilibre serait idiot », a déclaré Charles Michel aux médias pour justifier la décision de reporter l'équilibre budgétaire de 2018 à 2019. Marco Van Hees est monté à la tribune de la Chambre : « j’ai ressorti le tableau qu'un certain Premier ministre (je n'ai pas donné de nom mais ajouté sa photo sur la couverture du tableau) avait distribué en 2014, dans lequel il promettait l'équilibre non en 2019, non en 2018 mais en 2017. Résultat : en 2014, le déficit structurel était de 2 % ; selon l'Union européenne, en 2017, il est toujours à 2 %. »

Si ce déficit avait servi à éviter l'austérité, on comprendrait. Mais depuis 2014, le gouvernement Michel a imposé 10 milliards d'efforts budgétaires à la population. Et il annonce que la perpétuation du trou va servir à « approfondir les réformes », c'est-à-dire de nouveaux cadeaux au capital, comme la diminution de l'impôt des sociétés.

Charles Michel n'a répondu à aucune des questions du député PTB, ni à celles des 11 autres députés intervenus sur ce thème. Il a répété son laïus sur les supposés bons résultats de sa politique. 

Marco Van Hees l’a donc félicité lors de sa réplique : « Bravo, M. le Premier ministre, vous êtes parvenus à faire applaudir votre bilan par les députés de la majorité. Mais ça m'étonnerait que vous arriviez à faire applaudir votre politique par les travailleurs, les malades, les pensionnés ou les chômeurs qui subissent les méfaits de cette politique. Vous affirmez que le pouvoir d'achat a augmenté. C'est faux. Une étude internationale montre que le pouvoir d'achat a augmenté dans tous les pays de l'Union européenne. Tous, sauf un : la Belgique. Par contre, les dividendes du Bel20 (les 20 sociétés phares de la Bourse de Bruxelles) ont augmenté de 22 %. C'est pour eux que vous creusez le trou budgétaire. »

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Vraiment nous sommes sous la coupelle d'un gouvernement d'incapables et de rage de taxations diverse . quel drôle de pays , pauvre petit travailleurs .
en fait tous se que l on a fait ma servis a rien , si a mettre dans la poche de du charlot 1er sa oui et faire de gros cadeaux au entreprise avec notre argent , je plein nos petit enfant plus tard si rien me change on aura plus rien , avec les gugus qui son au pouvoir , moi prochaine élection je vote PTB sa s et sur , de toute façon je n ai jamais voter MR et je ne le ferait jamais faut etre bargo,pour voter pour eux , mon grand pére ma toujour dit me vote jamais pour le MR se sont une bande de voleur
Voici un très bref aperçu du programme de JL Mélanchon au sujet de la finance. Mettre au pas la finance La finance a mis par terre l'économie réelle en 2008. Elle devait être « l'adversaire » du président sortant. Elle ne s'est jamais aussi bien portée et les revenus des actionnaires n'ont jamais été aussi élevés en France. Notre pays a le record d'Europe du versement de dividendes ! De nouvelles bulles se forment et menacent d'une déflagration encore plus terrible. Il est plus que temps d'agir  Instaurer une taxe réelle sur les transactions financières Contrôler les mouvements de capitaux Identifier et interdire les produits dérivés toxiques et inutiles au financement ou à la couverture des flux économiques réels Instaurer un salaire maximum autorisé pour les dirigeants d'entreprise Les inégalités ont explosé ces dernières années. Les revenus des dirigeants des grandes entreprises sont chaque fois un peu plus indécents. Que font donc ces gens pour mériter de tels salaires ? N'y a-t-il pas moyen de faire le travail de meilleure façon et pour moins cher ? Bien sûr que si ! Les actionnaires ont montré qu'ils ne voulaient pas limiter les rémunérations des grands patrons. La loi doit donc le faire ! Fixer un salaire maximum autorisé pour limiter l'écart de 1 à 20 entre le salaire le plus bas et le salaire le plus haut dans une entreprise Interdire les parachutes dorés et les retraites chapeaux Supprimer les stock-options Faire la révolution fiscale De l'argent, il y en a. Mais il est capté par les uns au lieu d'être mis au service de l'intérêt général par l'impôt. Le système fiscal est à bout de souffle : injuste, plein de niches et de trous, tel un gruyère. Il doit être entièrement refondé sur des bases claires, lisibles, en appliquant le principe de la progressivité qui veut que plus on gagne d'argent, plus on contribue au bien public Évaluer chacune des niches fiscales et supprimer les niches injustes, inefficaces socialement ou nuisibles écologiquement Augmenter les droits de succession sur les gros patrimoines et créer un héritage maximum pour les fortunes les plus importantes (égal au patrimoine des 0,01 % les plus riches, soit 33 millions d'euros en 2012) Réduire la TVA sur les produits de première nécessité, revenir sur les hausses récentes et réinstaurer une TVA grand luxe pour financer ces baisses Refonder l'impôt sur les sociétés pour établir l'égalité devant l'impôt entre PME et grands groupes, instaurer un barème progressif et favoriser l'investissement plutôt que la distribution de dividendes Renforcer l'ISF Refonder l'imposition sur les revenus grâce à un impôt citoyen garantissant les recettes de l'État et celles de la Sécurité sociale et en conservant leur affectation distincte Imposer les revenus du capital comme ceux du travail par une assiette large et unifiée Rendre l'impôt sur les revenus plus progressif avec un barème à 14 tranches contre 5 aujourd'hui : tout le monde doit payer et chacun selon ses moyens réels Instaurer un revenu maximum autorisé : 100 % d'impôt pour la tranche au dessus de 20 fois le revenu médian, soit 400 000 euros de revenus annuels (33 000 euros par mois) Via ce lien https://avenirencommun.fr/livrets-thematiques/ vous pouvez consulter le contenu des livrets thématiques C'est sûre qu'avec un tel programme l’establishment à crier au loup.... grosse panique à bord !!!! Et au second tour, vu que l’extrême droite est encore en course, les Français vont être obligés de voter Macron car l'abstention pourrait avantager Le Pen. N'est-ce pas aberrant de devoir voter pour quelqu'un qui a un programme pour la finance et pas pour les citoyens ? J'espère de tout cœur que nous allons retenir la leçon et faire rempart contre la finance, le mensonge, les fausses promesses etc...etc... Le message populaire doit passer par les urnes. Si vous ne vous occupez pas de la politique, elle s'occupe de vous quotidien. Il est grand temps de prendre la main....