La mission économique belge en Israël avec des sociétés impliquées dans l'industrie militaire

auteur: 

Axel Bernard

Une mission économique, organisée par les Régions, bruxelloise, wallonne et flamande, est programmée en Israël. Or, cette mission implique des rencontres avec des industries militaires impliquées dans l’occupation et la colonisation. Initialement prévue en décembre 2014, elle a depuis le 30 septemebre été "reportée" en 2015. Elle doit être annulée !

Des partenaires qui alimentent l’oppression

La mission économique belge est organisée par les Régions du pays, par l’intermédiaire de l’Awex (l’Agence Wallonne à l’Exportation), de Brussels Invest & Export et le Flanders Invesment and Trade. Mais les partenaires que les représentants d’entreprises vont rencontrer ont des liens directs avec l’industrie militaire et la colonisation de la Palestine.

Du 7 au 11 décembre 2014, les Régions flamande, bruxelloise et wallonne organisent une mission économique, dont le but est de favoriser les échanges entre des entreprises belges et israéliennes. Loin d’être innocent, le programme annoncé dévoile l’implication des partenaires israéliens dans l’oppression du peuple palestinien. Et ce, quoi qu’en dise Cécile Jodogne, la secrétaire d’Etat bruxelloise en charge du commerce extérieur, qui a déclaré en août que la mission « n’est pas de nature diplomatique mais bien de nature économique ». Le site de l'Awex fournit en effet des documents de complément d'informations sur l'économie israélienne et différentes pistes de partenariats possibles sur des sites d'entreprises israéliennes... dans le domaine militaire.1

            Nos businessmen entreront en effet en contact dès le premier jour avec RAD BioMed, qui finance la recherche de médicaments, et promeut l'innovation dans le domaine bio médical2, soutenant des start-up. L'entreprise est membre du gigantesque groupe américano-israélien RAD Group3, dont plusieurs filiales, comme Radwin et Bynet vendent leurs systèmes de sécurité à l'armée israélienne, notamment dans des colonies.4 Ils travaillent tous sur le même campus.5 Le groupe RAD, que nos entrepreneurs rencontreront, participe à « l'effort de guerre » du gouvernement israélien contre le peuple palestinien.

            SHL Telemedicine, elle, est une entreprise de recherche médicale, surtout liée à des partenaires européens et à des hôpitaux privés en Israël.6

De l’université à l’armée

La mission continuera pour s’entretenir avec deux entreprises de transfert technologique : Yeda, qui commercialise les produits de l’Institut universitaire Weizmann7, et Ramot, qui commercialise ceux de l’Université de Tel-Aviv. L’Institut Weizmann fait de la recherche en biotechnologie, en sciences appliquées, en mathématiques, en agriculture, etc.

         Cependant, d’après le site d’investigation Who Profits from the Occupation, les partenaires commerciaux de Yeda sont peu glorieux. En effet, leur étude sur « L'économie captive : l'industrie pharmaceutique et l'occupation israélienne »8 précise que de nombreuses entreprises comme Teva, Pfizer, SLE (filiale de Teva, grand distributeurs de médicaments israéliens de nombreuses firmes différentes comme Novartis, AstraZeneca ou Sanofi-Aventis) sont liées au commerce déloyal et à l'exploitation du marché palestinien ».9 D'après Who Profits, les entreprises pharmaceutiques israéliennes exploitent le marché palestinien et son économie captive, participant ainsi à l'occupation en profitant d'un marché qu'ils cadenassent en contrôlant les frontières et les prix.10 Les entreprises pharmaceutiques obtiennent des facilités d'accès, des exemptions de passages aux checkpoints, de contrôle de marchandises ou de frais douaniers, et peuvent imposer les prix israéliens, très chers, pour les populations palestiniennes.11 Novartis, Pfizer, Sanofi-Aventis et Teva sont des partenaires directs de Yeda, et profitent de cette situation d'occupation.12,13,14,15

            Yeda n’arrête pourtant pas là son rôle de partenaire économique de l’occupation israélienne, puisque l’entreprise commercialise également les produits de la recherche à des fins militaires.16 Ceci est d’ailleurs bien expliqué par l’Awex avec un certain cynisme : « Au sein des universités israéliennes, les organisations de transfert de technologie jouent un rôle d’accompagnement entre les universités, les systèmes hospitaliers, les entreprises et l’industrie de la défense. »17

            Ramot est l’entreprise qui fait le lien entre l’Université de Tel-Aviv (TAU) et le monde industriel. Ici aussi, la défense trouve ses intérêts, puisque Ramot propose la commercialisation pour ce secteur de projets technologiques pour le développement de l’aérospatial et des aéronefs.18

           Par ailleurs, Ramot développe des partenariats avec Motorola qui, en Israël, n’est pas qu’une firme de téléphone, mais aussi un partenaire affiché de l’occupation et de la colonisation.19 Motorola installe en effet depuis 2005 des barrières de protection pour les colonies, parfois illégalement sur des terres palestiniennes, et installe un système de détecteur de mouvement pour protéger ces emplacements (« MotoEagle Suveillance » est présent dans au moins 25 colonies), et fournit également ce système pour le mur de séparation entre Israël et la Cisjordanie, ainsi que pour le mur autour de Gaza.20

Alimenter « l’effort de guerre »

Ramot est donc lié à l’armée israélienne en aval de la recherche, dans la commercialisation à des fins militaires. Or, en amont également, l’entreprise de transfert technologique est liée à l’armement par son financement. Ramot est en effet financé notamment par 2 fonds : l’Israël Tech Transfer Organization (ITTN) et l’Israël Advances Technology Industry (IATI).21 L’ITTN, organisation israélienne de transfert technologique qui possède des partenariats directs dans la recherche militaire pour Technion, l’université qui possède les liens les plus étroits avec des sociétés militaires.22 L’ITTN finance la recherche militaire pour différents projets très concrets comme le financement de « véhicules agiles et meurtriers »23, ou de projets « d'amélioration de drones ».24

            L’IATI est le fonds des entreprises israéliennes industrielles des technologies avancées. Celui-ci est notamment composé d’entreprises actives dans les transferts technologiques des institutions universitaires israéliennes vers l’industrie liée à l’armement. L’une d’elle est T3, société qui commercialise les produits de Technion (liée à l’armée), et une autre, la compagnie de recherche et développement de l’Université d’Ariel, colonie israélienne implantée illégalement dans les territoires occupés de Cisjordanie.25

            Ces fonds servent donc à alimenter directement ou indirectement l'effort de guerre du gouvernement israélien contre le peuple palestinien.

            La mission économique se rendra également auprès de Given Imaging, une entreprise qui commercialise ses brevets et ses produits de recherche médicale (maladie de Crohn, etc.).26 Mais, en parrallèle, Given Imaging est lié à l’industrie de la défense israélien, comme l’assume l’Awex : « Le secteur de la défense supporte celui des sciences de la vie. D’importants investissements dans le développement de technologies de défense de pointe ont trouvé un terrain fertile pour les applications des sciences de la vie avancées (exemple : Given Imaging). »27

            En conclusion, la mission économique de décembre ira à la rencontre d’entreprises qui entretiennent des liens directs ou indirects avec l’armée israélienne, avec l’industrie pharmaceutique (qui profite de l’occupation pour faire des bénéfices sur le dos des Palestiniens), ou avec le domaine des sciences de la vie, étroitement lié au secteur de la défense. Comme quoi, prétendre que les partenariats « purement économiques » n’ont aucun lien avec les relations internationales est un sacré raccourci.

 

Lire également sur le même sujet : Des attachés commerciaux belges reprennent la propagande de guerre d’Israël

 

Sources :

1. http://science.co.il/Defense-Companies.asp

2. http://www.radbiomed.com/Entrepreneurs

3. http://www.radbiomed.com/About/Overview

4. http://www.whoprofits.org/company/radwin

5. http://money.cnn.com/magazines/business2/business2_archive/2005/08/01/8269672/index.htm

6. http://www.shl-telemedicine.com/about-us/our-clients/

7. http://www.weizmann.ac.il/pages/understanding-world

8. "Who Profits from the Occupation" est une initiative de "Coalition of Women for Peace" (organisation de femmes progressistes israéliennes),  et de "BDS", Boycott, Désinvestissement, Sanctions, le mouvement palestinien né en 2005 pour exiger un boycott international d'Israël. http://www.whoprofits.org

9.  http://www.whoprofits.org/content/captive-economy-pharmaceutical-industy-and-israeli-occupation

10. "From the four largest, originally-Israeli companies (Teva, Perrigo Israel - formerly Agis, Taro and Dexcel Pharma), to smaller companies (such as Trima), all Israeli companies enjoy easy access to the Palestinian market, free of customs and checkpoint disturbances (e.g. change of trucks at cargo checkpoints)". http://www.whoprofits.org/content/captive-economy-pharmaceutical-industy-and-israeli-occupation

12. http://www.whoprofits.org/content/captive-economy-pharmaceutical-industy-and-israeli-occupation

13. http://www.whoprofits.org/sites/default/files/captive_economy_0.pdf , p. 27. Ses produits sont distribués surle marché par SLE, boite possédée par Teva qui participe à l'exploitation déloyale du marché palestinien.

14. http://www.whoprofits.org/sites/default/files/captive_economy_0.pdf , p. 27. Ses produits sont distribués sur le marché par SLE, boite possédée par Teva qui participe à l'exploitation déloyale du marché palestinien.

15. http://www.whoprofits.org/company/teva-pharmaceutical-industries.

16. http://www.yedarnd.com/Dynamic-Text.aspx?m=ia&id=59 • http://www.yedarnd.com/Search-Results.aspx?Category=cat&avail=2&idint=6&sortfield=id&sortorder=a. Les projets précisent que ces recherches chimiques serviraient dans l'armée pour détecter les explosifs ou les gaz ennemis.

17. p. 1. du formulaire: Situation économique Israël 2014 AWEX, p. 1.

18.  http://www.ramot.org/technologies/project/7-2013-442 • http://www.ramot.org/technologies/project/3-2012-389

19. http://www.ramot.org/products-market ; http://www.whoprofits.org/s?text=Motorola&title=&vid_4=All&7f7_name=185a3f9755755541aaf216b2e12cf_form&a27_name=6efa40ed36e&timegate=1407907686&vid_2=All&vid_5=All&vid_7=All&vid_3=All&field_rev_hid_value%5Bmin%5D=All&field_rev_hid_value%5Bmax%5D=All&traded=All&revenues=&7f7_name=185a3f9755755541aaf216b2e12cf_form&a27_name=6efa40ed36e&timegate=1407907686 ; http://whoprofits.org/company/motorola-solutions-israel

20. In 2005, the company has won a tender of the Israeli Ministry of Defense, to provide virtual fences to Israeli settlements which refused to fence themselves. According to news reports, a Motorola radar detectors' system has been installed in some 20-47 Israeli settlements in the occupied West Bank, including in Hebron, Karmei Tzur and Bracha. In some cases, the radar stations were erected on private Palestinian land, preventing Palestinian movement near the Israeli settlements.

The system's name is MotoEagle Surveillance, it includes radars and cameras to detect human movement outside the settlements, and it is based on radars provided by ICx Radar Systems (On October 2010, ICx was purchased by FLIR). According to recent reports, the system is currently installed in about 25 settlements, including Tko'a, Nokdim, Otniel, Beit Hagai, Eli, Rehelim, Kfar Tapuach, Mechora, Elon More, Talmon. The system is also used in the Separation Wall complex, in the wall around Gaza, and in military bases. The company provides continuous service to these systems and continues to offer them for use in Israeli installations in the occupied territories. http://whoprofits.org/company/motorola-solutions-israel 

21. http://www.ramot.org/resources

22. http://www.ittn.org.il/technology.php?act=res&str=&category_id%5B%5D=8&tto=16 ; http://www.ittn.org.il/technology.php?cat=0&Bar%20Ilan&tech_id=42153 ; http://www.ittn.org.il/technology.php?act=res&str=&tto=&category_id%5B%5D=8 ; Dossier Intal sur l'embargo militaire contre Israël, p. 31.

23. http://www.ittn.org.il/technology.php?cat=0&Technion&tech_id=MAE-1128_Technion

24. http://www.ittn.org.il/technology.php?cat=0&Technion&tech_id=MAE-0791_Technion

25. http://www.iati.co.il/category/24/1/medical-academic-institutions

26. http://www.givenimaging.com/en-int/Pages/default.aspx 

27. Situation économique Israël doc 2014 AWEX, p. 2. ; http://www.awex.be/fr-BE/Nos%20services%20à%20l%27export/Programme%20d%27actions/Pages/2014-AFPMO-Israël-Missioncommercialemultisectorielle.aspx

 

 

 

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.