En sa qualité de représentant des travailleurs au Parlement, il est essentiel pour Raoul Hedebouw d’être à l’écoute des gens, de lutter à leurs côtés, de vivre parmi eux. Cette agression ne le fera pas changer dans cette démarche. (Photo Solidaire, Karina Brys)

L’agresseur de Raoul Hedebouw condamné à 28 mois avec sursis

L’homme qui a agressé le député fédéral et porte-parole du PTB, Raoul Hedebouw, le 1er mai 2017, a été condamné à 28 mois de prison avec sursis pour les trois quarts, et une amende de 800 euros, également avec sursis. Nous avons demandé une réaction à l’avocat de Raoul Hedebouw.

Comment Raoul Hedebouw a-t- réagi au jugement ?

Joke Callewaert. Mon client est satisfait du signal clair donné par le tribunal. Le juge a reconnu que les faits dont Raoul Hedebouw a été victime sont très graves, certainement étant donné que son agresseur a agi avec préméditation et n’a pas montré de regrets.

Votre client doit-il encore craindre quelque chose ?

Joke Callewaert. Le sursis dans l’application de la peine est conditionné au fait que l’agresseur ne cherchera plus à avoir de contacts avec mon client. Il doit en outre accepter un suivi psychologique. Espérons que ces conditions seront respectées et Raoul Hedebouw pourra continuer à vivre en sécurité. C’est d’ailleurs pour cela qu’il s’était constitué partie civile, pour éviter que des faits comme ceux-là se reproduisent.

L’agresseur de Raoul Hedebouw voulait faire un exemple, affirme-t-il. Qu’en pensez-vous ?

Joke Callewaert. L’agresseur explique qu’il a poignardé mon client parce qu’il a lui-même subi deux agressions, en 2009 et en 2011. Il a estimé que la réaction judiciaire n’était pas adéquate.

La politique pénale qui a cours en Belgique doit certainement être améliorée, mais ce n’est pas en agressant physiquement quelqu’un que cette amélioration verra le jour. Par ailleurs, Raoul Hedebouw n’a aucune responsabilité en ce qui concerne la politique et la justice pénale actuelle. C’est à la justice pénale et à elle seule qu’il appartient d’apprécier comment sanctionner des faits délictueux.

L’affaire est-elle donc close pour votre client ?

Joke Callewaert. On n’oublie évidemment pas quelque chose comme cela. Cependant, malgré l’agression, Raoul Hedebouw n’a pas hésité à poursuivre son travail. À ses yeux, en sa qualité de représentant des travailleurs au Parlement, il est en effet essentiel d’être à l’écoute des gens, de lutter à leurs côtés, de vivre parmi eux. Cette agression ne le fera pas changer dans cette démarche. Il continue son travail.

Étiquettes

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.