Jos D’Haese (Photo Solidaire)

Jos D’Haese, 21 ans, tête de liste au Parlement flamand pour le PTB+ à Anvers

auteur: 

Peter Mertens

Mardi matin, le PTB faisait savoir que Jos D’Haese allait être tête de liste pour le Parlement flamand dans la province d’Anvers. Il est jeune, dévoué, sociable, écologiste et il est le symbole de tout ce qu’est le PTB aujourd’hui.

Jos D’Haese a 21 ans et est sans doute la plus jeune tête de liste pour le Parlement flamand. En 2014, le PTB+ se présente dans quasiment toutes les provinces avec de très jeunes têtes de liste. C’est un choix politique conscient pour un parti qui a le vent en poupe et qui travaille à bâtir un avenir. Et c’est aussi l’expression d’un esprit du temps dans lequel une grande partie du monde politique s’éloigne de plus en plus de l’univers des jeunes.

La chose est encore apparue l’an dernier quand la quasi-totalité des organisations de jeunes qui font la richesse de notre pays se sont opposées à l’extension des amendes SAC aux ados de 14 et 15 ans. 213 organisations ont réagi, mais notre gouvernement les a ignoré et, à partir du 1er janvier de cette année, 250 000 jeunes de 14 et 15 ans courent le risque de recevoir une amende pour « nuisance ». Au PTB, bien des jeunes découvrent le soutien et la voix qu’ils désirent entendre. Ce n’est donc pas par hasard.

Ce n’est pas un hasard pour Jos non plus. Il est né à Saint-Nicolas-Waes, mais a grandi dans le district le plus au sud d’Anvers, à Hoboken. Et il a grandi dans une famille un peu spéciale : l’engagement, la créativité et la joie de vivre ne sont jamais très éloignés, avec un créateur artistique progressiste comme son père, et une docteur généraliste, médecin pour le peuple, comme mère. Sa maman, Mie Branders a même été la première élue du PTB+ à Anvers, au district de Hoboken.

Très jeune, Jos s’implique dans la Ligue des jeunes pour la Nature et l’Environnement (JNM), où le microbe du mouvement de jeunesse s’empare proprement de lui, de sorte qu’il assume de plus en plus de responsabilités. En même temps, bien sûr, qu’un sain intérêt pour la nature, l’environnement et la société, un intérêt qu’on retrouve en partie à la base de son engagement.

Et c’est ainsi que Jos s’inscrit à l’Université d’Anvers, comme étudiant en biologie. Là non plus, son engagement ne tarde pas à se manifester et il est tout de suite élu – comme étudiant de première année – porte-parole anversois de la plate-forme « Pas en notre nom », une coordination progressiste qui lutte contre la scission du pays. Avec « Pan sen notre nom », Jos organise deux actions sur la Place-Verte, sous le nom de « Révolution des frites », à l’occasion de l’interminable crise communautaire qui frappe le pays. Ce jour-là, plusieurs centaines de jeunes sont présents à la Place-Verte, et il y a tant de jeunes engagés qu’on se croirait revenu aux années 1990, lors des actions contre le racisme.

Jos rejoint les rangs de Comac, le mouvement de jeunes du PTB et il y devient bien vite l’un des responsables. Il est élu au conseil estudiantin de l’Université d’Anvers et il continue à engager ses talents dans l’action sociale. Ainsi, il est le moteur des actions en faveur de l’amélioration des transports publics vers le campus de Wilrijk, afin que les étudiants puissent se rendre plus facilement à leurs cours, mais aussi dans la ville même.

Aux élections communales d’octobre 2012, Jos figure à la 33e place de la liste PTB+ en tant que candidat des jeunes et il surprend tout le monde en récoltant 1183 voix de préférence. Un score personnel très élevé, bien plus élevé que celui de la plupart des conseillers communaux en place.

Jos continue à combiner le social et l’écologie. « Quand on est vert, on doit être rouge. Quand on est rouge, on doit être vert aussi », répète-t-il. Au sein du mouvement de jeunes, il aime prendre à son compte le thème de l’écologie et c’est ainsi que, l’an dernier, il a été aussi une des locomotives du Climate Express : le train affrété spécialement pour amener des centaines d’activistes du climat aux négociations climatiques de Varsovie. Plus de 150 jeunes et moins jeunes de Comac et du PTB ont pris ce train. Jos était l’un de leurs porte-parole. Dans la même période, Jos mène également ses premiers débats, par exemple à Wakker Op Zondag, sur ATV, où il se révèle comme orateur talentueux dans les débats sur les amendes SAC et les droits des jeunes.

Après trois années à l’université, Jos obtient un diplôme de bachelier en biologie. Puis vient un revirement. Il modifie son choix d’études. La biologie pourrait-elle changer le monde ? Une étude scientifique supplémentaire fera-t-elle la différence ou devons-nous travailler autrement pour changer le monde sur le plan social et écologique ? Jos décide de faire la médecine, dans le but de devenir un jour docteur pour le peuple aussi.

On en oublierait presque qu’il a 21 ans à peine. Jos est jeune, engagé, tant socialement qu’écologiquement. Il est le symbole de tout ce qu’est le PTB aujourd’hui. C’est précisément pour cette raison que le Conseil provincial de notre parti à Anvers l’a choisi comme tête de liste pour le Parlement flamand, dans l’intention de l’y faire élire. Et cela aussi serait une première, non seulement pour Jos, non seulement pour le PTB, mais pour tout le Parlement flamand.

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.