Articles overview page

Le gouvernement s’apprête à lancer une des plus grandes réformes (lisez : casse) de notre système de pensions : la pension à point. Ce système, encore trop peu connu, s’appliquerait notamment aux travailleurs du secteur public. « Pour harmoniser », avance le gouvernement. Dans les faits, il s’agit d’une attaque en règle, dont aucun travailler ne sortira gagnant.

« 64 000 fois. C’est le nombre de fois que le terme « Belgique » est cité dans les fameux Paradise Papers. Et, chaque fois, il s’agit des mêmes grandes familles. Des récidivistes, des membres de la caste du 1 %, les milliardaires de notre pays. Les grands fraudeurs peuvent poursuivre leurs activités, puisqu’ils bénéficient de protection politique », écrit Peter Mertens. Qui propose cinq mesures urgentes.

C’est durant la nuit du 16 au 17 novembre, à 2h30, que le « service minimum » pour le rail a été voté. Le député fédéral PTB Raoul Hedebouw a dit ses quatre vérités au gouvernement à propos de l'attaque contre le droit de grève à la SNCB : « Le service minimum, vous l’organisez déjà en économisant des milliards sur la dotation de la SNCB, en fermant des guichets, en rendant les trajets plus lents. Ce que nous voulons, c’est le service maximum pour les voyageurs ! »

Le milliardaire Luc Bertrand, président d’Ackermans & van Haaren, est coactionnaire avec l’État belge d’une société dans les paradis fiscaux. Et sa fille Alexia Bertrand est la cheffe de cabinet du ministre Reynders. Et ce n'est pas la seule représentante du monde politique à être en contact étroit avec ce holding. Les conflits d’intérêts sont en fait aussi communs que le recours à des paradis fiscaux.

Suite à une question parlementaire du PTB, nous avons appris que l’Europe souhaite permettre aux États de faire des investissements militaires sans que ceux-ci soient soumis au Pacte budgétaire. « S'il faut mettre des investissements en dehors du Pacte, commençons par les investissements sociaux et écologiques. Voilà qui serait enfin offrir une perspective à notre jeunesse », réagit Raoul Hedebouw.

« On me demande constamment si le PTB est prêt à aller au pouvoir. Je répondrai par une autre question : “Le PS et Ecolo sont-ils prêts à changer radicalement de politique ?“ », explique Peter Mertens, le président du PTB. Interview « sans filtre ».

Les signataires exigent la mise en application de plusieurs mesures nécessaires pour que la Belgique puisse atteindre ses objectifs climatiques. « La Belgique critique à juste titre la politique climatique de Donald Trump mais elle-même n'ose pas s'opposer aux lobbys des grandes entreprises en prenant les mesures nécessaires », affirme Charlie Le Paige, président de Comac, le mouvement étudiant du PTB.

L’homme qui a agressé le député fédéral et porte-parole du PTB, Raoul Hedebouw, le 1er mai 2017, a été condamné à 28 mois de prison avec sursis pour les trois quarts, et une amende de 800 euros, également avec sursis. Nous avons demandé une réaction à l’avocat de Raoul Hedebouw.

La tonnelle installée sur le trottoir d’en face peut être démontée. Le piquet de grève est levé. Après 50 jours de conflit, la lutte des travailleurs du Mistral, une institution d’aide aux personnes handicapées située en région liégeoise, a payé. Le délégué syndical licencié a été réintégré et la directrice a été priée de faire ses cartons. Retour sur cette lutte avec Sandra Delhaye, permanente syndicale du SETCa.

Des députés des différents Parlements du pays se chamaillent depuis quelques semaines pour adopter une déclaration interparlementaire à l’occasion du sommet international sur le climat (COP23) qui se tient à Bonn. Et ce projet de déclaration sert de paravent pour cacher l’absence d’engagements chiffrés ambitieux et contraignants et l’échec de la politique belge actuelle en matière de climat.

Pages