Photo Solidaire, Salim Hellalet

Frédéric Gillot : « Ce n'est pas en passant de 11 000 à 10 000 euros par mois que les ministres vont savoir comment vivent les Wallons »

« Depuis toutes ces semaines où le cdH de M. Lutgen a décidé, non pas de tirer la prise, mais bien d’arracher les câbles de la majorité PS-cdH, nous avons eu de grandes déclarations, de grandes envolées lyriques sur un changement "historique" en Wallonie, pour arriver, après un tour de piste, à la proposition de l’accord politique qui nous est soumis aujourd’hui, et qui ne porte qu’une seule certitude : ce nouveau gouvernement ne sera pas beaucoup plus éthique et encore moins social », selon le député wallon du PTB Frédéric Gillot.

« Évidement, il y a de bonnes mesures en matière de gouvernance, comme la publicité de tous les mandats, y compris des revenus issus de mandats dans le privé.

Mais ici, pas de scoop, ces mesures, nous les défendions déjà dans la commission Publifin. 
Est-ce que ce gouvernement propose d’aller plus loin ? 
Non, au contraire même.

Vous nous annoncez une diminution de 10 % du salaire des ministres.
 Voilà un sujet important qui touche, très légèrement, à la déconnexion qu’il y a entre la population et le gouvernement.

10 % en moins sur le salaire d’un ministre qui gagne 11 000 euros/mois ça lui en laisse encore près de 10 000 euros

Mais c’est beaucoup trop peu. 10 % en moins sur le salaire d’un ministre qui gagne 11 000 euros/mois ça lui en laisse encore près de 10 000 euros, ce n’est pas ça qui va les aider à comprendre ce que vivent les Wallons. 
Mais qu’attendre de partis qui ont laissé faire pendant des années et qui gardaient jusque hier ou gardent toujours dans leurs rangs et à des postes de responsabilité bien payés ces Georges Pire, Armand De Decker, Dominique Drion et cie... ?

Non pas que le gouvernement précédent ait montré un grand courage en matière d’éthique. 
Les citoyens, dont on a assez peu parlé ces dernières semaines, ont une exigence légitime en la matière.

Le PTB a compris ça depuis longtemps.
 C’est pourquoi nos parlementaires ont décidé de garder uniquement le salaire d’un travailleur.
 Si on ne vit pas comme on pense, on en vient à penser comme on vit.

Vous n’avez pas une fois parlé de pouvoir d’achat

Diviser les salaires des parlementaires et des ministres en deux, publier le patrimoine des députés et des ministres pour que chacun puisse voir quel est le niveau d’enrichissement des hommes et des femmes politiques de notre Région, publier le cadastre de tous les mandats des femmes et des hommes politiques de notre Région : voilà des mesures à prendre.
 Cette déconnexion va rester et c’est peut-être ce qui explique pourquoi dans votre conférence de presse de mardi, vous n’avez pas une fois parlé de pouvoir d’achat.

Pas un mot, par exemple, sur le prix de l’eau qui a doublé en 10 ans. 
Avec la levée du moratoire sur les maisons de repos pour plus de privé dans celles- ci, dont on sait que peu de personnes savent à l’heure actuelle y avoir accès au vu des prix élevés pratiqués.
 Avec une flambée des prix déjà inabordables pour beaucoup ou encore votre abandon d’un développement massif de logement public pour faire baisser les loyers, vous annoncez des mesures qui vont faire mal au portefeuille des Wallons et des Wallonnes.

Le nouveau gouvernement, selon les mots d’Olivier Chastel, souhaite aligner la politique du gouvernement wallon sur la politique du gouvernement fédéral MR-N-VA.
 On parle bien de ce gouvernement fédéral qui oblige les travailleurs à bosser jusque 67 ans ?

Cette mesure annoncée de permettre l’interim dans le service public affaiblira plus que certainement celui-ci et, par delà, le service qui est rendu à l’usager

On parle bien de ce gouvernement fédéral qui a imposé aux travailleurs de ce pays un saut d’index et qui s’est ainsi attaqué au pouvoir d’achat des ouvriers, des employés, des indépendants et de leur famille ? 
Il est fort à craindre que derrière le discours du nouveau gouvernement sur la rationalisation des entreprises et des pouvoirs publics ne se cachent en fait que pertes d’emplois et une réduction du service au public.

Cette mesure annoncée de permettre l’interim dans le service public affaiblira plus que certainement celui-ci et, par delà, le service qui est rendu à l’usager.

Est-ce que ce gouvernement MR-cdH sera le garant des acquis sociaux des Wallonnes et les Wallons ? Je ne le crois pas.
 Je suis même certain du contraire. 
Les méfaits du libéralisme, je les ai vécus très concrètement pendant trente années comme ouvrier dans la sidérurgie.

Le cdH se sentait mal avec le PS car l’ancien gouvernement était déjà “trop à gauche” pour lui.
Pourtant on cherche vainement les mesures en faveur des travailleurs et des petits indépendants de la part du gouvernement précédent.

A-t-il mis en place une réforme fiscale qui préserverait les travailleurs et les petits indépendants ? Il y a bien eu des déclarations au sujet de la suppression de la redevance TV, au sujet d’une fiscalité plus juste qui aurait mis à contribution, un peu plus, ceux qui ont plus de moyens, à savoir les revenus au dessus de 120 000 euros. Ce ne sont que des déclarations et les faits concrets n’ont pas suivis.

Les méfaits du libéralisme, je les ai vécus très concrètement pendant trente années comme ouvrier dans la sidérurgie

N’a-t-il pas été totalement impuissant lorsque la multinationale Caterpillar a froidement décidé de mettre ses travailleurs et ceux des entreprises sous-traitantes à la rue?
 A-t-il pris des mesures pour qu’une telle catastrophe sociale ne puisse plus se reproduire dans notre Région ? 
A-t-il pris des mesures pour soulager les listes d’attente des Wallonnes et des Wallons à la recherche d’un logement social ?
 Au contraire, il a même diminué le nombre de logements sociaux.
 N’a-t-il pas augmenté le prix de l’eau et supprimé des emplois publics en Wallonie ?

On peut craindre que derrière le discours sur l’assistanat de cette nouvelle majorité de droite ne se cachent de nouvelles mesures, encore plus dures, contre les travailleurs qui ont perdu leur emploi, contre les malades.
 D’ailleurs, les plus grands assistés dans ce pays, ce sont bien les grosses entreprises, qui encaissent les aides publiques sans obligation de résultats en matière de création d’emploi et qui s’en vont quand l’herbe est plus verte, ou plus bleue, sous d’autres cieux.

Maintenant, on promet de les assister encore plus et sans conditions.

Par contre, en matière de création de logements sociaux, par exemple, rien n’est dit et rien ne sera fait.
 Dans un contexte wallon où des dizaines de milliers de personnes ont du mal à se loger, dans un contexte où 40 000 personnes sont sur liste d’attente afin d’obtenir un logement social, c’est inacceptable, mais significatif.

Même en matière d’environnement, là où le gouvernement précédent avait déjà fait des pas en arrière, vous restez dans le flou

Même en matière d’environnement, là où le gouvernement précédent avait déjà fait des pas en arrière, vous restez dans le flou. 
Il n’y a rien sur l’abandon de ce projet insensé de centrale biomasse, plus polluante qu’une centrale au charbon et qui s’annonce être un panier à fond percé pour l’argent public.

Pourtant une mesure concrète qu’on attendait en matière d’environnement.

Changer de majorité, de gouvernement est une chose. 
Mais c’est bien différent d’être vraiment à l’écoute des citoyens. 
Ce qu’eux attendent, dans une réalité qui voit la précarité et la difficulté de vivre allant grandissantes, ce sont de vraies mesures, des mesures, je l’ai dit, en matière de logement, en matière d’emploi.
 Et ici, il ne faut pas confondre de l’emploi de qualité et stable avec de l’emploi précaire, à temps partiel, instable, sans protection.
 D’un côté il s’agit bien d’emploi, et de l’autre, en effet, il ne s’agit que de job.
 La différence entre les deux est énorme !!

Nous ne soutiendrons pas ce gouvernement qui ne nous inspire pas confiance, c’est le moins qu’on puisse dire, et nous ne relâcherons pas le combat, en compagnie de tous les citoyens de notre Région, de tous les progressistes, pour que de véritables mesures soient prises pour assurer une gestion éthique de la Wallonie et pour protéger et développer les acquis sociaux de notre Région. »

 

 

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

M. Gillot est un insoumis :)
un arbre qui a pousser de traver , on sait plus le redresser ben s et la meme chose pour ce gouvernement on aura beaux faire , seul solution le couper et replanter donc pour refaire un bon gouvernement tous balayer et reparir du bon pied
Ce gouvernement n'est pas pour aider les petites gens, ni même personne. Sont ils conscient de ce que le peuple attend.. ? Non . Que pouvons-nous attendre d'eux ??
Ils nous prennent vraiment pour des c... tout ces mafieux ! ils ont tous profiter du système depuis des années et maintenant ils voudraient nous faire croire qu'ils ( MR, CDH, ) sont devenus des blanches colombes alors qu'à tout les niveaux ils ont "trempé " comble de tout jusqu'à leur président du comité "d'étique" pour le CDH et pour le MR un président du sénat excuser du peu et tout les autres qui ont œuvrer dans l'ombre dans tous ces comités et conseils d'administration de tout genre . Et avec quelle légitimité ont-ils entrepris ce changement de majorité (où est le parti majoritaire ?) Et la presse : aucunes réactions , normal puisque nous n'avons plus qu'une presse à la botte des pouvoirs de l'argent . Il faudra encore supporter jusqu'au prochain scrutin cet agglomérat de "judas". Alors les gens il va falloir se souvenir de toutes leurs forfaitures !
L'avant-dernier paragraphe. C'est tout ce que j'ai retenu de ce long texte. Trois mots dans l'avant-dernier paragraphe. "Changer de majorité" (c'est tout). Ce que le P.T.B n'arrivera pas à faire en allant de pétitions à manifestations et de manifestations aux comptages des salaires mensuels de nos sinistres (heu pardon de nos MINISTRES :D ). Je rejoins Mr ou Mme Soupart de Mons (avec son image de l'arbre). Mais il serait temps d'admettre que tenter d’abattre CE GENRE d'arbre avec CE GENRE d'arguments (pétitions ; manifestations ; comptages des salaires mensuels de nos ministres), ça serait comme essayer d'abattre un arbre à l'aide d'un coupe-bordure. Je ne dénigre en rien la volonté de fer qui anime les membres du parti. Je souhaiterais simplement leurs adresser ce message : "Voyez plus grand, vous valez plus que ça". Sur quoi le gouvernement actuel (se) repose-t-il ? Sur des institutions, des administrations. Qui lui confèrent de force tout pouvoir. Et j'écris de force parce personne (à ma connaissance) n'a jamais donné l'opportunité à ses employés d'un jour avoir le choix. Celui de s'exprimer librement. Aaaaah si pardon. On l'a fait on leur a donné un faux espoir : la manifestation. "Oui vous pouvez dire que vous n'êtes pas content, mais au final ça ne changera rien (nous serons toujours au pouvoir)". "Grâce à la mobilisation, la majorité recule, ... mais le problème de fond reste le même" pouvait on lire le 13 septembre sur le site du P.T.B Seraing. Ne comprenez-vous pas ? Il restera le même tant que vous ne passerez pas à la vitesse supérieure. Pendant que vous comptez les sous de nos ministres comme l'on compte les moutons, les employés d'administration, eux, sont loin de s'endormir. Et crient à l'anomalie quand à leurs conditions de travail. Au scandale quand à l'avenir de leurs pensions. Alors oui nous sommes écoutés par le parti. Mais sommes-nous entendus ? Si on veut abattre l'arbre de tout à l'heure, il faut scier suffisamment fort et avec suffisamment de vigueur que pour pouvoir nous permettre de l'abattre. Je crois que cela porte un nom : un boycotte. Et je ne vois qu'une seule façon d'y arriver : mettre plusieurs administrations belges en grève en même temps. Dans une ville pour commencer, si pas de réaction dans la ville voisine puis la province etc jusqu'à ce que le gouvernement nous prête attention. (je l'ai déjà dis mais l'on a pas donné suite).
bonjour mois je suis pensionner et j ai travailler en sidérurgie 13 ans puis 30 ans en métallurgie j ais commencer comme apprenti puis service militaire obligatoire an se temps la a 60ans je n aurais plu su travailler causse casser de tous coter il aurais fallu une prothèse totale de l épaule gauche et rien ne va plus financièrement