Photo Belga.

Fipronil : le gouvernement nous enfume-t-il pour cacher son laxisme en matière de santé publique ?

auteur: 

Sofie Merckx

Une étude allemande relevée le 8 août par le PTB montre comment le gouvernement et l’Afsca ont tenté de minimiser l’importance du scandale du Fipronil. Une affaire qui révèle à la fois le cynisme d’un gouvernement qui fait passer le dogme néolibéral avant la santé publique et les dérives d’une agro-industrie qui cherche le profit maximum en se moquant des règles sanitaires.

Les parlementaires qui ont siégé à la commission d’enquête le 9 août dernier en ont ainsi été pour leurs frais : ils en en sont ressortis avec plus de questions que de réponses, ainsi qu’avec des tentatives peu glorieuses des ministres De Block et Ducarme de dévier l’attention sur des fautes commises par d’autres pays.

Le Fipronil

Le Fipronil est un insecticide qui traite les poux chez les poules pondeuses. Il peut avoir des effets néfastes sur la santé au niveau du système nerveux, du foie, des reins et de la thyroïde. C’est pourquoi il est interdit dans le secteur alimentaire.

On sait aujourd’hui qu’une entreprise belge et une néerlandaise ont mis du Fipronil dans un produit prétendument naturel pour traiter les poux rouges… les agriculteurs ont donc aussi été trompés. L’enquête ouverte ces derniers jours devra donc faire la lumière sur les responsabilités réelles dans ce dossier.

Une politique d’absence de contrôle

Une des premières questions qui est ressortie du scandale est de savoir pourquoi le Fipronil n’avait pas été détecté par l’Afsca. En effet, ce scandale a pu être révélé parce qu’une entreprise belge a elle-même effectué des tests sur ses œufs. C’est le monde à l’envers. La réponse, sidérante, n’a pas tardé : « Il s’agit d’un produit interdit et l’on partait donc du principe qu’il n’est pas utilisé. »

Il faut dire que le gouvernement semble ne pas valoriser grandement le rôle de contrôle de l’Afsca. En effet, le budget total de l’Afsca a diminué de pas moins de 11 %, et la dotation du gouvernement a, quant à elle, diminué de 18 % depuis 2014, comme l’a dénoncé Test-Achats. Plus grave, cela se traduit en une diminution des contrôles effectués par l’Afsca : - 8,5 % entre 2014 et 2016.

Par ailleurs, la politique de l’Afsca se base en grande partie sur des « autocontrôles ». Ainsi, comme l’expliquait Bruno Schiffers, professeur de phytopharmacie et biocide à Gembloux au JT de RTL (9/8) : « En Belgique, on a basé tout notre système de sécurité sanitaire des aliments sur la mise en place des systèmes d'autocontrôle chez les producteurs. Les producteurs ont joué le jeu, mais ce qu'on constate, - cela a d'ailleurs été souligné par la Cour des Comptes -, est que le nombre de contrôles par l'Afsca des systèmes d'autocontrôle a été trop limité et donc, on a probablement fait trop confiance aux producteurs eux-mêmes. Ce sont des producteurs industriels qui ont aussi des impératifs économiques et donc la pression sur les prix fait qu'ils sont probablement tentés d'adopter des mesures qui ne sont pas toujours recommandables. »

« Aucun danger » ? L’enfumage par les chiffres

Alors que les premiers signes connus de présence de Fipronil dans nos œufs remontent à au moins début juin, ce n’est que début août que les ministères de la Santé publique de Maggie De Block et de l’Agriculture de Denis Ducarme communiquent, tout en prétendant qu’il n’y a aucun problème de santé publique. Ils affirment que les taux relevés dans les œufs présents en Belgique sont largement en-dessous de la limite européenne. L’AFSCA affirmera que « le taux maximum de Fipronil détecté est de 0,096 mg/kg, bien en-dessous de la limite européenne, fixée à 0,72 mg/kg ».

Pourtant, la limite européenne concernant la présence de produits de ce type est fixée à 0,005 mg/kg. Au-delà de cela, les œufs ne peuvent pas être commercialisés, et ceux mis en rayons sont rappelés.

En réalité, cette norme de 0,72mg/kg est le taux à partir duquel on assiste à une intoxication en cas d’exposition aigüe au Fipronil chez des enfants. Cette exposition aigüe signifie la prise d’une quantité d’œufs durant un court laps de temps, à la différence d’une exposition chronique (par exemple dans la consommation quotidienne d’œufs ou de produits à base d’œufs). Ce résultat est présent dans une étude allemande sur des échantillons d’œufs belges que nous avons relevée.

Ces 0,72 mg/kg d’œufs n’est donc pas la norme européenne. C’est même 140 fois plus élevé que la vraie norme européenne, qui se situe à 0,005 mg/kg.

Pire, la même étude allemande fait état d’un taux de Fipronil de 1,2 mg/kg d’œufs, soit non seulement très au-delà de la norme de 0,005 mg/kg, mais aussi bien au-dessus de la prétendue norme de 0,72 mg/kg. Et cette étude a été publiée le 30 juillet.

Il semble donc que les ministres et l’Afsca minimisent les risques possibles pour la santé, avec des tentatives claires de noyer le poisson. D’abord, il n’y a pas de risque. Ensuite, il y en a peut-être un, mais c’est la faute des Néerlandais. D’abord, les œufs sont parfaitement sains. Ensuite, il faut quand même les retirer et ne pas les manger. Les autorités sont-elles en train de jouer avec la santé des gens pour éviter d’assumer leurs erreurs ?

Des limites différentes?

Difficile de s’y retrouver dans tous ces chiffres, ces normes, limites, etc. D’abord, il faut savoir que l’usage du Fipronil est interdit dans l’alimentation car l’OMS le considère comme nocif. Cependant, une certaine tolérance est acceptée en cas de présence très minime. Voici par exemple les normes en vigueur aux Pays-Bas.

>0.72 mg/kg : effets néfastes sur la santé lors d’une exposition aigüe (prise de courte durée). La NVWA (équivalent néerlandais de l’Afsca) avertit le public et communique les codes des œufs concernés. Ils ne peuvent pas être commercialisés et doivent être retirés des magasins. Il ne faut pas les manger et ils doivent être jetés.

>0.06 mg/kg : effet négatifs possibles sur la santé pour des enfants en cas de consommation prolongée. Les œufs ne peuvent pas être commercialisés et doivent être retiré des magasins. La NVWA publie les codes et conseille que les enfants n’en mangent pas.

>0.005 mg/kg : Pas de risque pour la santé publique. Les œufs ne peuvent pas être commercialisés et sont retirés de la vente. On publie les codes des œufs pour informer le consommateur, mais on ne déconseille pas de les manger.

Ce taux de 0,005 mg/kg est utilisé en vertu du principe de précaution, qui veut qu’on ne prenne pas de risque avec des substances nocives. C’est pourquoi il s’agit de taux limite fixé par l’Europe. Manifestement, nos ministres n’ont pas grand-chose à faire de ce principe…

Rétablir les priorités

On ne joue pas avec la santé des gens. Une nourriture saine est un droit de base, et c’est pour cette raison, que l’industrie alimentaire doit être fortement contrôlée. C’est là la responsabilité des pouvoirs publics. Les intérêts économiques ne peuvent jamais, en aucun cas, primer sur notre santé. C’est pourquoi il faut maintenant prendre des mesures.

1. Faire la transparence

L’Afsca devrait publier l’ensemble des numéros de lots des œufs contenant plus de 0.005 mg/kg de Fipronil, comme cela se fait aux Pays Bas. Dans un deuxième temps, il faudra – au vu de ce qui s’est passé – publier l’ensemble des résultats des analyses et des expertises et contre-expertises…

2. Tester tous les poulaillers et la viande

L’ensemble du secteur doit être testé. Il ne s’agit plus de soupçons ou de possibilités. Étant donné la présence avérée de Fipronil dans la filière de la volaille, l’ensemble de celle-ci doit faire l’objet de contrôles, dont les résultats doivent être rendus publics.

3. Financement et responsabilité de l’Afsca

L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, l’Afsca, doit avoir comme toute première préoccupation la santé publique. Elle doit être l’instrument de contrôle du secteur alimentaire, et notamment agro-industriel, en vue de garantir le respect des normes sanitaires. Elle doit tomber sous la responsabilité du ministère de la Santé publique et doit recevoir les budgets nécessaires. La dotation doit revenir au niveau de 2014. Il faut également aller vers une politique de contrôle de la chaîne alimentaire et ne pas uniquement se baser sur les « autocontrôles ».

4. Des mesures de soutien et d’accompagnement des agriculteurs

Les premières victimes sont les (petits) agriculteurs. Les firmes qui vendaient le traitement au Fipronil le prétendaient « naturel ». Les agriculteurs doivent être indemnisés.

5. Respect du bien-être animal

Certains éleveurs ont décidé d’euthanasier leurs poules contaminées par le Fipronil. Des mesures doivent être prises pour que cette crise se termine en respectant le bien-être des animaux.

6. Étudier la possibilité de bannir le Fipronil en Belgique

Le Fipronil est utilisé comme insecticide pour les animaux qui ne vont pas dans le circuit alimentaire et dans l’agriculture. Il est soupçonné d’avoir un rôle dans la diminution de la population des abeilles. Nous demandons à la commission de santé publique d’étudier la possibilité de bannir le Fipronil en Belgique.

Cette crise nous pose des questions plus fondamentales sur notre mode de consommation et notre mode de production. La logique libérale, la chasse aux profits, les prix du marché imposées aux éleveurs mènent à une production peu respectueuses du bien être animale et de la santé publique. « Tout comme pour la crise de la dioxine, ce scandale est entièrement lié à l’agriculture à grande échelle, à l’énorme pression financière subie par les éleveurs et aux individus véreux qui en tirent profit. Par soif de profit, ces empoisonneurs jouent sans aucun scrupule avec l’alimentation et avec la santé de milliers de personnes », écrit ainsi très justement le  journal Gazet van Antwerpen.

Une autre logique est nécessaire, qui respecte les intérêts et le bien-être des petits éleveurs, des consommateurs et de la planète.

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

désoler mais pour moi il faute du gouvernement donc le premier ministre charle michel et debloc le ministre de la sante publique doive donner leur démission , les autre il l on bien fait pour le crise de dioxine le premier ministre a donner sa démission sa serait logique , alors je vois pas pourquoi eux le ferait pas il nous on menti il le savait depuis longtemps , bien sur s et silence radio du cote du premier ministre comme d habitude il s enfuit la tete dans le sable il fait l autruche , bande d incapable vas empoissonner les gens sa save faire mais les aider sa mon
Je viens de traiter mon chien contre les puces il contient du Fipronil. Recommandations après usage : mis sur le cou, entre les omoplates, pour qu'il ne puisse pas se lécher, faire attention aux autres chiens qui pourraient le lécher, bien se laver les mains après utilisation ..., je déteste ceux qui nient l'évidence. L'AFSCA et les politiciens vont en prendre pour leur grade. Qu'on les punissent donc. J'aurais commis une faute énorme comme celle-ci (je suis infirmière retraitée) j'aurais été licenciée sur le champ. Deux poids, deux mesures.
Il a fallu attendre le "Fipronil" et "cette chère" Maggie De Block pour qu'on se rende enfin compte que le gouvernement n'en a rien a faire de la santé de ses concitoyens. Inflammation des pieds ou des jambes ou douleurs ; inflammation du tendon d'Achille (tendinite) ; varices ; problèmes de genou ; douleurs au bas du dos ; raideur dans la nuque et les épaules ; arthrite du genou ou de la hanche plus répandue ; douleur musculaire et fatigue et j’en oublie. Tels sont les soucis de santé, entre autres, provoqués par le simple fait de rester debout. Chose que je fais quotidiennement/journalièrement depuis cinq ans à mon travail. Je suis agent d'accueil et je n'ai pas de bureau pour recevoir mon public. J'en ai informé ma délégation syndicale et heu.... Ben voilà quoi. "Non non rien a changé tout tout a continué". Normal : la santé n'est qu'un problème secondaire.
Bonjour, Pouvez-vous vous renseigner sur le rôle du BOERENBOND comme distributeur direct ainsi que dans ses boutiques AVEVE (?) si bien informé?,ou soit comme intermédiaire du fabriquant de ces produits toxiques distribué aussi à des fermiers et savoir pourquoi les contrôles AFSCA ne se font pas chez les grands mais principalement chez les petits? Merci.
C'est tout le gvt fédéral qui a fait de la rétention d'information depuis le début: il est fait si peu cas de la santé de la Population ... Puis arriva le coup de jarnac de Lutgen , voulant ramener le MR aux commandes en Wallonie; il convenait donc de surprotéger le futur leader de l'orange bleue wallonne en la personne de l'ancien ministre de l'Agriculture ... Quand cette opération fut menée à terme, le scandale éclata ... Ce gvt fédéral devrait démissionner !!!
quand va ton faire payer les truands de tous les partie politiques en premier partie les SOCIALISTE qui a buse des BELGES pour moi ont devrais les RUINES se qui fond avec la population au contraire ils ont des parachutes d'orées ( mayeur et sa complice )
Très bien de constater les dangers du produit et de prendre des mesures pour la consommation des oeufs dans les ménages, mais quid de l industrie qui utilise les oeufs pour la fabrication mayonnaise, biscuits, patisseries, et ..?
l'afsca se montre tatillonne et intraitable avec les petits artisans et fort laxiste avec les industries alimentaires. Plusieurs commerçants de mon quartier ont fermé boutique à cause de normes (parfois aberrantes) imposées par l'afsca. Chaque année, ce sont de nouvelles contraintes auxquelles il faut s'adapter, et cela a un coût souvent fort élevé que les petits commerçants ne peuvent payer.Résultat : la disparition des commerces de proximité si utiles aux personnes âgées. A qui profite le crime ? Aux grandes surfaces tellement conviviales, qui ne paient quasiment pas d'impôts.
Bonjour, Il y a près de chez moi un élevage industriel de poules pondeuse et poulets. Les fientes( des tonnes!!!!) sont enlevées par un des fermiers du coin qui les étale sur ses champs défructifiés... après les moissons donc ..Pas cher et cela lui apporte un amendement en azote, je présume...Mais les fientes ne comportent-elles pas des résidus de FIPRONIL??..De cet aspect là on ne parle même pas dès lors que les cultures, après labourage ou hersage "en profitent" !!!!!!! Merci à vos analystes d'en tenir compte dans l'impact sur l'environnement de ce produit interdit.
Pas de souci, cher "cock", le poulailler de Leernes n'a pas fait traiter ses installations contre les poux rouges puisqu'il n'y en a pas. Il a fait chauffer ces bâtiments pendant le vide sanitaire (5 jours à 60 degrés) et cela il y 5 ans afin de tuer les bactéries et les poux. Depuis il n'y a plus de poux. Tout cela sans insecticides. Donc pas de résidus dans les oeufs et pas dans les fientes. En ce qui concerne les poulaillers contaminés : ils sont tous obligés de faire détruire non seulement leurs oeufs mais également leurs fientes.
Dans notre société , l'animal n'est qu'une marchandise comme une autre , ces malheureuses poules pondeuses entassées dans des cages sans plumes complètement malades et stressés ,ne pouvant ni bouger ,ni étendre leur ailes ,ne voyant jamais la lumière du jour , ni un brin d'herbe de leur courte et triste vie... la seule chose qu'elle peuvent faire c'est pondre ,pondre ,pondre, pondre... pour l'espèce " humaine", puis mourir et être transformées en pâtées ...Tous les animaux d'élevages intensifs sont bourrés de médicaments ,d'hormones ,d'antibiotiques , d'insecticides ,des pesticides ,des herbicides ,il y en a partout , sur toutes les cultures .l'homme empoisonnent et détruit tout l'environnement ,la biodiversité, l'eau ,avec tous ces poisons ,pour le rendement .Et ,il se détruit lui même au bout de la chaîne ...je ne dit pas que le Fipronil ,n'est pas un grave problème de santé évidement ...mais ce n'est pas le seul , c'est tout ce système marchand mortifère pour l'argent qui est le problème . Les élevages où les animaux sont entassés , le manque totale de respect et de considération pour les êtres sensibles qu'ils sont ,et que nous exploitons comme des choses pour l'argent...
ce gouverne MENT ils se fouttent du cytoyen leurs priorité est leur postes et leur salaire, mais nous ont ne votera plus pour les menteurs; dehors les beaux parleurs en 2019. le seul parti qui est honnete et qui dévoile les magouilles est les PTB et ca dérange . a bon entendeur salut, dehors la corruption, les parvenus et les menteurs ILS ONT DIS JAMAIS AVEC LA NVA? ouaaaaaaaaaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii. il faut virer toute la clique qui nuit au peuple, virer les tous
nos politiciens pense a leur santé et pas a la notre , mangent ils tout !! eux
"empoisonneurs", voilà la triste vérité. Il y va clairement d'un manque d'amour de son prochain. Finalement, nous devrions avoir pitié de ces empoisonneurs et éprouver de la compassion. Seuls les bons sentiments nous aideront à construire un monde meilleur.
Quand j'vous disais que la santé n'occupait un rôle que fort secondaire... Juste après "l'affaire du Fipronil", un nouveau scandale s'apprête à ébranler (non pas le monde politique, qui n'en ont rien à faire eux et pour cause ils ont les moyens eux, mais) nos portefeuilles. Cf. copié/collé d'un article M.S.N actualités lu ce jour 14/08/2017 : "Mauvaise nouvelle pour votre portefeuille: les assurances hospitalisation individuelles vont coûter plus cher dans les prochains mois. La hausse des tarifs suit l'indice médical publié en juillet. L'indice médical publié au mois de juillet s'adapte à l'évolution des prix. Quand les traitements et les salaires des soins de santé augmentent, les factures sont plus chères et les assureurs répercutent cette augmentation sur les primes. C'est ce qu'il va se produire dans les mois à venir : les primes qui vont augmenter de plus de 4% pour les hospitalisations en chambre individuelle, et en matière de soins dentaires, ce sera de 10%. C'est bien plus que l'index à la consommation qui a bondi d'1,78 % mais c'est parfaitement légal   et autorisé par la banque nationale, qualifiée pour autorisée des hausses de tarifs. Les compagnies d'assurances justifient cette correction pour éviter des rattrapages trop forts d'un coup. Cela fait des années que les mutualités réclament une régulation des prix pour éviter la flambée des honoraires en chambres privées ou pour des soins dentaires particuliers. "Pas d'autre choix que d'augmenter les primes" "Déjà depuis 10 ans, nous constatons d'année en année que ces supplément augmentent, qui sont couverts ensuite par des assurances qui n'ont pas d'autre choix que d'augmenter les primes pour faire face à cette augmentation constante", explique ainsi Jean Hermesse, le sec général des mutualités chrétiennes ce matin sur Bel RTL.  Cette hausse touchera également les soins dentaires, c'est donc l'occasion pour les mutuelles de réclamer une nouvelle fois une régulation des prix. "Pour les assurances dentaires, on constate que les implants, les bridges, les couronnes… Tous ces soins dentaires non couverts ne sont pas régulés, les prix sont libres. Et donc, tant qu'il n'y aura pas de régulation, nous assisterons d'année en année à une augmentation des coûts et donc nécessairement des primes", a-t-il encore confié à Olivier Patzelt, sur Bel RTL. " Résumé c'est puisque le citoyen ne veut pas des œufs au Fipronil, alors il subira une augmentation des soin de santé. Normal. Ça va franchement de mal en pire.
AHURISSANT ! cette fois on se trouve bien dans le pays du "SURREALISME" , le pays où on ne fait pas de contrôles parce que le produit est interdit. Ironie si l'on peut dire de l'histoire est que la nouvelle formule du produit porte le nom prédestiné de " DEGA 16 " des dégâts que l'on va chiffrer dans des sommes colossales si l'on en croit les acteurs concernés par cette "nouvelle" affaire. (une de plus). Il faudra espérer que cette affaire sera jugée comme il se doit et que les responsables ( civils et politiques ) soient condamnés comme le commun des mortels, nous ne pouvons admettre aucunes indulgences quand il s'agit de la santé publique. N' oublions pas non plus la Commission Européenne , pour mettre au clair tout cet imbroglio et en faire la "lumière" et mettre en exergue les éventuels manquements des gouvernements des pays concernés et leurs services de contrôles (Entre libéraux il y a risque ... de ne pas être éclairé) Ces agissements dangereux pour la santé de la population doivent être sévèrement réprimés personne dans ces cas ne peut être au dessus des lois . Petite réflexion pour terminer l'AFSCA avait elle donné son autorisation pour la mise sur le marché de ce produit et son utilisation dans les poulaillers ?
Je recommande le dessin animé "chicken run" ainsi que le documentaire " we feed the world" pour bien comprendre dans quel monde nous vivons toutes et tous. Caro
On parle des œufs contaminés mais qu'en est ils de la viande de poulet, poule, dinde ? La viande de ces volailles est elle dangereuse aussi pour la santé ? Est elle contrôlée ? peut' on encore manger la viande de volaille actuellement ?