Highstreet, Oxford (Photo Kamyar Adl)

Étude : l'écart des pensions entre la Belgique et les pays voisins va jusqu'à 50 %

auteur: 

Kim De Witte

En Belgique, les pensions légales sont très basses comparées à celles dans les pays voisins. Le service d'études du PTB a calculé cet écart des pensions dans une nouvelle étude. "L'écart des pensions avec les pays voisins va jusqu'à 50 %, explique Kim De Witte, le spécialiste des pensions du PTB. Et cet écart risque de se creuser encore davantage suite aux mesures du gouvernement Michel.”

1. L'écart des pensions entre la Belgique et les pays voisins.

1.1 Les droits à la pension légale en comparaison avec les pays voisins.

1.2 Les taux de remplacement en comparaison avec les pays voisins.

1.3 Évolution de l'écart des pensions avec les pays voisins.

2. Les causes principales de cet écart des pensions.

2.1 Non pas la durée de la carrière.

2.2 Mais bien la législation en matière de pension.

3. Des pensions légales plus fortes sont possibles et nécessaires en Belgique.

3.1 Les pensions privées sont inégalitaires, chères, risquées et complexes.

3.2 Les pensions légales sont moins chères et comportent moins de risques.

4. Conclusion.

L'écart des pensions entre la Belgique et les pays voisins est considérable. Un travailleur qui a presté une carrière de 40 ans et a gagné la même chose en Belgique, en Autriche, en France, au Luxembourg et aux Pays-Bas touchera une pension 40 à 50 % plus élevée dans ces quatre autres pays.

Nous constatons que l'écart des pensions entre la Belgique, la France, le Luxembourg et l'Autriche est resté aussi grand ces quatre dernières années. En revanche, l'écart des pensions avec l'Allemagne diminue. Cette année, les pensions allemandes sont même passées sous le niveau des pensions belges. C'est dû à l'instauration en Allemagne de la pension à points, mesure décidée en 2002 et entrée entièrement en application l'an dernier. En Allemagne, la pauvreté augmente parmi les personnes âgées et de plus en plus de pensionnés doivent faire appel à ce qui est appelé « l'aide d'urgence ».

La cause de cet écart n'est pas la durée des carrières, puisque nous comparons la situation de personnes qui ont travaillé pendant exactement la même durée. La cause réside dans la législation en matière de pensions légales, qui est bien moins avantageuse en Belgique.

Dans les années à venir, l'écart des pensions risque d'encore augmenter. En effet, selon une étude du Bureau du Plan, en Belgique, le montant de la pension légale lié au dernier salaire diminuera de 10 % pour les travailleurs masculins.

Plusieurs enquêtes montrent que la majorité des Belges privilégient cependant une bonne pension légale. Investir dans des pensions légales plus fortes est aussi la meilleure option : celles-ci sont moins chères, bien moins risquées et moins inégalitaires. Et elles sont aussi tout à fait payables, comme le prouvent l'Autriche, la France et le Luxembourg.

1. L'écart des pensions entre la Belgique et les pays voisins

1.1 Les droits à la pension légale en comparaison avec les pays voisins

La pension légale des travailleurs belges est basse. Quelqu'un qui a travaillé 40 ans à un salaire moyen reçoit une pension de quelque 1 195 euros par mois (brut). La pension légale des travailleurs belges est également plus basse en comparaison avec les pays voisins. Mais de combien exactement ? Quel est l'écart des pensions entre la Belgique et l'Allemagne, la France, le Luxembourg et les Pays-Bas, pour quelqu’un qui a travaillé pendant exactement la même durée et a gagné exactement la même chose ?

Pour calculer l’écart des pensions, nous partons d'un exemple concret : un salarié de sexe masculin, père de deux enfants, qui prend sa pension début 2018, à l'âge de 63 ans. L'homme est :

né le 1er janvier 1955
il a commencé à travailler immédiatement après ses études le 1er janvier 1978 (à l'âge de 23 ans)
à un premier salaire annuel de 7 481,25 euros (300 000 francs belges)
avec une augmentation salariale moyenne de 5 % par an (2,5 % d'inflation et 2,5 % d'augmentation réelle du salaire, promotions et modifications dans le travail comprises)
avec un salaire final de 47 466,55 euros en 2017 (après 40 années prestées)
situation familiale : isolé (les enfants ne sont plus à charge, ni l'épouse)

Quel droit à la pension cet homme s'est-il constitué en Belgique, en Allemagne, en Autriche, au Luxembourg, en France et aux Pays-Bas ? Si nous appliquons les données ci-dessus à l'assurance pension légale des pays précités, nous arrivons aux montants mensuels (bruts) de pension suivants :

Allemagne : 1 195,27 euros par mois1
Belgique : 1 225,61 euros par mois2
France : 1 744,40 euros par mois3
Luxembourg : 1 780,45 euros par mois4
Pays-Bas : 1 823,33 euros par mois5
Autriche : 1 889,19 euros par mois6

Un travailleur qui a travaillé exactement aussi longtemps et a gagné exactement autant a donc une pension légale de 42% plus élevée en France, de 45 % plus élevée au Luxembourg, de 49 % plus élevée aux Pays-Bas et de 54 % plus élevée en Autriche.  

La comparaison avec les Pays-Bas est plus difficile. Les Pays-Bas ne connaissent pas l'assurance de pension légale sur base du salaire, mais une assurance populaire sur base de l'habitation. Le salarié susmentionné reçoit 1 173,33 euros par mois de l'assurance populaire (AOW) s'il a habité cinquante ans aux Pays-Bas7. En outre, les Pays-Bas connaissent une assurance pension complémentaire obligatoire. Notre travailleur qui a presté 40 années au salaire susmentionné s'est constitué une pension complémentaire d'environ 650 euros (brut) par mois. Au total, cela porte la pension néerlandaise à 1 823,33 euros (brut).


1.2 Les taux de remplacement en comparaison avec nos pays voisins

Fin 2017, l'OCDE a calculé les pensions légales par rapport aux salaires dans les différents pays de l'OCDE. Le calcul a été effectué tant pour les revenus moyens que les hauts et bas revenus (montants nets). Les calculs de l'OCDE confirment les résultats ci-dessus.

Source : OCDE, Pensions at a Glance 2017, décembre 2017, tableau 4.8 p. 107 (à consulter ici : http://www.oecd.org/pensions/oecd-pensions-at-a-glance-19991363.htm)

 

Le Bureau du Plan a en outre calculé que les taux/ou ratio de remplacement de la pension légale pour les salariés masculins en Belgique vont baisser d'au moins 10% au cours des prochaines années8. C'est entre autres dû à la suppression du bonus de pension par le gouvernement Michel.

1.3 Évolution de l'écart des pensions avec les pays voisins

Le tableau 2 donne une comparaison de l'écart des pensions entre la Belgique et les pays voisins durant les quatre dernières années.

Source : Service d'études du PTB, L'écart des pensions, éditions 2015, 2016, 2017 et 2018.

 

Nous constatons que l'écart des pensions entre la Belgique, la France, le Luxembourg et l'Autriche reste aussi grand. Dans ces pays, un salarié touche 40 à 50 % de pension en plus. L'écart des pensions avec l'Allemagne a diminué. Cette année, les pensions allemandes sont même passées sous le niveau des pensions belges. C'est dû à l'instauration en Allemagne de la pension à points, mesure décidée en 2002 et entrée entièrement en application l'an dernier. Ce changement a déjà fait baisser les pensions allemandes de 10 % par rapport aux salaires.

Enfin, l'écart avec les Pays-Bas a diminué. Comme expliqué plus haut, la comparaison avec les Pays-Bas est plus complexe. Une partie importante de l'assurance pension y est privatisée, avec une différence par rapport à d'autres pays : ces pensions privées y sont obligatoires (cotisations obligatoires par les employeurs à de grands fonds de pension privés). Suite à la dernière crise financière et économique ainsi qu'aux bas intérêts sur les marchés internationaux des capitaux, ces fonds de pension privés aux Pays-Bas ont subi des coups très durs. Plusieurs fonds ont alors diminué les montants versés à leurs affiliés.

2. Les causes principales de cet écart des pensions

2.1 Non pas la durée de la carrière...

Quand il est interrogé sur la cause des basses pensions en Belgique, le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine (MR) répond invariablement que c'est dû avant tout à la durée des carrières.

L'analyse montre toutefois que ce n'est pas exact. Une personne qui a travaillé pendant exactement la même durée et a gagné exactement la même chose en Belgique, en Allemagne, en France, au Luxembourg et aux Pays-Bas a la pension la plus basse en Belgique. Le montant bas de la pension est donc le fait du système belge des pensions lui-même, et certainement pas une question de durée plus longue ou plus courte de la carrière.

2.2 ... mais bien la législation en matière de pension

Le système belge de pension pour les salariés n'est pas favorable comparé aux pays voisins. En Belgique, une personne qui a travaillé pendant 45 ans reçoit une pension équivalant à 60 % du revenu moyen. 

En France, la carrière est plus courte. La pension légale pour les salariés est composée de deux parties : un montant de base, égal à 50 % du salaire des 25 meilleures années, et un montant supplémentaire, égal  à un pourcentage des cotisations versées à la sécurité sociale. La pension de base en France est souvent déjà équivalente à la pension légale en Belgique. Le second montant oscille entre 200 et 2000 euros. Dans l'exemple que nous avons pris plus haut, il équivaut à 604 euros par mois.

En Autriche, la pension équivaut à 72 % du salaire des 15 meilleures années. Au Luxembourg, la pension minimale après une carrière de 40 ans est de 1 780,45 euros par mois. Les personnes aux revenus plus élevés touchent des pensions légales encore bien plus élevées.

3. Des pensions légales plus fortes sont possibles et nécessaires en Belgique

3.1 Les pensions privées sont inégalitaires, chères, risquées et complexes

Au lieu de renforcer les pensions légales, le gouvernement Michel continue à les détricoter : le bonus de pension a été supprimé (179,4 euros de pension en moins par mois pour toute personne qui reste active jusqu'à l'âge de 65 ans), un certain nombre de périodes assimilées sont supprimées (interruption de carrière, certaines formes de crédit-temps, prépension, chômage au-dessous de l'âge de 50 ans), la pension des fonctionnaires est fortement diminuée, se rapprochant de la pension des salariés du privé (l'accord de gouvernement prévoit quatre mesures spécifiques dans ce sens). Le gouvernement veut aussi instaurer un système de pension à points, dans lequel la valeur d'un point dépendra de la situation des finances de l'État, de l'espérance de vie et de l'évolution du salaire moyen. En Allemagne, où un tel système à points a déjà été instauré, les pensions légales ont baissé de 10% par rapport aux salaires.

Le gouvernement Michel veut compenser la baisse des pensions légales par l'augmentation des pensions privées. Mais ces pensions privées sont très inégalitaires. La moitié des capitaux de pension va à seulement 5 % des affiliés9. Les CEO, managers et cadres se constituent des millions d'euros de droits de pension complémentaire, alors que les salariés ordinaires doivent se débrouiller avec quelques milliers d'euros – une goutte d'eau sur une poêle brûlante lorsque les factures de soins médicaux et de maison de repos se multiplient.

Les pensions privées sont également chères. Une étude montre que les assureurs et les institutions financières prennent 20 à 40 % des montants versés sur toute une carrière pour les frais de gestion, d'administration et d'investissement. Les pensions légales sont bien moins chères10.

Les pensions privées ne sont pas non plus sans risque. Aux Pays-Bas, le paradis des pensions complémentaires, les fonds de pension complémentaire ont été gravement touchés par la crise. Cinquante-quatre grands fonds de pension ont appliqué des diminutions de pension. On s’attend à une forte baisse des droits de pension complémentaire pour les plus jeunes salariés néerlandais, qui toucheront 20 à 30 % de pension en moins que les pensionnés actuels. La Belgique non plus n'a pas été à l'abri des coups durs. Suite à la faillite du groupe d'assurance APRA Leven, de nombreux salariés ont perdu les droits de pension complémentaire qu'ils s’étaient constitués.

Enfin, les pensions privées sont très complexes. Celui qui a eu la possibilité d'épargner un capital de pension privée est confronté à la difficultés de continuer à investir ce capital une fois arrivé à la pension.

3.2 Les pensions légales sont moins chères et comportent moins de risques

La majorité des Belges tiennent à une bonne pension légale. En 2015, le magazine Knack a chargé Ivox d'effectuer une Grande Enquête sur les pensions. 6,5 Belges sur 10 préfèrent une pension légale plus élevée à des avantages fiscaux comme l'épargne-pension ; seulement 1,5 sur 10 opte pour plus d’avantages fiscaux ; 2 sur 10 sont sans opinion.

Selon le Comité d'étude sur le Vieillissement, en 2060, les dépenses pour les pensions légales en Belgique seront toujours inférieures à ce que des pays comme la France et l'Autriche paient aujourd'hui pour leurs pensions. Ce n'est donc pas du tout infaisable financièrement, c'est juste une question de choix de politique fiscale et sociale.

4. Conclusion

Les pensions légales en Belgique sont basses. L'écart des pensions avec les pays voisins va jusqu'à 50 % pour une personne qui a travaillé pendant exactement la même durée et a gagné exactement la même chose. Le gouvernement évoque constamment l'écart salarial, mais ne dit mot sur l'écart des pensions.

Dans les prochaines années, l'écart des pensions risque d'encore augmenter. C'est ce qui ressort d'une étude du Bureau du Plan qui montre que le montant de la pension légale lié au dernier salaire diminuera d'au moins 10 % pour les travailleurs masculins en Belgique.

La majorité des Belges tiennent à une bonne pension légale. La Grande Enquête sur les pensions, menée par iVox à la demande de Knack, montre que deux tiers des Belges préfèrent une pension légale plus élevée à des avantages fiscaux comme l'épargne-pension. De bonnes pensions légales sont tout à fait payables, si l'on répartit la richesse de manière plus équitable.

 

1. Calcul sur base de la législation des pensions en vigueur actuellement, telle qu'elle est définie par la Deutsche Rentenversicherung (http://www.deutsche-rentenversicherung.de en https://www.seniorenbedarf.info/rente-mit-63).

2. Calcul sur base de la législation des pensions en vigueur actuellement, telle qu'elle est définie par l'Office national des pensions (http://www.sfpd.fgov.be).

3. Calcul sur base de la législation des pensions en vigueur actuellement, telle qu'elle est définie par la Banque centrale d'information http://www.la-retraite-en-clair.fr/pid1197/calculez-votre-retraite.html.

4. Calcul sur base de la législation des pensions en vigueur actuellement, telle qu'elle est définie par la Caisse nationale d’assurance pension (http://www.cnap.lu/les-pensions/pension-de-vieillesse/calcul-du-montant-de-la-pension/).

5. Calcul sur base de la législation des pensions en vigueur actuellement, telle qu'elle est définie par la Sociale verzekeringsbank (http://www.svb.nl/int/nl/aow/hoogte_aow/bedragen/index.jsp).

6. Calcul sur base de la législation des pensions en vigueur actuellement, telle qu'elle est définie par l'Arbeiterkammer autrichienne (https://www.arbeiterkammer.at/beratung/arbeitundrecht/pension/pensionsformen/Alterspension.html).

7. Calcul sur base de la législation des pensions en vigueur actuellement, telle qu'elle est définie par la Sociale verzekeringsbank (http://www.svb.nl/int/nl/aow/hoogte_aow/bedragen/index.jsp).

8. Bureau fédéral du Plan, Évolution de la qualité sociale du premier pilier des pensions, 2016, p. 26 (voir http://www.plan.be/admin/uploaded/201605261102470.REP_CEP2_11081.pdf).

9. Voir J. BERGHMAN, H. PEETERS en A. MUTSAERTS, De pensioenbescherming in België: overzicht en uitdagingen, in P. D’HOINE en B. PATTYN (eds.), Over de grenzen en generaties heen – XXI Lessen voor de eenentwintigste eeuw, Leuven, Universitaire Pers Leuven, 2012.

10. Voir J. PACOLET en T. STRENGS, Pensioenrendement vergeleken - Vergelijking van de performantie van de eerste versus de tweede en derde pensioenpijler, HIVA, 2009, 115.

Étiquettes

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.