Photo Belga

Elections en Grèce :: Dossier Solidaire

Dimanche 25 janvier auront lieu des élections grecques potentiellement historiques. La campagne électorale grecque, une des plus courte de son histoire, vit ses derniers jours. Tout comme le gouvernement sortant de Antonis Samaras. Syriza, le parti de la Gauche radicale, est donné en tête de tous les sondages.

Grèce : le pouvoir terrifié par les élections

Photo Belga

Le gouvernement sortant de Antonis Samaras, coalition entre la Nouvelle Démocratie (conservateurs) et le Pasok (parti socialiste) est soutenu, sans aucune retenue, par l’ensemble des dirigeants européens. Le premier ministre espagnol, le conservateur Mariano Rajoy (Parti Populaire) s’est même déplacé à Athènes le 14 janvier pour soutenir Samaras. D’après les derniers sondages, les jours de ce dernier sont pourtant comptés. Syriza, le parti de la Gauche radicale, est donné en tête de tous les sondages.

Lire l'article de Solidaire ici.

Grèce :: Elections dans la semi-colonie

Photo thetoc.gr

Alexis Tsipras, la tête de liste du parti Syriza pour les élections grecques de ce dimanche 25 janvier, veut mettre fin aux « tragédies sociales comme la politique d’économies et l’autoritarisme ». Durant son discours au début de la campagne électorale, il a promis de refaire de la Grèce « un pays debout ».

Un article de Andreas Wehr, traduit et repris de Junge Welt sur Solidaire.org.

 

 

La Troïka n’aime pas la démocratie grecque

Photo Belga

A en croire les sondages, le peuple grec votera en masse contre la politique d’austérité européenne ce dimanche 25 janvier. Le peuple en a assez. Syriza, parti de gauche, dirigé par Alexis Tsipras, deviendrait le plus grand parti. La Troïka suit trois stratégies contre la démocratique grecque.

Lire l'article de Solidaire ici.

 

 

« Les Grecs sont les Tijl Uilenspiegel d’aujourd’hui »

Peter Mertens. (Photo Solidaire,
Salim Hellalet)

Les Grecs font revivre l’esprit des gueux dans un contre-courant qui entend reconquérir la démocratie, la liberté et l’économie des mains des papes et des cabinets d’affaires de l’Union européenne. Ils méritent notre soutien, écrit Peter Mertens, dans une opinion parue sur levif.be.

A lire ici.

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.