Anvers. 800 personnes s’étaient inscrites. 1 000 sont finalement venues. Le journaliste du Knack a trouvé que c’était la « plus belle » réception du nouvel-an. (Photo Solidaire, Kamiel Kelders)

Discours de Peter Mertens à Anvers : « Personne ne fera taire le PTB au parlement »

À Anvers, selon sa bonne habitude, le président du PTB Peter Mertens a accueilli les quelque 1 000 personnes présentes par un discours ravageur qui s’en est pris successivement aux amendes SAC, à l’échec de la lutte contre la pauvreté, à la culture de la gratte chez Dexia, à la chasse aux chômeurs et à la « politique tribale du régner pour diviser ». Un extrait.

« Il est temps d’adopter une tout autre logique.

Il est temps de collaborer au lieu de se faire concurrence.

Il est temps de réaliser l’unité au lieu de la division. 

Le temps est venu pour une société où le CEO paie plus d’impôts que la femme de charge. 

Où l’on puisse réellement respirer de l’air propre, au lieu d’un produit virtuel acheté par Kris Peeters sur le marché en Pologne. 

Où l’humain est au centre, et non le profit.

Oui, le PTB a l’ambition d’entrer au Parlement. 

Oui, nous voulons rompre cette unanimité de la pensée du marché, sur les pensions, sur la norme salariale, sur les discriminations, sur la législation des SAC, sur les salaires des ministres mêmes et sur la politique fiscale des cadeaux. 

Oui, nous voulons peser sur le débat.

Et nous pèserons aussi sur le débat :  

Liesbeth Homans ne peut museler Dirk Van Duppen au conseil du CPAS d’Anvers. 

Bart De Wever ne peut faire taire Mie Branders au conseil communal. 

Elio Di Rupo ne peut mater Raoul Hedebouw dans le débat public. 

Et, après le 25 mai, personne n’imposera le silence au PTB au Parlement. 

Nous serons une voix rafraîchissante face à toute cette fanfare libérale !

Car nous avons choisi notre camp.

Non pas le camp des multinationales hyper-subventionnées, pas le camp du Voka, pas le camp des coteries d’amis du monde financier.

Non, nous choisissons le camp de la classe ouvrière, celui des jeunes, et celui de tous ceux qui ont du mal dans la société. 

Et il est plus que temps que ce camp fasse entendre sa voix dans tous les parlements du pays ! »

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.