Articles overview page

Le Conseil des ministres a approuvé vendredi passé un nouveau projet de loi sur les services postaux. Tout droit sorti des tiroirs de la Commission européenne, ce projet revoit à la baisse les conditions d'accès au marché postal belge pour les entreprises privées. Ce qui entraînera une diminution de la qualité du service et menacera directement la survie financière de notre service postal public.

Plus de flexi-jobs, de travail de nuit, réinstauration des périodes d’essai… voilà ce qui se cache en réalité derrière l’annonce du ministre de l’Emploi Kris Peeters (CD&V) qui « vise le plein emploi d’ici 2025 ». Pourtant, une étude universitaire vient jeter une – grosse – mouche dans son potage : « La récente politique en matière de marché du travail n’a pas bénéficié à la lutte contre la pauvreté. Sur certains points, elle est même devenue une lutte contre les pauvres », constate un des chercheurs.

Il y a plus de six mois éclatait l’affaire Publifin. Puis Publilec et Brackegate en Flandre. Puis encore le Samusocial à Bruxelles. Le tout agrémenté des soubresauts du Kazakhgate. « Des brebis égarées », « des gens qui ont oublié leurs valeurs », « des personnalités corrompues », « des affaires différentes qui n’ont rien à voir entre elles », nous a-t-on juré, de M. Di Rupo à Mme Rutten en passant par MM. Chastel et De Wever. Vraiment ? La corruption est-elle une exception dans notre système ? Le conflit d’intérêt, un simple dérapage ? Ou s’agit-il d’une pratique généralisée qui permet au système de fonctionner ? Retour sur les affaires Publifin, Samusocial et autres Brackegate ou Kazakhgate.

Depuis deux ans, la ministre de la Santé Maggie De Block (Open Vld) a les maisons médicales dans son collimateur. Elle vient ainsi de lancer une nouvelle attaque, en confiant un audit des maisons médicales – « pour voir si chaque euro est bien utilisé » – à un bureau d’audit commercial international, KPMG. Un bureau connu pour ses positions en faveur d’une privatisation des soins de santé et d’une médecine à deux vitesses.

Amenez vos talents et formons ensemble la grande vague du changement social.

Pour les millions de citoyens de ce pays, les pensions ont été réformées en 36 jours à peine. Pour les parlementaires, la discussion s'est éternisée pendant plus de deux ans. Grâce à la pression, notamment du PTB, les choses semblent bientôt devoir changer. Le Parlement fédéral va voter une nouvelle réglementation des pensions, comme l’a fait le Parlement flamand. « Tous les parlementaires qui siègent aujourd'hui pourront toujours prendre leur pension anticipée », dénonce néanmoins Kim De Witte, le spécialiste pensions du PTB.

Jamais un ministre de la Santé publique n’a eu autant d’opposants que le Dr Maggie De Block. Son nouveau fait d’armes : une réduction drastique du personnel dans la pédopsychiatrie et une réforme du secteur hospitalier. Les auteurs de cet article, Janneke Ronse de Médecine pour le Peuple et Kim Verberck du PTB Soins et Bien-être, ont participé aux actions de protestation et défendent une alternative sociale pour le secteur des soins de santé.

Une nouvelle étude du PTB montre que les ultra-riches éludent beaucoup plus l'impôt que les simples citoyens. En moyenne, un ménage appartenant aux 0,01 % des plus riches belges fraude 5,3 millions d’euros par an. En revanche, un ménage appartenant à la moitié la moins riche de la population élude l'impôt en moyenne 201 euros par an. Pour le PTB, il est temps de créer une cellule du fisc contrôlant ces ultra-riches.

Une récente étude du PTB a montré que le travail intérimaire était plus la norme que l’exception dans de nombreuses entreprises. Le député PTB Marco Van Hees a confronté le ministre du Travail Kris Peeters à ce sujet au Parlement le 6 juillet dernier. Voici son compte rendu.

Après plus d’un an de lutte contre les discriminations par le PTB et toute une série d'associations actives sur le terrain, le gouvernement bruxellois dit enfin oui aux testings anti-discriminations dans le secteur des intérims et des titres-servi

Pages