Contrôle budgétaire : « le fédéral reporte le tax-shift mais applique l'austérité-shift vers les Régions »

« Le gouvernement Michel-De Wever a beau en nier l'impact social, son ajustement budgétaire poursuit bel et bien la politique d'austérité, notamment en transférant une partie de cette austérité aux Régions. Mais aussi en grevant plus encore les dépenses sociales et publiques fédérales », dénonce Raoul Hedebouw, porte-parole national du PTB.

« Le fédéral reporte le tax-shift mais applique l'austérité-shift vers les Régions. C’est précisément contre cette logique que plus de 20.000 personnes ont manifesté à la Grande parade organisée par Hart boven Hard et Tout autre Chose ce dimanche 29 mars. Un mouvement qui dénonce non seulement l'austérité fédérale, mais aussi l'austérité régionale. Avec 750 millions renvoyés aux Régions, les conséquences vont être lourdes », précise Raoul Hedebouw. Voici l’analyse du PTB.

1. Austérité-shift vers les Régions

Le fédéral annonce pouvoir récupérer 750 millions d'euros au détriment des Régions par un nouveau calcul de l'IPP. De cette manière, le gouvernement Michel peut limiter les mesures d'austérité fédérales en transférant l'austérité vers les Régions. Mais des coupes sociales régionales ne font pas moins mal que des coupes sociales fédérales. Il est donc assez choquant de voir les ministres fédéraux annoncer cette modalité budgétaire comme une bonne nouvelle.

D'autant que le gouvernement fédéral dispose de bien plus de possibilités pour mener une politique de justice fiscale, comme réclamée par le mouvement social, c'est-à-dire en instaurant une taxe sur les grandes fortunes.

2. La taxe « Caïman édenté »

Les 50 millions d'euros annoncés pour la taxe Caïman alors que 160 milliards d'euros de patrimoines belges seraient placés dans des paradis fiscaux, cela confirme que cette taxe concerne un caïman édenté. Les professeurs Maus (VUB) et Philippe (ULG) avaient déjà déclaré son inutilité à la commission Finances de la Chambre en novembre 2014, notamment parce qu'elle ne concerne que les personnes physiques.

Pire qu'inutile, elle risque même d'être nuisible puisque le futur projet de loi prévoirait que les contribuables payant la taxe Caïman ne pourraient pas faire l'objet d'une sélection pour contrôle fiscal (il est question notamment des sélections automatisées dites datamining).

C'est d'autant plus choquant que dans le cadre du nouvel ajustement budgétaire, le gouvernement a relevé son estimation de rentrées fiscales induite par une supposée lutte contre la fraude fiscale.

De plus, en avançant la taxe Caïman à 2015, le gouvernement a brûlé sa principale cartouche sur le volet « capital » du tax-shift (lequel est reporté à l'automne). Ce qui laisse entrevoir que ce tax-shift risque d'être particulièrement antisocial puisqu'il consistera certainement en une augmentation des taxes sur la consommation (TVA et accises).

3. La population touchée, le capital subsidié

Le gouvernement prend deux mesures symboliques sur les structures off-shore et les diamantaires (tout en limitant les possibilités de poursuites judiciaires) mais dans le même temps il accorde de nouveaux cadeaux au capital, sous forme de réduction d'impôts et de réductions de cotisations sociales.

Cela a pour effet de réduire les moyens disponibles pour les politiques publiques et la sécurité sociale. 

4. Des nouvelles attaques contre la législation du travail

Il y a aussi les conséquences non budgétaires de cet exercice budgétaire. Au nom de l'emploi (mais toutes les politiques antisociales ne sont-elles pas menées sous cette bannière ?), le gouvernement Michel introduit de nouvelles attaques contre la législation du travail.

Le travail de nuit, dont on connaît les graves conséquences sur la santé, est légalisé dans l'e-commerce. Et dans l'Horeca, le nombre d'heures supplémentaires est augmenté, de même que le nombre de jours retenus comme travail occasionnel, qui passe de 100 à 200. La précarisation et la flexibilité des salariés sont donc accrues. Et le Premier ministre devra nous expliquer comment on réduit le nombre de chômeurs en augmentant les heures supplémentaires…

 


 

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Ce gouvernement n'est conçu que d' êtres lâches, hypocrites et qui n'utilisent leurs courages que pour mener les travailleurs, les pensionnés et les "vrais" chômeurs vers la pauvreté. Il ne créent pas de l'emploi mais de la pauvreté. La seule chose de réelle c'est que jour après jour de plus en plus de gens ont difficile pour continuer à vivre dignement. D'un autre côté, malversations, magouilles sont toujours impunis et les "gros" continuent à s'en mettre plein les poches. Une pauvreté grandissante = une consommation moindre = des licenciements et fermetures continuels. En mettant les régions à contribution, les taxes régionales et communales vont encore explosés. Je suis heureuse de ne pas avoir donné ma voix au parti francophone qui fait partie de ce gouvernement ni à aucun des partis sortants du précédent gouvernement.
La réduction de la dette messieurs, rien que cela , le reste ne compte pas, des dégâts collatéraux, normal ! Le peuple a commis une erreur, c'est de donner procuration à des gens qui sont censé les représenter ! Il serait temps que le peuple reprenne sa voix et la fasse entendre !
Une Honte tout simplement, de devoir faire nous travailleurs les efforts, pour permettre aux nantis et aux actionnaires divers de s'enrichir sur notre dos ! Mais au vu des dernières manifestation diverses dans le pays, ça n'a pas l'air de faire réagir grand monde. Dire que 120 000 personnes pour une grève générale est un succès on se fout de qui franchement, ça ne représente que 1% de la population qui s'est sentie concernée et les 99 autres % , pas on s'en fout ! Les chômeurs de longue durée qui se plaignent d'être exclus, les étudiants, ,les prépensionnés qui vont perdre 504 euros brut de prépension, en d'autres mots, Nous quoi ! C'est Ensemble qu'on gagne un Combat comme celui que nos arrières Grands Parents ont menés, pour nous permettre de vivre dans des conditions digne de ce nom, mais ce Droit durement acquis fout le camps, faute de Mobilisation syndicale et Citoyenne ! Mes Amis, lorsqu'il sera trop tard, il ne faudra pas venir pleurer et venir dire qu'on ne comprends pas ... ! Et comme dirait le Che : HSLV.