Photo Flickr, Montecruz

Chambre : la majorité vote la reconnaissance de l’État palestinien pour… ne pas le reconnaître

Ce 5 février, la majorité a proposé une résolution visant à reconnaître l’État palestinien. Il y a toutefois quelque chose qui cloche dans cette résolution.

Au lieu d’appeler à la reconnaissance de l’État palestinien, comme le laisse paraître l’intitulé de la résolution, elle soumet cette reconnaissance à des conditions irréalistes. Ainsi, les partis de la majorité demandent-ils que le gouvernement reconnaisse la Palestine au moment « le plus adéquat ». Ce moment le plus adéquat est ensuite défini d’une façon à tout le moins spéciale.

Pour le député PTB Marco Van Hees, « cette résolution aurait dû plus honnêtement être reformulée ainsi : nous demandons au gouvernement de ne pas reconnaître l’État palestinien, sauf si, par le plus grand des miracles, Israël modifiait sa politique afin de rendre cette reconnaissance possible... »

En effet, selon cette résolution, la reconnaissance dépendra entre autres de l’impact qu’une telle reconnaissance aurait sur les négociations avec Israël. « En d’autres termes, dit Marco Van Hees, avant de reconnaître l’État palestinien, la N-VA, le CD&V et les libéraux veulent avant tout demander à Israël, qui occupe la Palestine, si Israël estime que ce serait une bonne chose. Ridicule.” »

La résolution ajoute encore que le moment le plus adéquat viendra quand le gouvernement palestinien disposera d’un contrôle complet sur son territoire. Mais s’il n’en dispose pas aujourd’hui, c’est justement à cause des activités de l’armée israélienne et des colons. Non seulement Israël devrait donc d’être d’accord avec la reconnaissance de la Palestine par la Belgique mais, en outre, il devrait – volontairement ? – mettre un terme à sa politique d’occupation.

Marco Van Hees : « Au lieu d’utiliser la reconnaissance comme un pas vers des pressions sur Israël, la majorité se soumet donc totalement au bon vouloir d’Israël. D’après le gouvernement belge, il convient donc d’abord de négocier avec Israël. Or, Israël a plus que doublé le nombre de colons juifs dans les territoires palestiniens, depuis le début des négociations (au début des années 1990). »

Marco Van Hees qui, avec d’autres parlementaires, a visité la Palestine en novembre et pu constater de visu l’occupation israélienne, conclut : « Aujourd’hui encore, attendre de nouvelles négociations avant de reconnaître l’État palestinien équivaut en fait à refuser la viabilité de cet État. »

Pourquoi une reconnaissance ?

En Belgique, toute une série d’organisations, comme la FGTB, intal ou 11.11.11 soutiennent une pétition demandant au gouvernement belge de reconnaître la Palestine. Sur le plan international, 135 pays ont déjà reconnu la Palestine. La reconnaissance officielle d’un État peut avoir une grande importance. Elle pourrait, par exemple, permettre à l’autorité palestinienne d’intervenir sur la scène internationale comme un acteur à part entière.

Bien des Palestiniens espèrent surtout que ce sera un pas en avant afin de pouvoir exercer plus de pressions sur Israël. En 1948, Israël a occupé environ 80 % de la Palestine historique. En 1967, l’État sioniste a occupé, illégalement, la bande de Gaza, la Cisjordanie et Jérusalem-Est. Sept millions de Palestiniens sont réfugiés. Jour après jour, semaine après semaine, Israël continue à occuper et coloniser davantage de terres en Palestine.

La reconnaissance inconditionnelle et immédiate de l’État palestinien par la Belgique constituerait donc une bonne chose. C’est pour cette raison qu’aux Parlements wallon et bruxellois, entre autres, le PTB a soutenu des résolutions de compromis du PS, d’Ecolo et du cdH. La députée bruxelloise Claire Geraets (PTB) a expliqué que la reconnaissance de l’État palestinien pouvait également être un premier pas en vue de modifier les rapports de force sur le terrain, car « Israël ne changera de stratégie que si l’on prend des mesures qui font mal ». La reconnaissance devrait par conséquent être suivie de sanctions contre Israël afin d’obliger Tel-Aviv à respecter le droit international.

 

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Tout a fait d accord....mais soyons un peu plus precis...en 1948 israel n a pas Occupe a 80 % la palestine!!![.....il a ete decide par les nations unies sous mandat des royaumes unies....que les israeliens venus du monde entier retourne a leurs terre ancestrale...si il faut chercher des Coupables demandons a cameron et au nations unie...