Ce lundi 9 janvier, un CEO a déjà empoché plus que vous ne gagnez en un an

Ce 9 janvier, aux environs de la pause de midi, après à peine plus de cinq jours de travail, les CEO des grandes entreprises belges cotées en bourse auront gagné plus qu'un travailleur moyen en toute une année.

2,07 millions d'euros. C'est ce que gagnent en moyenne les CEO des entreprises du BEL 20, selon les chiffres les plus récents disponibles (2015). C'est-à-dire 44 fois plus que le salaire moyen en Belgique. Un travailleur moyen dans notre pays gagne en effet 3 367 euros bruts par mois, soit 46 869 euros par an (calcul et sources ci-dessous).

En d'autres termes, après 5,7 journées de travail, le CEO moyen d'une entreprise du BEL 20 a gagné autant que le travailleur moyen en toute une année. Le CEO moyen, disons-nous, car certains top-managers gagnent plus encore. Avec 4,62 millions d'euros, Carlos Brito est le CEO le mieux payé de Belgique. En deuxième place vient Jean-Christophe Tellier, du groupe biopharmaceutique UCB, avec 4,26 millions d'euros.

« L'écart salarial entre les CEO des grandes entreprises et les travailleurs s'est agrandi de façon horrifiante, réagit le président du PTB, Peter Mertens. Ce qui me heurte surtout, c'est qu'en un an, les CEO des grandes entreprises se sont accordé une augmentation salariale de 17 %, alors qu'on ne cesse de répéter aux travailleurs qu'il n'y a pas d'argent pour plus de pouvoir d'achat. L'élite pratique le self-service, alors que le gouvernement bloque les salaires des travailleurs. Avec ces réformes des lois sur les salaires, le gouvernement impose que, dans les années qui viennent, les salaires des simples travailleurs ne pourront pratiquement pas augmenter. Mais, en revanche, il n'est nulle part question d'un plafond pour les gros salaires. Ceux-ci vont peuvent déborder autant qu’ils le souhaitent. »

Et, pendant ce temps-là, le gouvernement boucle une nouvelle loi qui limitera fortement les possibilités d'augmentations salariales, faisant perdre 753 euros au salarié moyen sur deux ans. Découvrez ici comment.

 

Le calcul

  • Le salaire moyen d’un travailleur belge est de 3 367 euros par mois (chiffre de 2014). Si l’on reporte cela sur une année, en tenant en compte la prime de fin d’année et le pécule de vacances, on arrive à environ 46 869 euros par an.
  • Le salaire moyen des patrons du Bel20 s’élevait en 2015 à 2,07 millions par an.
  • Si l’on divise ce montant par le nombre de jour ouvrables par an (soit environ 250 jours), on arrive à une rémunération journalière de 8 280 euros pour ces patrons.
  • Et le salaire annuel moyen d’un travailleur équivaut à environ 5,7 fois le salaire journalier moyen d’un CEO du BEL 20. En d’autres mots, en 5,7 jours, le CEO moyen a gagné ce qu’un travailleur moyen gagne en un an.

Sources

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Bien le bonjour et le meilleurs pour 2017....... "Notre" gouvernement entre encore en action aujourd'hui, encore les réformes, mais toujours dans le même sens. Pauvre bestiaux que nous sommes le terme Bête sied mieux avec somme. Un certain visionnaire disait à son époque; vous voulait le changement alors changeait vous vous même, mais je pense que cela sera difficile car la peur dirige la majorité des humains et c'est pour cela qu'ils essaient de se garantir en s'entourant de foutaises et babioles inutiles et de plus aliènant. Personnellement j'aime de temps à autre regarder autour de moi, et je vois beaucoup de travailleurs dans leurs bagnoles et leurs paraître et ils courent et courent tout en protestant mais ils courent, mais ne savent où ils vont, la majorité quand elle le peut dépensent des fortunes et se mettent dans le crédit pour paraître et se trompent eux même. Vous voulez faire crouler un système cessez d'admirer vos maître à danser. Osez regarder ce que vous êtes de plus ou de moins qu'un autre, concentrez vous sur vos réels besoins ? Je pense que sinon vous perdrez votre existence à vouloir gagner votre vie...Vous pouvez y croire cela fait partie aussi du changement. J'avais simplement envie de partager ces quelques phrases avec vous. Bien à Vous
Les chiffres révélés par l’enquête « Noir Jaune Blues », publiée par « Le Soir » et la « RTBF », commanditée par la Fondation « Ceci n’est pas une crise » et réalisée par Survey&Action et son sociologue Benoît Scheuer, font réagir la classe politique. L’enquête dévoile un citoyen belge qui a perdu confiance en ses institutions (Parlement, responsables politiques, média, etc.), tenté par le repli sur soi et qui tend à rejeter l’étranger. Les réactions de ces politicards sont sans surprises, "il faut changer", "il faut faire ceci ou cela" etc.... mais comme d'habitude, ils décideront de ne rien décider. La réaction de Richard Miller, est excellente. Parlementaire et administrateur du centre d’études du MR, n’explique pas le mal-être ressenti par une faiblesse du système belge. « Ce mal-être, on le retrouve dans de nombreux autres pays européens. Il y a une lame de fond qui touche le modèle de la société démocratique à l’occidentale. Les attentats accélèrent cette tendance », explique-t-il. Donc, selon Richard, le système belge n'est pas mis en cause, le MR mène une excellente politique, la cause de tout les maux, ce sont bien sûr les attentats. Nous, citoyens, nous sommes tellement bêtes que nous n'y avons pas penser mais le centre d'études du MR a fait toute la lumière. Le pouvoir d'achat en baisse : cause, les attentats. Les remboursements des médicaments : cause, les attentats. Les maisons de repos qui sont privatisées : cause, les attentats. Les burn-out : cause, les attentas etc...etc.... Toutes mes félicitations au centre d'études du MR. Je suppose que c'est toute une armée de spécialistes, des diplômés de très haut niveau qui nous ont pondu LA réponse. Et c'est avec une telle déclaration que notre ami Richard est certain d'avoir résolu le problème, et il vaudrait que le citoyen lui fasse confiance. Monsieur Miller, les imbéciles ne sont pas dans la rue, ce sont des tocards ( tocard, désigne un mauvais cheval, un cheval qui fait de la course, mais a un niveau médiocre). comme vous. Ces tocards, on pourrait en faire don au centre équestre du village.
Toutes les augmentations de productivité dues à l'exploitation des travailleurs ce sont ces "parasites" qui en profitent avec le blanc seing de leurs conseils d'administration où l'on retrouve bien souvent les mêmes administrateurs qui se cooptent entre eux tout cela en compagnie parfois de politiciens "caste" également de "super parasites" Voilà comment nos grandes entreprises sont gérées ! Par ce "beau monde " évidemment .
Bonjour à tous, Je voudrai aussi ajouter, que le salaire de ces CEO, se répercute évidement sur les prix de ventes, directement ou indirectement, sur tous les produits que retrouvons dans nos assiettes, armoires ou lingeries... Supprimons tous ces salaires exorbitants et redistribuons tout cela (y compris les dividendes d'actions qui ne profitent finalement qu'aux plus riches) Avec les techniques et les connaissances que nous possédons, nous pouvons éradiquer la misère....que ces personnages entretiennent de par le monde.