Screenshot rtbf.be

Budget : les millionnaires restent hors d’atteinte et c’est nous qui payons la facture

Une taxe sur les comptes-titres sans effet et des emplois précaires pour les jeunes. « Cet accord estival n’a rien à voir avec la justice fiscale et sociale », déclare Sofie Merckx, porte-parole du PTB. « Malades, pensionnés et fonctionnaires paient la facture de la réduction de l’impôt des sociétés. »

Une taxe sur les comptes-titres

« La taxe sur les comptes-titres, c’est une plaisanterie », selon Sofie Merckx. « Celui qui a pour un million d’actions sur un compte-titres paiera à peine 750 euros. En outre, il recevra immédiatement 180 euros de retour, parce que les bénéfices sur les dividendes sont moins imposés. Selon l’expert fiscal Michel Maus, il s’agit d’un ‘‘impôt homéopathique’’ qui n’a rien à voir avec la justice fiscale ».

« La taxe sur les comptes-titres ne rapportera pour ainsi dire rien », annonce le PTB. « L’encre de l’accord gouvernemental n’est pas encore sèche que la taxe est déjà contournée. La fédération des investisseurs, la VFB, et le patron de Febelfin ont annoncé aujourd’hui déjà que les investisseurs pouvaient tout simplement ventiler leur compte sur plusieurs banques afin de contourner la taxe. La taxe sur les effets semble bien avoir été conçue pour n’en avoir aucun, d’effet... »

« Après la taxe sur les riches – introduite en 2011 et de nouveau supprimée en 2012 – et la taxe sur la spéculation – qui, elle aussi, n’aura été en vigueur qu’une seule année – la taxe sur les effets est une fois de plus un exemple de la poudre aux yeux dans laquelle ce gouvernement s’est spécialisé. Cela n’a rien à voir avec la justice fiscale ni avec une quelconque taxe des millionnaires. »

Le PTB est partisan d’une taxe des millionnaires à part entière, grâce à laquelle toutes les fortunes de plus de 1 million d’euros seront taxées au tarif progressif de 1 à 3 %, taxe associée à une inventorisation de toutes les richesses en un cadastre des fortunes. « C’est une nouvelle façon d’éviter que les super-riches ne se soustraient aux impôts. »  

L’accord d’été s’engage lourdement vers une flexibilisation encore accrue du marché de l’emploi, ajoute Sofie Merckx. « Jobs, jobs, jobs !!! répétait le Premier ministre Michel. Mais où, alors ? Oui, les emplois flexibles seront multipliés, depuis le secteur Horeca jusque chez les boulangers et les coiffeurs. Mais il s’agit d’emplois d’appoint pour des personnes qui ont déjà du travail et qui ne peuvent en vivre. Idem avec la mesure prévoyant de faire gagner un peu plus – jusqu’à 500 euros sans impôts – aux travailleurs à 4/5 temps et aux pensionnés, qui pourront s’employer comme babysitters ou tondre le gazon des voisins. Cela n’a donc rien à voir avec un emploi à part entière. »

Le fameux tax shift au profit des patrons coûte 1 milliard par an. Le gouvernement promet qu’il sera entièrement exécuté. C’est pour les entreprises un cadeau qui, d’ici 2020, montera jusqu’à 3,2 milliards. Ce tax shift allait servir à créer des emplois. Le résultat est désastreux. Dans les emplois créés par ce gouvernement, la moitié sont payés au salaire le plus bas et il s’agit souvent d’emplois temporaires. 65 % sont des emplois précaires, et le risque de pauvreté pour les personnes qui ont un emploi n’a jamais été aussi grand.

Et ce gouvernement persiste. Davantage d’emplois flexibles, de travail de nuit, réinstauration des périodes d’essai. La période d’essai, supprimée en 2014, sera réinstaurée en échange d’une diminution de la durée des préavis. Les patrons pourront dans les premiers mois de leur contrat, licencier des travailleurs plus rapidement et, surtout, en payant moins.

Le travail de nuit sera généralisé dans l’E-commerce. Le travail de nuit est à l’origine de nombreux problèmes de santé, tant physiques que psychiques.

« Les emplois intérimaires seront généralisés, et cette fois aussi dans les services publics, alors que, dans le même temps, les nominations statutaires vont disparaître, hormis à la police et dans la justice. Voilà l’avenir que ce gouvernement envisage pour les jeunes : on supprime les emplois stables et à part entière pour les remplacer par des emplois précaires, et par des emplois flexibles. » 

Le PTB s’oppose aussi à la diminution de l’impôt sur les sociétés. « Qui va payer cette réduction de l’impôt sur les sociétés ? Pour les PME, il descendra de 25 à 20 % et, pour les grandes entreprises, progressivement de 34 à 29 % l’an prochain et à 25 % en 2020. De cette façon, on démantèle le socle des rentrées publiques. C’est le gouvernement qui crée son propre déficit budgétaire. La facture sera de nouveau payée par ceux qui la paient habituellement : les malades, les pensionnés et les chômeurs. Il va falloir une fois de plus économiser 502 millions d’euros du côté des soins de santé, des pensions et du chômage. C’est inacceptable. Est-ce cela la “justice sociale” annoncée par le ministre CD&V Kris Peeters ? Ce gouvernement choisit le camp des millionnaires et des multinationales. Nous voulons une politique gouvernementale qui investit dans des emplois décents et dans les priorités sociales. »

 

 

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

A ce jour il n'y a plus rien à dire, simplement peut être de consulter le dictionnaire et voir la définition de libéralisme. Doctrine économique préconisant la liberté du travail et des échanges et la non intervention de l'état. Vous voyez, le 1er est le gouvernement et de fait il n'y a pas d'intervention de l'etat
Tous les fonctionnaires ne sont pas des "hauts fonctionnaires". Auparavant, on parlait "d'agents de l'Etat" (ou de la Communauté française) pour les travailleurs des Administrations n'ayant pas des fonctions dirigeantes et de "fonctionnaires" pour les "hauts gradés". Puis on a parlé des fonctionnaires sans plus faire de distinctions, pour stigmatiser l'ensemble du personnel des administrations, pour pouvoir les mettre "tous dans le même sac", celui des privilégiés, surpayés (allez voir combien gagne un niveau 3 en commençant sa carrière !, sans parler qu'ils sont en voie d'extinction ...), les traitants tous de fainéants, de tire-au-flanc, etc. La classe dirigeante est parvenue à "rendre jaloux" les autres travailleurs, les salariés (ouvriers et employés) et les petits indépendants, leur faisant croire que les "fonctionnaires" gagnaient trop, avaient trop de pension. Jamais l'adage "Diviser pour mieux régner" n'a été autant d'actualité ! il fut un temps où un employé du privé gagnait plus qu'un employé du public, à travail équivalant, cela les travailleurs actuels ne le savent peut-être pas... Au fil des années, les patrons sont devenus de plus en plus rapaces, ont gagné de plus en plus d'argent tout en rabotant les salaires de leurs travailleurs. Mais l'être humain est ainsi fait qu'il préfère que ceux qui vivent un tant soit peu correctement tombent dans la pauvreté comme lui plutôt que de se battre pour avoir un salaire puis une pension décents comme ceux qu'ils envient ! J'invite tous les nantis des divers gouvernements à faire "des petits jobs" pour s'en sortir lorsqu'ils seront pensionnés. En effet, cher Président, comme vous le dites si bien : "Comment osent-ils" ? Combien n'auront jamais de pension car ils seront décédés avant 67 ans ... Croient-ils que tous/toutes les Belges vont rester bon pied bon oeil jusqu'à un âge avancé ? L'espérance de vie a augmenté, la belle affaire, ce n'est pas pour cela qu'à un certain âge l'être humain n'est pas usé par le travail ... Jetez un oeil sur la page de l'Onem/Forem pour voir comment "nos" représentants comptent créer de l'emploi : les divers mesures "Activa", etc. pour aider à l'emploi s'amenuisent comme peau de chagrin. Et les patrons n'ont pas l'air de vouloir payer un salaire normal sans bénéficier de prime du gouvernement, alors je me demande qui va encore engager ... Par ailleurs, ce n'est pas avec le petit cadeau de 100 euros pour la taxe TV qu'une partie des Belges vont éviter de tomber dans la pauvreté. Et encore, attendons de voir car nous avons l'habitude des promesses en l'air, sauf lorsqu'il s'agit de mesures d'austérité, bien entendu. j'ai un seul espoir : que toutes ces mesures contre leurs électeurs finissent par dégoûter ces derniers une bonne fois pour toutes et qu'ils envisagent de voter en masse différemment lors des prochaines élections. Aux esprits chagrins qui me disent "ils sont tous les mêmes", je réponds : peut-être que oui, peut-être que non, on ne perd rien à essayer. Cela ne peut être pire que maintenant ! Personnellement, j'y crois, ce changement ne peut qu'arriver, il DOIT arriver ! J'ai confiance en ces hommes politiques nouveaux qui n'ont pas peur de crier leur indignation ! P.S. : je n'ai pas à me plaindre de ma situation, mais je me dois de réagir contre ces mesures gouvernementales injustes qui ne mèneront qu'à enrichir les riches et appauvrir les pauvres !
Une taxe sur les comptes-titres qui pèche exactement à l'opposé de l'impôt sur la fortune préconisé par le PTB, qui me paraît excessif pour les plus petites fortunes (et trop faible sur les plus grandes !). Je ne mets pas en question la nécessité d'un tel impôt mais je trouve qu'il ne faut pas mettre sur le même pied le possesseur de, par exemple, trois millions qui « arrondit ses fins de mois » en effectuant des placements de rentier au rendement inférieur à l'inflation et le milliardaire qui spécule et engrange des revenus plusieurs fois supérieurs à l'inflation qui font toujours plus augmenter sa fortune. Je ne détiens pas la formule miracle mais il me semble que, dans un souci d'équité et pas seulement de productivité, les experts devraient essayer d'intégrer au calcul de l'impôt sur la fortune les revenus qu'elle procure et l’inflation.
Plus personne n'est dupe et c'est ensemble dans la Rue qu'il conviendra de faire reculer ce gouvernement antisocial......................
Le dogmatisme néolibéral dans toute son ignominie. Pour Charles Michel, c'est la richesse qui crée le travail ... Il faut donc tout entreprendre pour exonérer l'impôt des détenteurs des moyens de production afin de créer des "jobs , jobs ,jobs..." Quel incroyable renversement des perspectives !!! Charles Michel se borne à éluder les réalités du chômage structurel . Il persiste à ignorer le fait que le travail puisse disparaître sous le coup du progrès des sciences et des techniques... Diminuer l'impôt des sociétés ne changera rien à l'affaire... Il se moque de nous. Je l'ai déjà dit et je le répète: Charles Michel n'aime pas son peuple ! Continuons à suivre sa logique et bientôt le citoyen devra payer pour avoir le droit de travailler.
ont payes dèja pour travailler
oui, bon, on a compris, et quoi? on continue à se lamenter?? on fait quoi?? où sont passés les syndicats ??? à part ça que proposez vous ??? et comment comptez vous agir ??? on aimerait bien savoir :)
Ben oui marre de tout je suis bénévole au collectif les lucioles et sentinelles de la nuit a liege je regrette une chose c'est que ce lundi de cette semaine on a organiser une petite manif devant la violette et aucun et aucunes elue communal etait present nous remettons le couvert ce lundi qui vient et espere au moin de voir quelqu'un pour nous soutenir car cette putin de ville devient de plus en en plus une ville dictatorial et non sociale comme ce pd qui vas boire au cafe le peron et quand on l interpelle non pas le temps pour des bêtises qu'il a créé alors citoyen pour les amis de la rue svp relevez vous car la rue avec la conjoncture actuelle pend au nez de toutes et tous
Dans la vie, il existe deux types de voleurs : 1- Le voleur ordinaire : c’est celui qui vous vole votre argent, votre porte-feuille, votre montre, votre téléphone, etc. 2- Le voleur politique : c’est celui qui vous vole votre avenir, vos rêves, votre savoir, votre salaire, votre éducation, votre santé, votre force, votre sourire, etc. Une grande différence entre ces deux types de voleurs, c'est que le voleur ordinaire vous choisit pour vous voler votre bien, tandis que le voleur politique, c’est vous qui le choisissez pour qu’il vous vole. Et l’autre grande différence, qui n’est pas des moindres, c'est que le voleur ordinaire est traqué par la police, tandis que le voleur politique est le plus souvent protégé par un convoi de police. À méditer...surtout lors des prochaines élections, devant notre bulletin de vote...
pour mon prochain vote , je sait pour qui donner mon vote et a celui qui ne dois pas l avoir , juste au moment du vote je vais bien me souvenir qui je vais détruire et les foutre a la porte et me souvenir de se qu il on fait , et j espere que le peuple lui vas s en souvenir et de me plus faire cette erreur de se qu il on fait mais d ici la je continue le combats en vers cette politique de voleur et et destructeur de ménage
MR = ManipulateuR
Un bon Mai 68bis ... Mais bon on est en Belgique .. faut pas rêver :-(
se gouvernement pour les riches doit tomber et le plus vite possible