Avis aux profiteurs en politique : on continue de creuser

Publifin, Publipart, Telenetgate, Kazakhgate, Optima… Autant de dossiers dans lesquels les politiciens traditionnels confondent l’intérêt général avec leurs intérêts particuliers et ceux de leurs amis. Le PTB est déterminé à dénoncer les casseroles des profiteurs en politique, et à promouvoir une politique au service des gens.

Une affaire après l’autre

Aujourd’hui, le monde politique flamand tremble avec l’affaire Publibart/Publilec, puis les nouvelles révélations liées au mandat rémunéré de Siegfried Bracke (N-VA) au sein de l’entreprise privée de télécoms Telenet. De quoi poser des questions très pressantes sur le niveau des rémunérations des politiciens, l’origines de ces rémunérations et les conflits d’intérêts que cela implique.

Avant cela, il y a eu Publifin, où, au départ d’une révélation sur des politiciens payés 500 euros la minute pour des réunions auxquelles ils ne doivent même pas participer,  on a découvert tout un système permettant à des mandataires de cumuler fonctions et – surtout – revenus du public et du privé, sur le dos de la collectivité.

Et, avant Publifin, il y avait déjà eu le Kazakhgate, avec une loi une loi faite sur mesure pour le deuxième homme le plus riche du pays, M. Chodiev, spécialement pour qu’il puisse échapper à des poursuites judiciaires. C’est la loi appelée la « loi de transaction pénale » par laquelle de richissimes fraudeurs peuvent payer une transaction pour s’éviter une condamnation.

Et encore avant, il y a eu Optima et l’enchevêtrement complet du monde politique, du monde bancaire et du business de l’immobilier.

Et on peut remonter plus loin

Continuer à dévoiler les affaires puantes

De Liège à Anvers en passant par Gand, le PTB creuse pour dévoiler et dénoncer ces affaires où règne le self-service des élites. Le PTB demande des commissions d’enquête et une transparence sur ces différentes affaires, ainsi que des réformes structurelles pour mettre fin aux conflits d’intérêts et à l’enrichissement personnel des mandataires.

Quatre propositions du PTB

1. Des cloisons étanches entre le monde politique et le monde de l’entreprise : des politiciens élus ne doivent pas pouvoir en plus de leur mandat gagner encore plus d’argent dans des multinationales et des entreprises cotées en bourse.

2. Une période de « décontamination » de cinq ans pour les politiciens qui, après leur carrière, veulent passer au secteur privé.

3. Que les politiciens rendent publics leurs patrimoines.

4. Les revenus des mandataires politiques ne doit pas dépasser trois fois le salaire moyen d’un travailleur. Ainsi, les élus ne seraient pas complètement déconnectés de la réalité.

Ce sont des mesures simples. Des mesures positives. Qu’est-ce qu’on attend ?

Publipart, Publifin, Telenet : comment mettre fin à la cupidité dans le monde politique

Après l’affaire Publifin en Wallonie, le Nord du pays connait lui aussi « son » « Publi-scandale », Publipart. Le scandale s’étend au Telenetgate, impliquant le président de la Chambre, Siegfried Bracke (N-VA). Un plafond maximum pour les rémunérations des politiciens et la mise sur pied d’un « service pour la transparence » pourraient endiguer la corruption et la culture de la cupidité dans la politique, explique Peter Mertens, le président du PTB, dans une opinion parue sur LeVif.be. Il plaide pour la dissolution des sociétés d’investissements douteuses et propose des « entreprises citoyennes 3.0 » fonctionnant selon le modèle suédois du offentlighetsprincipen, le principe de transparence.

« Rendons totalement public qui possède quels mandats, et combien ceux-ci sont précisément rémunérés », a lancé Raoul Hedebouw, député du PTB au Parlement. La majorité des parlementaires ont répondu qu’ils étaient prêts à le faire. « Nous allons voir dans les semaines à venir s’ils vont transformer les mots en actes … Mais je dois vous avouer ne pas trop y croire », commente le député du PTB.

Le 16 février, au Parlement, seuls les deux députés du PTB sur les 150 que compte la Chambre, se sont levés pour voter afin de soumettre les cas de Siegfried Bracke et consorts à la commission de déontologie. Majorité et opposition s'en sont tenus à l'accord conclu en conférence des présidents de groupe (dont le PTB est exclu), un accord qui envisage de discuter des règles à l'avenir mais refuse d'aller gratter sur des pratiques douteuses de certains mandataires.

Les principes du PTB

Sur les principes financiers du PTB et pourquoi on ne nous octroie pas la dotation correcte

Comment fonctionne le système des dotations aux partis politiques ? Pourquoi, depuis deux ans et demi, le parti ne reçoit-il pas la dotation à laquelle il a droit ? Et en quoi le PTB est-il différent des autres partis ?

Pourquoi les élus du PTB vivent avec un salaire moyen de travailleur

Un bourgmestre wallon qui touche 960 000 euros bruts par an en cumulant sa fonction avec le poste de CEO de Nethys, une présidente de commission d’enquête parlementaire qui empoche 3 600 euros bruts par réunion… Au PTB, rien de tout ça. Depuis sa création, ses élus et responsables touchent un salaire moyen de travailleur. Pas plus, pas moins. Lire la suite.

Frédéric Gillot (PTB) : « Nous vivons avec un salaire moyen de travailleur »


Nos articles sur la culture du self-service, des arrangements entre amis et des conflits d’intérêts des profiteurs en politique

Photo stocklib, jukai5.

Impunément, des millionnaires et des multinationales fourrent des milliards d'euros dans des sociétés écran et dans des paradis fiscaux. Des politiciens surpayés virevoltent dans les portes tournantes qui mènent du monde politique à celui de la grande entreprise et vice-versa, et n’en sont jamais inquiétés.

Ces derniers jours, le président de la Chambre Siegfried Bracke (N-VA) s’est retrouvé dans la ligne de mire à cause de son mandat de conseiller chez Telenet. Le PTB se pose de sérieuses questions sur ce mandat et exige que la Commission de déontologie de la Chambre se penche sur celui-ci afin de déterminer s’il entraîne ou non un conflit d’intérêts.

Lors du dernier conseil communal de Seraing, le bourgmestre Alain Mathot (PS) a annoncé sa démission de ses différents mandats dans Publipart et d’autres entités. Mandats qui lui permettaient de toucher… 265 000 euros bruts par an. Il faut dire que le PTB local n’a rien lâché. Retour sur un conseil animé.

Le scandale Publifin n’est pas un accident, c’est la faillite d’un système. Publifin est le résultat d’une façon de faire de la politique qui mélange une absence totale d’éthique et une vision libérale de la gestion des intercommunales qui permet à quelques individus de s’enrichir honteusement sur le dos de la collectivité.

L’affaire Publifin rebondit en Flandre, dans une nouvelle affaire qui implique aussi des élus flamands de tous les partis via la filiale Publipart. Celle-ci investit de l’argent public dans des fonds qui bafouent les droits humains.

« Ce qui était impossible hier est devenu possible aujourd'hui », constate, satisfait, Frédéric Gillot, député régional wallon du PTB.

La privatisation des intercommunales ne va pas les pousser à être gérées de façon plus démocratique, éthique, au service des citoyens et des communes, mais va simplement permettre la privatisation de la corruption.

Ce que les parlementaires veulent nous imposer ne vaut pas pour eux-mêmes. Travailler plus longtemps avant de pouvoir prendre sa pension ? Non, c’est bon pour les autres, pas pour eux.

« C'est une "combinazione" », a dénoncé le député régional Frédéric Gillot en évoquant la volonté du MR, du PS et du cdH de revenir sur la réglementation wallonne limitant le cumul des mandats. Cette volonté de trouver des petits arrangements entre amis s’est heurtée à une grande colère populaire. 36 heures après, le trio de partis traditionnels a dû se raviser.

Les nouvelles révélations sur le Kazakhgate sont accablantes : l’ancien président du Sénat Armand De Decker (MR) est bien intervenu auprès du ministre Stefaan De Clerck (CD&V) et du cabinet de la Justice pour tenter d’influer sur le sort judiciaire de son client, le milliardaire belgo-kazakh Chodiev, qui a bénéficié ensuite de l'élargissement aux grands fraudeurs de la loi sur la transaction pénale.

Le scandale Optima a durement secoué la Flandre : une sombre histoire de conflits d’intérêts qui mouille politiciens flamands et rois de la brique.

Liens des ministres des Finances (de 1945 à 1988) avec le monde des affaires en Belgique. Chaque trait indique une fonction (le plus souvent administrateur) que le ministre a exercé pour le groupe en question. (Infographie Marco Van Hees)

Un ancien ministre versant de l’argent pour Duferco. Un ancien président du Sénat recevant de l’argent en lien avec le milliardaire Chodiev. Un bureau d’études commandité par le gouvernement flamand et lié à la société qui doit réaliser le projet sur lequel porte l’étude. Trois affaires qui se bousculent et posent la question des relations entre le monde politique et le monde des affaires.


 

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Bonjour , J'espère qu'il y aura remboursement des honoraires trop perçus .Il faut mettre fin a cela , moi aussi je voudrais bien une place a +/- 3000€ et ne pas être présent , même si je suis un ouvrier de Caterpillar . Salutations
et le CUMUL des indemnités accidentés du travail qu'ils se versent 5 % = 1.200 euros l'an (et surement plus si gros salaire ....) et on refuse le cumul des indemnités accidentés du travail du privé, sous prétexte de refus de cumul dans le privé, c'est l'ETAT qui se verse nos indemnités 25 % dans le privé c'est 500 EUROS l'an !!!!!! Etre handicapé victime d'un accident du travail dans le privé, c'est un deuxième coup de poignard à la pension quand on vous dit que c'est l'ETAT qui se verse nos indemnités, et quand on apprend que eux se versent jusqu'à 150 % c'est encore plus discriminant ! Mme les handicapés ils ne les respectent pas quand ils ont leur pension, alors que cette indemnité devait leur être rendue.... SHAME aux politiciens, il n'y en a AUCUN qui en parle.... mais ils en profitent bien....
Un sondage ivox indique que près d'un Wallon sur deux est décidé à changer son vote après l'affaire Publifin. Ce qui me semble très intéressant dans ce sondage, ce ne sont pas seulement les % en plus que le PTB pourrait obtenir, mais surtout les 23,5 pc des Wallons sondés qui indiquent ne pas avoir encore fait leur choix.
On a à faire à la "lie " de la cupidité et si cela ne suffisait pas on accueille encore les fraudeurs des pays voisins, il est vrai qu'entre amis de la" bonne " société il y en aura toujours quelques uns pour élaborer des lois iniques pour protéger leurs "magots" et de ce fait ne pas payer l'impôt "juste" dans leur pays. Comment appelle-t-on ces agissements ? mafieux ,inciviques ...?
C'est énorme. Même si au fil des années et de l'expérience, j'ai pu m'apercevoir qu'il y avait beaucoup d'inégalités et de favoritisme, pour ne pas dire "piston", que rien ne se mettait en place pour la sécurité des travailleurs contre les faillites frauduleuses ou les délocalisations impromptues, que le chômage ne diminuait pas, loin de là, sans que les politiques soient capables de remédier à cela, j'étais loin du compte, comme beaucoup, loin d'avoir une cartographie aussi complète d'un système dans lequel naviguent sans être inquiétés, sous l’œil bienveillant des chefs des partis traditionnels une caste de profiteurs qui font leurs nos institutions et le bien public et les transforment graduellement en sociétés anonymes. Leur ancrage politique est exclusivement motivé par leurs intérêts matériels personnels et ceux des gens qui ne les contrediront pas ! Il faut que tout cela cesse. Il y a des gens qui dorment dans la rue ! Des travailleurs qui se suicident ! Quand on sait que quelque chose ne va pas et que l'injustice persiste sans que l'on puisse se faire entendre, c'est grave ! Ces gens nous mènent à la ruine ! L'étape suivante, c'est le bénévolat obligatoire avec un revenu de base déterminé par un ou deux de ces escrocs au pouvoir ? Où sera-t-elle, alors notre dignité de travailleur, la conscience de nos valeurs, la légitimité de nos droits démocratiques ? Il faut faire face tous les jours, argumenter, refuser leurs plans et leurs escroqueries, oser nous battre pour nos intérêts grâce au formidable travail de nos élus et des chercheurs du PTB et se convaincre chaque jour que si nous ne nous montrons pas, comme ils ont le culot et leur butin de guerre déloyale, notre argent ! et ils continueront à s'en servir pour nous faire taire et noyer le poisson dans des eaux encore plus profondes ! Courage camarades ! Luttons !
Mon domicile se trouve à 200M d'1 député MR au parlement Wallon! Chance ? Cet homme avoue qu'il ne sert qu'a faire sauter des contraventions de roulage!!! Il change ses plaques d'immatriculation au jour le jour suivant son humeur! Il est vrai que si il gardait son immatriculation de parlementaire en toutes circonstances il se ferait taper dessus! ...... Mais son compte bancaire,ne vous tracassez pas déborde de fric! Il part en vacance trois fois par an! Cherchez l'erreur!
dites à ce charles Michel , qu'il doit arrêter de faire le malin, et nous prendre pour des cons ; honteux , j'ai un salaire de moins de 1600euros avec taxes diverses , loyer, mazout, foncier,fuel pour aller travailler, entretien et réparation voiture, eau (qui a un prix excessif et j'ai des apurements )car tout pète régulièrement à cause du calcaire(pire que du béton armé) électricité (on vit dans le noir )on fait quasi plus de lessives (trop cher)on cuisine plus :électricité trop cher)= on mange des tartines et cet atlantis dubaï de CHARLES MICHEL fait le sournois !quand on pense que sans ses taxes on pourrai au moins manger un repas et sortir une fois , eux pour s'en mettre plein leurs poches, et favoriser des revenus d'or nous font pourrir notre existence : ce sont des "salopards "; regarder l'électricité = calcul 250 euros maximum / an or avec leurs taxes quasi trois fois ça ou 4 fois le prix)l'eau plus de 33pourcent ne tire plus la chasse pour des petits "pipis"pire on taxe une personne seule à 54 pourcent et à deux 27pourcent(c'est vraiment scandaleux) ; Charles rit bien tant que lui grâce à ce qu'il nous taxe , il peut garder , voir augmenter ses avantages royaux. SES EMPLOIS = "du vent" c'est un faux cul avec tous son parti . mr = mouvement des riches , il joue bien son jeu d'hypocrite , honteux tous les salaires sous les 2000euros sont des pauvres qui luttent et dont ces richards les grappillent jusqu'à l'os! ce parti est loin d'être droit , mais ce qu'ils font ils c'est juste pour assouvir leur soif du fric au détriment des misérables revenus que nous petits avons.LE MR + SANGSUE MAIS PAS SANS SOUS