Photo Solidaire, Karina Brys

40 % des personnes LGBT ont envisagé le suicide. Il est temps que ça change

Une étude belge révèle que 40 % de ces personnes LGBT ont un jour ou l’autre envisagé le suicide, et que 17 % % ont même fait une tentative. Ces chiffres dramatiques sont nettement plus élevés que pour la population dans son ensemble. Le PTB plaide pour un élargissement des campagnes de sensibilisation et défend une loi sur l’identité de genre s’appuyant sur le droit à disposer de sa personne et sur le respect.

Le PTB se réjouit de l’adoption par le Parlement bruxellois d’une résolution souscrivant aux « principes de Yogyakarta » 1 pour les personnes LGBT (lesbiennes, gays, transgenres, bisexuel-le-s). Ces principes ont été élaborés par un groupe international d’experts dans le domaine des droits humains suite à un séminaire sur la question à l’université de Yogyakarta, en Indonésie. Ces « principes de Yogyakarta » veulent l’application du droit international des droits humains en matière d’orientation sexuelle et d’identité de genre, auxquels les États devraient se conformer pour garantir et protéger les droits des LGBT. Ils sont une mini-constitution spéciale où figurent des principes comme la non-discrimination, le droit à la vie, le respect de la vie privée, le droit au travail, le droit à la sécurité sociale, à un logement décent, à la santé, l’accès à la justice...

Ces principes, adoptés en 2007, établissent les normes juridiques internationales auxquelles les États devraient se conformer et constituent donc un code de conduite pour tout Etat en matière de droits des personnes LGBT.

Certains pays européens comme le Danemark ou Malte se sont déjà dotés d’une doctrine juridique élaborée sur la base des ces principes. Les « principes de Yogyakarta » figurent déjà dans la loi belge anti-discrimination du 10 mai 2007. La Belgique a certes été un pays précurseur en termes de droits des LGBT, mais il reste néanmoins beaucoup de travail dans ce domaine.

Contre le suivi psychiatrique et la stérilisation obligatoires pour les personnes transgenres

Ce n’est pas pour rien qu’en mai dernier, la Belgian Pride 2016 se focalisait sur les droits des personnes transgenres. Les problèmes restent en effet considérables. Un des points importants de cette lutte porte sur une autre la loi du 10 mai 2007, la « Loi relative à la transsexualité », qui oblige les personnes transgenres à être suivies par un psychiatre et stérilisées pour pouvoir, au niveau administratif, officiellement changer de genre2.

Plusieurs associations de défense des LGBT ainsi que la Ligue des droits de l'Homme et Amnesty International demandent une révision de la loi belge, qui constitue une violation des droits humains et implique des traitements inhumains et dégradants. Les associations LGBT plaident entre autres pour que la Belgique se dote d’une politique claire de dépsychiatrisation et de dépathologisation des personnes transgenres. Les personnes transgenres, tout en bénéficiant d’un libre accès au soutien psychologique ou aux soins qu’elles choisissent pour éventuellement modifier leurs caractères sexuels, ne doivent subir en ces domaines aucune obligation3. Il faut garantir la liberté d’accès aux soins librement choisis ainsi que les droits du patient, notamment le libre choix des praticiens. L’accès aux soins choisis n’est en effet effectif que si leur remboursement est garanti. Le droit de protection de toute donnée personnelle révélant a posteriori un parcours transgenre doit également être garanti.

Lutter contre les violences et les stéréotypes à l’égard des personnes LGBT

Parallèlement, les violences à l’égard des personnes trans et homosexuelles ne font qu’augmenter. En 2014, 90 cas de violence ayant pour motif l’homosexualité/transgenre de la victime ont été relevés, contre 74 en 2013 et 66 en 2011. Ces violences vont de l’agression verbale jusqu’au crime, comme nous le rappelle le cas terrible du jeune Liégeois Ihsane Jarfi, torturé et assassiné en 2012.

Une étude belge révèle que 40 % de ces personnes LGBT ont un jour ou l’autre envisagé le suicide, et que 17 % ont même fait une tentative. Ces chiffres dramatiques sont nettement plus élevés que pour la population dans son ensemble.

Le PTB défend une loi sur l’identité de genre s’appuyant sur le droit à disposer de sa personne et sur le respect, et qui soit en même temps conforme aux droits de l’Homme. Par ailleurs, les agressions verbales ou physiques, les discriminations à l’emploi ou au logement... prouvent que nous avons besoin de bien plus qu’un cadre juridique. Nous plaidons également pour élargir les campagnes de sensibilisation existantes, et tout particulièrement les campagnes préventives autour de la violence sexuelle et homophobe ou transphobe dans les entreprises, les écoles et les mouvements de jeunes. 

Or, pour faire évoluer les mentalités, l’éducation est primordiale. Il est essentiel de développer une éducation sexuelle claire dans l’enseignement, qui inclue le thème des LGBT, ainsi que des campagnes de conscientisation orientées vers la suppression de préjugés et des stéréotypes par une attention à la diversité. Dans la lutte contre les stéréotypes, les manuels scolaires ont également un rôle primordial à jouer. Des outils pédagogiques ont été développés dans la cadre de la campagne « Et toi, t’es casé-e ? »4 pour sensibiliser les jeunes aux stéréotypes homophobes et transphobes.

Reconnaître les droits des personnes LGBT pour une société de la « super-diversité »

Le PTB défend une société de la « super-diversité ». Reconnaître des droits égaux aux personnes LGBT, c’est se battre pour un modèle de société qui prône la « super-diversité » : une société où toutes les personnes, quelles que soient leur origine, leur religion, leur sexe, leur orientation sexuelle,... sont égales et ont autant de valeur et de droits les unes que les autres.

 

1. www.yogyakartaprinciples.org

2. http://www.ejustice.just.fgov.be/cgi_loi/change_lg.pl?language=fr&la=F&table_name=loi&cn=2007051055

3. http://www.genrespluriels.be/Communique-de-presse-de-6-associations-pour-la-Belgian-Pride-2016?lang=fr

4. http://www.ettoitescase.be/index.php

Article publié dans le mensuel Solidaire de septembre 2016Abonnement.

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Bon, ces braves gens sont déjà protégés par de multiples lois. Ne les oublions pas, mais n'avons nous pas autre chose à faire que de pleurer dans nos mouchoirs. Cher PTB que j'aime beaucoup, svp, réveilles-toi et occupes-toi de vrais problèmes svp......:) :)