2000 membres au Congrès de la Solidarité : « Il est temps de passer à une société du "nous" »

auteur: 

Webteam PTB

Deux mille membres du PTB et des dizaines d’invités étaient rassemblés ce samedi 13 juin au Heysel pour le premier Congrès du parti depuis que celui-ci a des élus au Parlement. Lors d’un enthousiaste congrès des membres, les nouvelles orientations du PTB ont été présentées, et Peter Mertens a été réélu pour un deuxième mandat à la présidence du parti de gauche.

Le Congrès des membres a commencé à 13 heures par l’élection de la présidence. Peter Mertens a été réélu pour un deuxième mandat à la présidence du parti avec 93,9 % des voix. Peter Mertens attribue principalement ce grand consensus à la confiance dans les nouvelles orientations prises par le parti de gauche depuis le Congrès du renouveau en 2008. « Un renouveau qui a fait entrer la résistance sociale dans les parlements », s'est réjoui Raoul Hedebouw, porte-parole national du PTB.

Ovation pour les orateurs grecs et espagnols

Le Congrès de la Solidarité du PVDA était placé sous le digne du vent nouveau qui souffle en Europe et de l’opposition croissante à la politique européenne d’austérité. Dikaios Psikakos, de la plateforme grecque Solidarity4All, et l’Espagnol José Enrique Alonso Velasco, de la Plateforme contre les expulsions de logement (PAH), ont été ovationnés. La solidarité européenne vit, et aujourd’hui, au Heysel, cela se ressentait.

Différents orateurs de la société civile belge étaient également invités, reflétant ainsi les nouvelles orientations du PTB. Dans une salle pleine à craquer, les discours de Werner Van Heetvelde de la FGTB, de Ferre Wyckmans de l’ACV-CSC, d’Ilse De Vooght du mouvement féministe Femma, et de Natalie Eggermont, la porte-parole de Climate Express, ont également été très appréciés.

Un élargissement vers de nouveaux groupes, dont les indépendants et les agriculteurs

Le PTB a exposé ses nouvelles orientations, intitulées « Elargir, unir, approfondir ». « Nous restons évidemment un parti de la classe ouvrière, a souligné Peter Mertens. Mais cette classe ouvrière est bien plus diversifiée que dans le passé. Outre les travailleurs des usines, nous voulons aussi et entre autres organiser les infirmières, les profs, les travailleurs intérimaires... »

Plus surprenant : le parti de gauche veut expressément s’adresser à d’autres groupes, comme les petits indépendants et les agriculteurs. « Ce ne sont pas les boulangers, les agriculteurs bio et les fleuristes qui planquent leurs profits dérisoires sur un compte secret en Suisse. De plus en plus d’indépendants et de petits entrepreneurs interpellent notre parti. La classe des travailleurs, les jeunes, les agriculteurs et les indépendants ont besoin d’une alliance progressiste pour être plus forts face au même ennemi », a déclaré Mertens dans son discours.

Attention toute particulière à l’écologie

« Elargir veut dire : élargir notre vision, estime le président du PTB. Regarder plus loin que les seuls thèmes qui nous ont fait connaître : une fiscalité juste, les pensions, l’énergie, les salaires, la santé. Ces thèmes restent bien sûr nos points forts. Mais nous devons aussi nous préoccuper beaucoup plus de démocratie, de paix, de culture, de diversité, d'antiracisme, de pollution et de réchauffement climatique. Tout ça aussi doit faire partie de notre ADN. »

Par ailleurs, le PTB veut accorder une priorité toute particulière aux questions d’écologie. « Pendant des années, on a tergiversé et marchandé sur le problème du climat, et, surtout, on a perdu beaucoup de temps. Eh bien, le statu quo, ce n’est plus possible. Ce n’est pas le marché qui va résoudre le dérèglement climatique. Nous devrons nous battre pour le droit à la biodiversité et le droit à une planète vivable. Avec ce congrès, le PTB affirme que la lutte sociale et la lutte écologique vont de pair et sont menées main dans la main », a appuyé Peter Mertens.

Le PTB fait peau neuve, rajeunit, se féminise et s’élargit

Autre débat important et peut-être plus inattendu lors du congrès : la place des femmes dans le parti. Les délégués au congrès ont décidé d’instaurer des quotas pour les femmes à la direction nationale. « Je suis heureux que nous ayons voté cette mesure, pour mener le forcing, et pour avoir de nombreuses jeunes femmes pleines de talent dans notre direction, s’est réjoui Peter Mertens. Le PTB fait peau neuve, rajeunit, se féminise, s’élargit, et cela se voit. Deux tiers des membres de la nouvelle direction sont nouveaux. Et nous pouvons compter sur une équipe enthousiaste de 45 personnes de tout le pays pour continuer à élargir davantage notre parti, unir et approfondir. »

S'adressant aux participants du Congrès, Raoul Hedebouw a d'ailleurs adressé un message à Paul Magnette (PS) : « Paul , nous ne sommes pas toujours d'accord mais il y a un point sur lequel tu as raison : la gauche ne meurt jamais, elle est ici présente dans cette salle. »

Il est urgent que nous transformions ce monde du « chacun pour soi » en un monde du « nous »

Enfin, le Congrès de la Solidarité a mis en évidence l’importance d’« approfondir ». « Dans ces temps d’incertitude et de stress, de plus en plus de gens sont à la recherche de leur place dans la société, de leur identité et d’une représentation du monde qui apporte une éclaircie dans cet énorme brouillard de superficialité et de confusion, a déclaré le président du PTB. Nous avons besoin d’une autre manière de voir le monde et la planète Terre, d’un changement de paradigme. Les gens aspirent à d’autres manières de gérer l’économie et à regagner leur liberté pour pouvoir construire ensemble une vie qui ait du sens. Une société doit fonctionner a la mesure de l’être humain et dans le respect de l’environnement. C’est notre vision d’un nouveau socialisme, le socialisme 2.0. C’est le débat de société que nous menons. Car il est urgent de transformer ce monde du "chacun pour soi" en un monde du "nous". Dans le monde du chacun pour soi, on est seul, vulnérable. Dans le monde du "nous", on est ensemble, debout et forts. »

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.