Le 2 octobre dernier, 4000 étudiants ont manifesté à Bruxelles contre l'austérité dans l'enseignement, et notamment contre l'augmentation des frais d'inscription dans l'enseignement supérieur. (Photo Solidaire, Vinciane Convens)

17 novembre : Les étudiants de tout le pays mobilisés « pour leur avenir »

Mardi 11 novembre, Comac a mené une action devant le ministère de l'enseignement néerlandophone en le renommant « Ministère des Inégalités ».

Le 17 novembre, c’est la journée internationale des étudiants. Dans le monde entier, les étudiants se mobilisent pour un système d'éducation public, de qualité et accessible à tous. Face aux attaques contre la jeunesse en Belgique, les étudiants mènent des actions dans tout le pays. Une mobilisation que Comac, le mouvement de jeunes du PTB, soutient activement. Charlie Le Paige, responsable de Comac, revient sur les enjeux et le programme de ce 17 novembre.

Face aux mesures d'austérité des différents gouvernements qui vont fortement les toucher, les étudiants ont décidé de faire de la journée du 17 novembre un rendez-vous national. Ils comptent exprimer ensemble l’opposition de la jeunesse à ces plans. Comme par exemple les étudiants des deux universités de Bruxelles, l’ULB et la VUB, qui se mobilisent avec d'autres étudiants de la capitale pour une manifestation sous le slogan « Ne sacrifiez pas notre avenir, c’est aussi le vôtre ». Une manifestation commune qui, symboliquement, partira du cabinet du ministre francophone Marcourt jusqu’à celui de la ministre néerlandophone Crevits. Deux ministres de l'enseignement qui sont clairement dans le viseur des étudiants.

L’enseignement attaqué des deux côtés de la frontière linguistique

Les coupes touchent l'enseignement des deux côtés du pays et viennent s'ajouter à un sous-financement structurel général qui se fait déjà très durement ressentir. Côté néerlandophone, l’attaque est énorme : en plus d’une coupe de 800 millions dans les budgets de l’enseignement, les étudiants se voient confrontés à une augmentation du minerval de 40 %.

Côté francophone, ce sont pour l’instant des coupes qui vont concerner les moyens de fonctionnement, les aides à la réussite, les moyens alloués aux écoles qui accueillent des enfants défavorisés, ainsi qu'une probable augmentation du minerval qui sont au menu.

Pourtant, actuellement, en Belgique, les inégalités sociales et les défis de notre système d'éducation sont déjà énormes. Toutes les mesures que les gouvernements prennent tant dans l’obligatoire que dans le supérieur vont encore les faire augmenter. C'est pour dénoncer cela que Comac a mené une action ce mardi 11 novembre devant le ministère de l'enseignement néerlandophone en le renommant pour l'occasion « Ministère des Inégalités ».

La jeunesse sous pression à tous les niveaux

Mais il n’y a pas qu’au niveau de l’enseignement que la jeunesse est sous pression. Ainsi, rien qu’au niveau de l’emploi, une des réformes phares du gouvernement, le retard de la pension à 67 ans, réduira directement les offres disponibles dans un contexte où le chômage des jeunes est déjà très élevé. Tandis que, dans le même temps, les exclusions des allocations d'insertion pour les jeunes de plus de 25 ans que vient de décider le fédéral vont exclure encore 8000 jeunes supplémentaire du droit au chômage.

Mais il y a aussi les coupes dans le budget de la culture et du secteur de la jeunesse, les décisions et non-décisions désastreuses prises en matière d’écologie, les restrictions en matière de droits démocratiques, pour n'en citer que quelques unes. Lorsqu’on met tout cela ensemble, on comprend beaucoup mieux l’inquiétude et la détermination de nombreux étudiants. Surtout quand on sait que le gouvernement fait, au même moment, le choix d’investir 6 milliards d’euros dans des nouveaux avions de guerre. Cela explique notamment la présence de nombreux jeunes aussi à la manifestation syndicale du 6 novembre. Les jeunes ne sont pas à côté des enjeux de société, au contraire, ils seront les plus touchés.

Mais, au-delà des mesures, une grande partie des jeunes se mobilise aussi pour une vision de société.

Pour une société solidaire et égalitaire

« Oubliez l'université, devenez plombier » a déclaré récemment l'ancien maire de New-York et multimilliardaire américain Michael Bloomberg. « Vos enfants ne doivent pas faire l'université, ils feraient mieux d'être plombier. Cela leur coûtera moins cher et ils en tireront plus de bénéfices ». Un message clair que lance ainsi l'un des membres de l'élite mondiale : surtout, que ceux d'en bas, ceux qui ne sont pas nés dans les bonnes familles et qui n'ont pas été dans les bonnes écoles restent bien à leur place et ne s'aventurent pas à l'université. Celle-ci serait réservée à une petite minorité privilégiée dans la société.

C'est exactement le même message que l'on est en train d'envoyer aux jeunes en Belgique. Celui d'une société à deux vitesses qui se dessine dans l'enseignement mais aussi dans tous les autres secteurs. Et c’est aussi ce combat pour l’égalité et les droits sociaux comme l’éducation ou la santé que veulent porter toute une série de jeunes aujourd’hui contre tous les Bloomberg, Crevits et autres Marcourt. En Belgique, et dans de nombreux autres pays du monde, la jeunesse a droit à son avenir. Et elle est prête à se battre pour cela.

Petit tour d'horizon des mobilisations prévues

Partout à travers le pays, les conseils étudiants, des plateformes et groupes d'actions ont prévu de se bouger, voici un aperçu des rendez-vous :

- Bruxelles/Brussel : Les étudiants francophones et néerlandophones marcheront ensemble à l’appel notamment des conseils étudiants et des groupes d’actions du cabinet du ministre Marcourt jusqu’au cabinet de la ministre Crevits pour réclamer le retrait des coupes, un investissement dans l'enseignement et dans la jeunesse.

Gand : départ en vélo d’une délégation jusqu’au cabinet de la ministre Crevits pour rejoindre les étudiants bruxellois.

Leuven : marche à pied d’une délégation jusqu’au cabinet de la ministre Crevits. Des actions sont aussi prévues par certains conseils étudiants le jour-même sur le campus.

Liège : mobilisation étudiante soutenue par les Conseils étudiants de la HEL, l'HELMO, la HECh, Saint-Luc et la FEF à place Saint Paul à Liège.

- Louvain-La-Neuve : les étudiants se mobilisent à l’appel du conseil étudiant (AGL) contre les politiques du ministre Marcourt. Ils organiseront une marche « funèbre » place Montesquieu contre le fait que le ministre veuille enterrer l’accessibilité de l’enseignement supérieur.

Hasselt : les étudiants organisent un sit-in à KHLim (campus Diepenbeek) et un au campus PXL.

Namur : rassemblement au Forum de la Paix. Avec notamment une photo symbolique avec un As de Pique géant fait en ballons signés par les étudiants.

D’autres actions sont encore prévues dans des villes comme Mons ou Anvers.

 

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.