Actualités

« Ceux qui sont contre ma politique sont pour une politique de frontières ouvertes », selon Bart De Wever. « C’est ça ou la régularisation massive », affirme Charles Michel. Comme pour les pensions et tous les dossiers où le gouvernement Michel est en difficulté, c’est le même refrain : les opposants mentent et l’opposition n’a pas d’alternative. Vraiment ?

Fin de l’année dernière, le ministre des Pensions a déposé un avant-projet de loi sur la reconnaissance de certains métiers comme étant « pénibles ». Dans son viseur : les travailleurs du public, mais aussi du privé. Décryptage.

Le dernier livre de Peter Mertens, président du PTB, est sorti en français. « Au pays des profiteurs » dresse le constat d’une société malade. Mais le livre apporte surtout des pistes pour en sortir.

Il est temps de tirer la sonnette d’alarme. Les pensions dans notre pays sont parmi les plus faibles d’Europe. Le gouvernement Michel veut l’abaisser encore, via la pension à points.

Malgré les nouvelles révélations selon lesquelles le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Theo Francken a menti depuis le début dans l’affaire du renvoi de réfugiés vers le Soudan, le Premier ministre a décidé de continuer à le couvrir. Preuve que Charles Michel a besoin de la N-VA pour se maintenir au pouvoir et continuer sa politique d’austérité.

Des Soudanais renvoyés par le Belgique ont été torturés dès leur retour au Soudan. Non seulement des ONG, mais également le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides, responsable de traiter les demandes d'asile en Belgique, avaient averti Theo Francken. Depuis le début dans cette affaire, le Parlement est mis devant le fait accompli, quand le secrétaire d’État ne ment pas tout simplement. N’y a-t-il pas de limites au cynisme du gouvernement, qui continue de soutenir Theo Francken ?

Depuis le 18 décembre dernier, l’Autriche a officiellement un nouveau gouvernement. 17 ans après la première coalition « noire-bleue », l’extrême droite y est de nouveau au pouvoir. Mais il n’y a pas eu de vague de protestations comme en 2000, contre le gouvernement avec Haider. Pourquoi ?

Contre toute attente, ils étaient 40 000 personnes, venus des quatre coins du pays, dans les rues de Bruxelles pour défendre le droit à la pension. Un succès qui a rassemblé des travailleurs de tous les secteurs et qui a été organisé en à peine deux semaines, à la veille des vacances, quand de nombreux travailleurs sont déjà en congé.

93 % des postiers trouvent qu’il n’est pas normal de travailler jusque 67 ans. C’est ce qui ressort d’une enquête que le PTB a menée auprès d’une centaine de postiers. Témoignages de futurs pensionnés qui comptent bien ne pas se laisser faire.

Ca y est : le PTB se lance sur WhatsApp pour diffuser ses vidéos, ses visuels et ses articles à un large public. Deviens apptiviste, et aide-nous à les propager. Parce que mener des actions, cela se fait dans la rue et aussi sur les médias sociaux.

Pages