Actualités

Ce jeudi 19 décembre 2013, les 4 conseillers PTB ne soutiendront pas le budget 2014 proposé par la majorité PS-EPH (Ensemble pour Herstal), car celui-ci ne répond pas aux besoins des Herstaliens. Selon les élus communaux du PTB+, ce sont les épaules les plus larges qui devraient contribuer le plus au budget. Ils s’opposent également à la politique « bling bling » de la commune.

Le gouvernement Di Rupo s’apprête à crier une dernière fois victoire avant de démarrer la campagne électorale. Le kern discute d’un plan pour réformer les banques. Cette réforme bancaire va-t-elle éliminer le risque d’une nouvelle crise du secteur ? Nos économies sont-elles désormais à l’abri ? Le plan de réforme qui se trouve aujourd’hui sur la table du gouvernement ne prévoit rien de bon. Les portes restent ouvertes au monde du casino, celui où l’argent rapporte de l’argent.

Ils ne sont plus d’accord sur rien, les partis au pouvoir. Loi bancaire, avions de chasse, réforme fiscale : tout semble les opposer.  Il est vrai que la séquence électorale a commencé tôt.

Jeudi 12 décembre, plus de 650 personnes se sont entassées dans la salle Le Manège, à la caserne Fonck, Liège, pour assister à une soirée qui sera rythmée par des interventions diverses, émues, enthousiastes et amusantes, entrecoupées d'intermèdes musicaux toujours marqués par la critique sociale et l'appel à la lutte. Au centre de la soirée, Première à gauche, le nouveau livre d'entretien de Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB.

« Je ne veux plus ramasser la merde des banques », nous dit Bruno Tobback, président du sp.a.

Beaucoup ont appris à le connaître à l’occasion d’une des ses interventions dans les médias. Raoul Hedebouw sort son livre. Un livre-entretien réalisé par Gilles Martin, son éditeur. Un livre politique évidemment mais aussi plein d’humour et de franc-parler. « Première à gauche » permet de découvrir les différentes facettes de l’engagement du porte-parole national du PTB. Les combats classiques du PTB y sont évoqués (la médecine gratuite, la fiscalité…) mais aussi de aspects moins connus comme la lutte pour l’environnement ou la lutte contre les discriminations. Attention la lecture n’est pas sans danger. L’enthousiasme de Raoul Hedebouw et ses convictions sont contagieux. Interview.

A Anvers, le PTB est en pleine forme. Ce qu’ont pu constater les quelque 500 personnes venues assister à la dynamique présentation multimédia du président du parti, Peter Mertens. Lors de ce meeting « Go Left » (à gauche, toute !), il a dressé un état des lieux éclairant de notre pays. Et réaffirmé l’ambition de voir le PTB entrer au Parlement.

Une pluie de réactions politiques s’est abattue sur le passage de la TVA sur l’électricité à un taux de 6 %. « Une mesure qui ne sert à rien », clame Ecolo, pour qui cette baisse de TVA est « faux cadeau », un saut d’index déguisé. La N-VA, elle, fustige la mesure parce qu’elle « ne rapporte rien aux entreprises ». Tom De Meester, spécialiste de l’énergie du PTB et à l’initiative de la campagne pour les 6 %, met les points sur les i.

En octobre 2012, le PTB réalisait un score historique aux élections communales, passant de 16 à 52 élus. A Bruxelles et en Wallonie, les élus prêtaient serment il y a un an tout juste. Retour sur une année de combats dans les conseils communaux et, surtout, dans la rue. Ou comment faire de la politique autrement.

En octobre 2012, le PTB réalisait un score historique aux élections communales, passant de 16 à 52 élus. A Bruxelles et en Wallonie, les élus prêtaient serment il y a un an tout juste. Retour sur une année de combats dans les conseils communaux et, surtout, dans la rue. Ou comment faire de la politique autrement. « Rue-Conseil-rue », tel est le principe de base des conseillers communaux PTB. Ils se mobilisent avec les habitants de la commune (d’un quartier, d’une rue...) pour porter leurs questions, thèmes et revendications au conseil communal. Et ils reviennent ensuite vers les habitants pour communiquer les résultats, rendre compte de la situation et repartir à l’action. Petit tour d’horizon de certains élus des communes wallonnes et bruxelloises.

Pages