Actualités

Dans quelques semaines, La Libre/RTBF/VRT/De Standaard mettront dans leur « Stemtest » en ligne. Or, parmi les partis présentés dans les options de choix, le PTB-go ! ne figure pas. Or c’est tout simplement un fait : le PTB-go ! est un parti politique en plein essor dans tout le pays.

Cette année, la journée internationale des femmes est placée sous le signe de la lutte pour l’égalité des droits et contre l’oppression des femmes. Marianne, le mouvement de femmes du PTB, insiste sur le caractère structurel de la vulnérabilité des femmes et des inégalités entre hommes et femmes. Et, avec la crise et les mesures d’économies qui l’accompagnent, celle-ci ne cesse de croître. 

Je viens de découvrir l’interview de Willy Demeyer, bourgmestre de Liège qui a déclaré ceci : « Sur le PTB, je veux souligner un fait. Regardons le scrutin communal de 2012 à Anvers. Le PTB fait 8 %, soit +6,2. La liste du bourgmestre, socialiste, fait, avec 28,6 %, -6,7. Le score de la N-VA est lui de 37,7 %. Prenez donc le score de la liste du bourgmestre Patrick Janssens et ajoutez-y les 8 % du PTB et on arrive à 38,6 %. Soit mieux que le score du parti de De Wever. Conclusion, le PTB a permis de faire élire un bourgmestre N-VA, et lequel : Bart De Wever, dans la plus grande ville de Flandre. » Une analyse effarante. Explications.

L’an dernier, les Pionniers ont fêté leurs 40 ans d’existence. Cette année, pour le 41e été d’affilée, ils se préparent à vivre un camp d’été du tonnerre, du 2 au 9 août à Beringen. Puis, pour la cinquième fois, ils organiseront leur festival des enfants, Piofiesta, lors de Manifiesta, en septembre. Qui sont les Pionniers ? Que font-ils ? Comment ça marche ? Quels sont les projets de ce mouvement de jeunesse progressiste ? Explications du président des Pionniers, Ben Van Duppen (24 ans).

Raoul Hedebouw n'avait pas la langue dans sa poche quand il a écrit son livre Première à gauche. Il ne l'a pas perdue. Après Bruxelles, Charleroi, Viroinval, Retinne... c'est au cœur de Liège que Raoul Hedebouw présentait son livre, ce vendredi 28 février, interviewé par Frédéric Gillot (tête de liste PTB-go!) et son humour, devant une salle de plus de 60 personnes. Et il reste encore des dates !

Jeudi 27 février 2013, les 200 travailleurs de Heinz apprenaient la fermeture de l’usine à Turnhout. Le même jour, le Premier ministre Elio Di Rupo (PS) versait des larmes de crocodile jeudi au Parlement : « Il est inacceptable que des conseils d'administration poursuivent la maximalisation du profit financier. » Cependant, dans la foulée, il revient sur... les cadeaux accordés aux entreprises par son gouvernement et sa volonté de continuer dans cette direction : « Les charges salariales seront progressivement revues à la baisse, pour un montant de 4,7 milliards d'euros. »

De Charleroi à Anvers, le PTB a porté le débat sur l’exclusion des 50 000 chômeurs au 1er janvier 2015. Malgré parfois de beaux discours, du côté francophone, le PS, le MR et le cdH ont tout fait pour éviter le débat dans les conseils communaux. Au même moment, au Parlement, les mêmes partis bétonnaient la chasse aux chômeurs…

Le 14 février, Test-Achats révélait les conclusions d’un groupe d’experts en pharmacologie sur l’efficacité et la sûreté de 4 000 des 7 000 médicaments actuellement sur le marché belge. 42 % des produits évalués n’ont qu’une utilité limitée, voire aucune. 113 sont très fortement déconseillés. D’où vient cette pléthore de médicaments inefficaces sur le marché belge ?

Ce jeudi 27 février matin, une vingtaine de membres de Comac, le mouvement de jeunes du PTB, se sont rendus à un bureau de l’ONEm pour y réaliser une action médiatique. Objectif : dénoncer la nouvelle procédure de contrôle et de sanctions qui vise les jeunes demandeurs d’emploi tout juste sortis des études. Une procédure qui prend place dans un contexte où il y a, en moyenne en Belgique, 17 demandeurs pour un job.

Ce 26 février, les principaux candidats de la liste bilingue PTB*PVDA-go! à la Région ont été présentés. Le ton est donné : « Nous comptons faire notre entrée dans les différents parlements du pays. A Bruxelles, nous ambitionnons d’envoyer les premiers élus de la gauche de la gauche», selon Michael Verbauwhede, tête de liste à la Région.

Pages