Actualités

Plus de 3 000 emplois supprimés dans des licenciements collectifs depuis début 2014, 50 000 chômeurs exclus le 1er janvier 2015, des dizaines de milliers d’autres qui voient leurs allocations réduites en dessous du seuil de pauvreté… Ce lundi, ils étaient plusieurs milliers partout en Belgique à dire « Non ! »

Des emplois de qualité, une fiscalité équitable et des allocations plus élevées sont les meilleurs moyens de faire reculer la pauvreté. Telles sont, parmi d’autres propositions, les conclusions du mémorandum rédigé pour les élections par l’association flamande et bruxelloise Samenlevingsopbouw et ses organisations partenaires de lutte contre la pauvreté. Pour ceux qui prendront les commandes après le 25 mai, il y a du boulot. 

LST est un « mouvement de rassemblement des plus pauvres pour lutter avec d’autres contre la misère et ce qui la produit ». Depuis 30 ans, Luc Lefebvre s’attaque avec son organisation aux causes de la misère. Explications.

L’inquiétude grandit chez de plus en plus d’Européens à propos du traité de libre échange transatlantique (TTIP) négocié en secret par les États-Unis et l’Union européenne il y a quelques mois. Le PTB veut que ces négociations cessent. Au lieu de liquider les normes de santé, environnementales et sociales, l’UE ferait mieux de les protéger et de les améliorer. Le 13 mars, une première manifestation contre le TTIP a eu lieu.

Dans quelques semaines, La Libre/RTBF/VRT/De Standaard mettront dans leur « Stemtest » en ligne. Or, parmi les partis présentés dans les options de choix, le PTB-go ! ne figure pas. Or c’est tout simplement un fait : le PTB-go ! est un parti politique en plein essor dans tout le pays.

Cette année, la journée internationale des femmes est placée sous le signe de la lutte pour l’égalité des droits et contre l’oppression des femmes. Marianne, le mouvement de femmes du PTB, insiste sur le caractère structurel de la vulnérabilité des femmes et des inégalités entre hommes et femmes. Et, avec la crise et les mesures d’économies qui l’accompagnent, celle-ci ne cesse de croître. 

Je viens de découvrir l’interview de Willy Demeyer, bourgmestre de Liège qui a déclaré ceci : « Sur le PTB, je veux souligner un fait. Regardons le scrutin communal de 2012 à Anvers. Le PTB fait 8 %, soit +6,2. La liste du bourgmestre, socialiste, fait, avec 28,6 %, -6,7. Le score de la N-VA est lui de 37,7 %. Prenez donc le score de la liste du bourgmestre Patrick Janssens et ajoutez-y les 8 % du PTB et on arrive à 38,6 %. Soit mieux que le score du parti de De Wever. Conclusion, le PTB a permis de faire élire un bourgmestre N-VA, et lequel : Bart De Wever, dans la plus grande ville de Flandre. » Une analyse effarante. Explications.

L’an dernier, les Pionniers ont fêté leurs 40 ans d’existence. Cette année, pour le 41e été d’affilée, ils se préparent à vivre un camp d’été du tonnerre, du 2 au 9 août à Beringen. Puis, pour la cinquième fois, ils organiseront leur festival des enfants, Piofiesta, lors de Manifiesta, en septembre. Qui sont les Pionniers ? Que font-ils ? Comment ça marche ? Quels sont les projets de ce mouvement de jeunesse progressiste ? Explications du président des Pionniers, Ben Van Duppen (24 ans).

Raoul Hedebouw n'avait pas la langue dans sa poche quand il a écrit son livre Première à gauche. Il ne l'a pas perdue. Après Bruxelles, Charleroi, Viroinval, Retinne... c'est au cœur de Liège que Raoul Hedebouw présentait son livre, ce vendredi 28 février, interviewé par Frédéric Gillot (tête de liste PTB-go!) et son humour, devant une salle de plus de 60 personnes. Et il reste encore des dates !

Jeudi 27 février 2013, les 200 travailleurs de Heinz apprenaient la fermeture de l’usine à Turnhout. Le même jour, le Premier ministre Elio Di Rupo (PS) versait des larmes de crocodile jeudi au Parlement : « Il est inacceptable que des conseils d'administration poursuivent la maximalisation du profit financier. » Cependant, dans la foulée, il revient sur... les cadeaux accordés aux entreprises par son gouvernement et sa volonté de continuer dans cette direction : « Les charges salariales seront progressivement revues à la baisse, pour un montant de 4,7 milliards d'euros. »

Pages